Aller au contenu principal

Machinisme : Actualité sur le matériel agricole : tracteur, moissonneuse-batteuse, ensileuse, travail du sol, charrue, semoir

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pneumatiques : Les télescopiques ont aussi droit à la diversité

L’offre en pneumatiques pour chargeurs télescopiques ne se limite pas au classique modèle à barrettes. Selon les usages, d’autres pneus peuvent être plus adaptés.

Si aujourd’hui, les agriculteurs prêtent une attention toute particulière à bien chausser leurs tracteurs et leurs remorques, il n’en est pas de même pour le chargeur télescopique qui reste la cinquième roue du carrosse. Pourtant, le chargeur télescopique est un engin très polyvalent amené à faire beaucoup d’heures et à évoluer dans des environnements très différents : sur bitume ou sur béton dans la cour de ferme, sur un tas d’ensilage, au champ sur sol sec ou gras, ou encore sur route, seul ou à tracter une charge sur une remorque ou sur un plateau fourrager. À cela, s’ajoute la nécessité sur un télescopique d’une bonne stabilité, notamment pour la manutention en hauteur. Pour cela, la monte de pneumatiques doit pouvoir compiler confort, adhérence, résistance à l’usure, capacité de chargement, résistance à la flexion, capacité de débourrage tout en veillant à une consommation de carburant limitée.

Dans la grande majorité des cas, le classique pneu agro-industriel radial à barrettes (de type Alliance A 580, BKT Multimax, Michelin XMCL, Mitas TR01 et TR 03, Trellebrog TH 400…) est le seul type de pneumatique proposé par les concessionnaires. Les larges sculptures offrent une bonne traction sur route, tandis que leur forme et leur angle facilitent leur débourrage et leur traction sur sol meuble. La souplesse des flancs et la large bande de roulement participent au confort. Ces pneus ne doivent pas non plus être trop souples pour offrir une bonne précision à la manutention, ainsi qu’une bonne stabilité, notamment latérale, pour limiter les risques de renversement. Ils disposent également de barrettes qui se chevauchent au niveau de la ligne centrale de façon non seulement à améliorer la tenue de route et la traction au transport, mais aussi à limiter l’usure (soit une longévité accrue) et à réduire la consommation, en abaissant la résistance au roulement. Par ailleurs, la carcasse en acier et polyester protège le pneu des risques de crevaison. Au niveau des flancs, certains équipementiers s’évertuent à ce que " les nappes textiles qui descendent vers la tringle disposent d’un retournement haut, explique Cédric Lecoester de Michelin. Cela signifie que les nappes se replient au niveau du talon (contact avec la jante) et remontent assez haut : cela garantit une meilleure résistance aux perforations latérales. "

De plus en plus d’usages sur sol dur

Ces dernières années, les équipementiers ont constaté une évolution des usages des chargeurs télescopiques dans le monde agricole. " Nous faisons régulièrement des enquêtes de terrain, dans des fermes pilotes, armées de GPS pour suivre précisément la position et donc les supports sur lesquels les chargeurs télescopiques évoluent, explique Cédric Lecoester. Nous avons constaté que certaines exploitations passaient plus de 50 % de leur temps sur sols durs (route, sols bétonnés ou bitumés de cours de ferme) ou sur 'sols durs lubrifiés' (cours encaissées avec pellicule de boue sur le dessus). " " Je connais même un entrepreneur qui effectue des journées où il roule plus de 300 kilomètres sur la route ", poursuit François Girard d’Alliance. Dans ce contexte, le classique pneu à crampons décrit précédemment n’est plus forcément adapté. Mieux vaut choisir un pneu offrant une plus grande surface de contact avec le sol, pour ne pas voir ses crampons fondre comme neige au soleil. Plusieurs équipementiers proposent des profils dits agro-routiers (Alliance A 550, Nokian TRI2, Vredestein Endurion). Ils se distinguent par un nombre de barrettes beaucoup plus important, entrecoupées de sillon. Ces pneus procurent une moindre résistance au roulement, synonyme d’économie de carburant, de réduction des vibrations et d’un niveau sonore faible, donc de confort accru. Au champ, sur sols durs, la surface de contact étant plus importante, la compaction est moindre. La bande de roulement unidirectionnelle - les crampons forment des chevrons - ainsi que l’angle prononcé des sculptures procurent une bonne traction. Sur sols collants en revanche, le profil plus fermé désavantage ces pneumatiques qui débourrent moins facilement que les pneus traditionnels.

