Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

New Holland T6.150 Auto Command avec chargeur 770 TL : Un tracteur facile à prendre en main

Samuel Capelle, agriculteur à Guéhébert, dans la Manche, a passé une semaine au volant du New Holland T6.150 Auto Command. Il nous livre ses impressions.

Dévoilée en 2012, la nouvelle génération de tracteurs T6 répond aux normes Tier 4i, grâce à un système de dépollution des gaz d’échappement SCR. Elle était alors déclinée avec trois types de transmission : Dual Command (24x24 avec doubleur), Electro Command (semi-powershift 16x16 avec 8 rapports sous charge et passage électrique des gammes) et Electro Command, intégrant un dix-septième rapport pour rouler à 40 km/h à régime économique. Le Sima 2013 a vu l’arrivée de la transmission à variation continue AutoCommand du groupe sur trois modèles : T6.140, T6.150 et T6.160. Comme pour ses grands-frères T7 et T8, la transmission AutoCommand est pilotée depuis l’accoudoir Sidewinder II grâce à la poignée Command Grip fonctionnant par impulsions. En bout d’accoudoir, les T6 AutoCommand reçoivent de série le terminal couleur tactile de 26,4 pouces, l’Intelliview IV. Prédisposé pour l’autoguidage, ce terminal est compatible Isobus et peut être connecté à trois caméras maximum.

Une pompe load sensing généreuse

Pour ce qui concerne l’hydraulique, les T6 Auto Command sont pourvus d’un circuit à centre fermé load sensing, alimenté par une pompe hydraulique à débit variable Megaflow délivrant jusqu’à 150 l/min. De série, il bénéficie de trois distributeurs électro-hydrauliques. En option, un quatrième fait son apparition à l’arrière et deux autres sont installés en position latérale pour piloter un relevage avant et/ou un chargeur frontal.

Positionné haut de gamme, le T6 Auto Command accède de série aux séquences de bout de champ HTS.

Les conditions du test

Réalisés en décembre, les essais ont permis de tester le tracteur au travail du sol, attelé à une charrue cinq corps, au semis, à la manutention avec le chargeur et dans quelques travaux de cour.

 

LES MOINS

Portes de cabine

Frein de parking

Bloc de distributeurs mal placé

En cabine "Un terminal fait pour être compris"

L’accès en cabine s’effectue par trois marches avant d’atteindre le plancher. Le poste de conduite est compact, mais suffisamment spacieux pour accueillir un vrai siège passager. Il dispose de nombreux rangements, notamment un vide-poche à gauche et une sacoche dans le dossier du siège. Assez avancée, la cabine à quatre montants permet d’ouvrir aisément le hayon. Ce n’est pas le cas des portes : il y a bien des poignées près des charnières pour aider à les fermer, mais il est difficile de doser sa force. La visibilité à 360° est assez bonne, exception faite du bloc de distributeurs arrière qui empêche la vision directe sur le piton d’attelage. Le toit vitré offre une vision satisfaisante sur le chargeur, mais j’aurais aimé un toit panoramique. Dommage également que le pare-brise ne soit pas intégral du haut en bas.

L’ergonomie générale est bonne. L’accoudoir est réglable électriquement : de cette façon, toutes les commandes tombent bien sous la main. Seul reproche, je regrette que la main ne soit pas plus soutenue pour piloter les commandes fingertip des distributeurs. À l’inverse, le levier de transmission dispose d’un support repose-main. Il est complet (deux distributeurs, relevage, inverseur, sélection des vitesses cibles, séquences de bout de champ et autoguidage) et offre une bonne ergonomie. Sur le côté de l’accoudoir, le tableau de commandes latéral est intuitif, tout comme le panneau de commandes regroupant tous les commandes de feux. Seul, le levier de sélection du régime de prise de force, très simple, dénote avec l’ergonomie générale.

J’ai bien aimé le terminal couleur, dont la taille me convient parfaitement. L’écran propose un menu simple, intuitif et personnalisable. Le fait que le terminal soit tactile rend encore plus facile l'accès à toutes les fonctions. 

Au travail "Une transmission adaptée à la manutention"

Le tracteur est taillé pour la manutention, avec un bon rayon de braquage. Avec son empattement court, il tourne sur place. Au niveau de la transmission, il était en mode Auto. Ainsi réglé, il s’est montré vif, réactif, mais aussi très sensible au moindre mouvement de pied sur la pédale. Pour les manœuvres d’approche, il est très précis. J’ai bien aimé le neutre actif à la manutention : le tracteur reste immobile lorsqu’on rentre dans un tas et qu’on lâche la pédale d’accélérateur. Il manque juste un bouton neutre sur l’accoudoir, voire même un inverseur sur le joystick du chargeur. Avec son toit standard, le tracteur passe tout juste à l’entrée de certains bâtiments. Mais il existe une variante avec toit plat. La pompe load sensing permet au tracteur d’avoir un chargeur réactif à bas régime. Le chargeur est bien dimensionné pour le tracteur. Il est compact mais lève haut. Le parallélogramme intégré dans les brancards réduit les angles morts.

Pour les travaux de culture, ce tracteur nécessite d’être lesté un minimum avec des masses de roue à l’arrière et une masse frontale. En revanche, le relevage n’a pas eu de difficulté à soulever les 2,2 tonnes de la charrue 5 corps. En cabine, on pilote le relevage depuis un bloc qui rassemble les principaux réglages. Celui-ci est ergonomique et tombe bien sous la main. Il a juste fallu m’habituer au contrôle de profondeur, sur lequel on tire pour lever et on pousse pour baisser. En termes de traction lourde, le tracteur ne m’a pas semblé extrêmement nerveux. Mais c’est difficile de comparer à mon tracteur de tête 6 cylindres de 160 ch. Sur la route, le tracteur se montre confortable et silencieux, évoluant à 40 km/h au régime moteur de 1 400 tr/min. À la nuit tombée, si les commandes de relevage sur les ailes sont bien appréciables, je regrette qu’elles ne soient pas rétro-éclairées, surtout avec les feux performants du tracteur qui tendent à éblouir. Un quatrième distributeur arrière (disponible en option) aurait été le bienvenu pour ma charrue.

Pour les travaux de cour, le New Holland est très maniable. Son régime au ralenti de 800 tr/min descend encore à 650 tr/min, quelques secondes après avoir quitté le siège. Par contre, le frein de parking n’est pas top. Il faut débrayer pour l’enlever, puis il faut attendre encore 1 à 1,5 seconde pour que l’opération se fasse. Et le déverrouillage du frein de parking est bruyant, ce qui contraste avec le silence en cabine. Autre point négatif, le bloc de distributeurs est placé à droite du troisième point, alors que l’on descend à gauche du tracteur pour atteler les outils. Quant aux récupérateurs d’huile sur les prises de distributeurs, ils ne sont pas très efficaces.

Au semis, j’ai bien apprécié le réglage des trois vitesses cibles. Elles sont faciles à paramétrer et à rappeler. J’en ai réglé une pour le champ et le bout de parcelle. Le passage de l’une à l’autre se fait bien par les boutons +/- sur la poignée. Et au besoin, la molette permet de changer rapidement et facilement ces vitesses cibles si on travaille dans une zone plus délicate. Par ailleurs, sur la transmission, le paramétrage de la chute de régime tolérée est simple à régler avec une molette allant de 0 à 100. J’ai pu tester également les trois niveaux de nervosité de l’inverseur et trouver celui qui convenait pour chaque travail.

Entretien "Le bâti du chargeur bien intégré"

Le capot monobloc offre un grand dégagement. Le premier radiateur est monté sur charnières, le troisième sur glissières, tandis que les autres sont fixes. C’est suffisant pour souffler, même s’il pourrait y avoir des mécanismes plus ergonomiques. 

De chaque côté, prennent place les différents filtres (carburant et huile). Malgré la présence du chargeur, ils sont accessibles. Le filtre à air moteur est aussi facile à démonter, d’autant plus si le chargeur est dételé. Les niveaux sont aisément contrôlables.

 

Fiche technique

Moteur 

Puissance au régime nominal (ISO TR14396) : 121 ch à 2 200 tr/min

Puissance maxi avec boost (ISO TR14396) : 154 ch à 1 800 tr/min

Couple maxi : 634 Nm à 1 500 tr/min

Cylindrée : 4 485 cm3

Système de dépollution : SCR

Capacité d’huile moteur : 10 l

Espace entre vidange : 600 h

Transmission

Type : variation continue

Régime moteur à 40 km/h : 1 550 tr/min

Régimes de prise de force et régime moteur correspondant : 540/540E/1000 à 1969/1546/1893 tr/min

Circuit hydraulique

Type, débit et pression : LS 150 l/min à 210 bars

Volume d’huile exportable : 32 l

Nombre de distributeurs : 3 ar. et 2 av.

Relevage

Capacité maxi aux rotules sur toute la course : 7 864 kg

Dimensions

Capacité du réservoir à carburant : 175 l

Capacité du réservoir d’AdBlue : 37 l

Hauteur hors-tout : 2,85 m

Empattement : 2,44 m

Poids à vide : 5 190 kg

Rayon de braquage : 4,05 m

Monte de pneumatique du modèle essayé : 600/65R38 et 480/65R28

Prix catalogue

du modèle essayé au 1er juin 2015 : 102 495 euros HT

LES PLUS

Maniabilité

Terminal tactile intuitif

Transmission réactive et précise

Ergonomie en cabine

Les plus lus

Vignette
Fenaison : Il andaine à 27 km/h
Accrochez-vous ! Avec son andaineur frontal Reiter Respiro R3 Profi et son tracteur Massey Ferguson 7620, l'ETA Pouliquen…
Vignette
Un jumelage qui a du cran
Lors de conditions très difficiles, le constructeur Sabatino sort les rames avec son jumelage pour le moins particulier.
Vignette
3 000 hectares en Roumanie - 8 tracteurs Fendt 724
Une exploitation roumaine démesurée : petit tour du propriétaire.
Vignette
Un déchaumeur particulier
Une combinaison de déchaumeurs pour gérer les adventices, les repousses ou encore les problèmes de pyrale.
Vignette
Embarquez à bord d'un Massey Ferguson pour les labours
Mimi Agri, Youtubeuse spécialisé en agricole a joué, pour l'occasion, les modèles au volant de sont tracteur.
Vignette
Plantation de pommes de terre : Du beau monde dans la parcelle
Les chantiers de plantation de pommes de terres sont souvent gourmands en matériel et en main-d'oeuvre et demande une…
Publicité