Un pneu pour sols durs lubrifiés

De son côté, Michelin a développé un pneumatique spécifique pour les sols durs lubrifiés. Baptisé Bibload High Surface, ce pneu radial a été lancé il y a deux ans. "Nous avons des pneumatiques pour sols durs, mais qui ont un profil très fermé, explique Cédric Lecoester. Il fallait un pneu plus ouvert, pour les cours de ferme et les terrains peu gras. Avec ses 96 pavés, le Bibload offre 44 % de surface de contact, contre 29 % pour un XMCL, soit plus de 50 % de mieux." Les 48 pavés centraux offrent une bande de roulement réduisant les effets vibratoires et acoustiques, surtout à vitesse élevée. En outre, la tenue de route est annoncée meilleure, la consommation réduite et la précision accrue par rapport au XMCL. " La forme hexagonale des pavés centraux améliore la résistance aux glissements latéraux en dévers, poursuit Cédric Lecoester. Nous avons fait le choix d’un profil ouvert non directionnel pour offrir le même débourrage et la même capacité de traction dans les deux sens."

Les constructeurs de télescopiques constatent un intérêt pour ce nouveau pneu, dont les performances de traction n’ont pas à rougir face à un XMCL. Côté tarif, les prix constatés sont 10 à 20 % plus élevés que le XMCL, mais la longévité est également à la hausse, du fait des 50 % de surface de contact en plus, mais aussi de la profondeur de crampons importante. Difficile cependant de "donner des valeurs en termes de durée de vie, tempère Cédric Lecoester. Cela dépend des usages : une utilisation principale en ligne droite, au transport par exemple, n’aura pas le même impact sur l’usure que sur un engin dont les quatre roues directrices sont engagées en permanence et qui évolue essentiellement dans une cour de ferme."

Tilt test : le banc de torture des pneus de télesco

L’offre en pneumatiques pour chargeurs télescopiques est plus importante en seconde monte qu’en monte d’origine. Cela s’explique par le "tilt test". Normalisé, ce test d’inclinaison est réalisé par les constructeurs de chargeurs et consiste à valider la stabilité d’un engin dans différentes configurations (avec ou sans charge, bras levé ou baissé…). 

Les plus lus

Vignette
Woods prend en main la distribution de ses broyeurs en France
La marque américaine Woods Equipement gère désormais la distribution de ses broyeurs depuis son siège européen localisé en…
Vignette
Fliegl - Les remorques à fond poussant s’offrent un lifting
Les remorques à fond poussant ASW de Fliegl gagnent en propreté et en sécurité.
Vignette
Väderstad : Une seule trémie à semences sur le Tempo L
Le semoir monograine Tempo L du constructeur suédois Väderstad reçoit une nouvelle distribution centralisée.
Vignette
Sitrex - Des automotrices à double vis et tapis de distribution frontal
Le constructeur italien Sitrex, qui a racheté AGM en 2010, élargit sa gamme de mélangeuses automotrices Virage à tapis frontal …
Vignette
« Nous avons monté un Speedway sans hydraulique »
Vignerons dans le Vendômois, Florent et Charles Jumert travaillent le sol sous le rang avec un intercep Belhomme, sur lequel ils…
Vignette
GRV - Des enjambeurs Delta maniables
GRV dévoile une nouvelle gamme de tracteurs enjambeurs maniables baptisée Delta.
Publicité