Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

McCormick X6.430 avec chargeur MPower 120 : « Il sait tout faire à condition d’apprivoiser la transmission »

Serge Lanneshoa et son fils Loeiz, éleveurs à Pledernec (Côtes-d’Armor), font le bilan d’une semaine de découverte du McCormick X6.430 de 121 chevaux.

La série X6 regroupe trois modèles de 114 à 130 chevaux motorisés par un bloc FPT de 4,5 litres répondant aux normes Tier 4i grâce à un catalyseur SCR (AdBlue). Moteur qui dispose d’un boost (12 ch sur le X6.430) au transport et à la prise de force. La transmission d’origine McCormick propose un tripleur uniquement sur les rapports de marche avant. Le tracteur essayé dispose d’un circuit hydraulique load sensing de 110 l/min alimentant cinq distributeurs, équipement proposé en option. De base, le X6 se contente d’un circuit à centre ouvert de 66 l/min. Le relevage à contrôle électronique offre une capacité de 5,4 tonnes.
La cabine à quatre montants fait la part belle à la visibilité, l’ergonomie et la finition. D’autres options équipent le tracteur essayé : pont avant suspendu équipé de freins à disques à bain d’huile, cabine suspendue, quatre régimes de prise de force. Enfin, le chargeur est d’origine Manip.
Le X6 est par ailleurs décliné en deux autres versions. Les trois modèles X6 VT-Drive profitent d’une transmission à variation continue développée par le tractoriste italien, pilotée depuis un accoudoir multifonction. Quant aux trois modèles X6 LWB, ils se positionnent un cran au-dessus en termes de puissance (143 à 176 ch) et de gabarit, tout en offrant une alternative économique aux X7.

Les conditions du test

Testé au printemps dernier, le X6.430 a pu faire ses preuves dans les champs avec une herse rotative de 3 mètres et une herse étrille de 12 mètres. Sur la route, il a tracté une remorque peu chargée. Enfin, son chargeur a permis la manutention de fumier et de balles.

Fiche technique

Moteur

• Puissance maxi sans/avec boost (ECE R120) : 121/133 ch à 1 800 tr/min

• Couple maxi sans/avec boost : 529/542 Nm à 1 400 tr/min

• Cylindrée : 4 500 cm3

• Norme et système de dépollution : Tier 4i avec SCR

• Capacité d’huile du moteur : 10 l

• Espace entre chaque vidange : 500 heures

Transmission

• Type : semi-Powershift à 3 rapports sous charge, 4 rapports mécaniques et 3 gammes

• Nombre de rapports (av/ar) : 36/12

• Nombre de rapports entre 4 et 15 km/h : 16

• Régime moteur à 40 km/h : 1 840 tr/min

• Régimes de prise de force et régimes moteur correspondants : 540/540E à 1 944/1 580 tr/min et 1000/1000E à 1 952/1 586 tr/min

Circuit hydraulique

• Type, débit et pression : centre fermé, load sensing 110 l/min à 200 bars et pompe à engrenage 38 l/min pour la direction

• Volume d’huile hydraulique exportable : 31 l maxi

• Nombre de distributeurs : 3 ou 5 en option avec diviseur de débit

Relevage

• Capacité maxi aux rotules sur toute la course : 5 400 kg

Dimensions

• Capacité du réservoir de carburant/AdBlue : 180/25 litres

• Hauteur hors tout : 288 cm (avec cabine suspendue)

• Empattement : 254 cm

• Poids à vide : 4 700 kg

• Rayon de braquage : 5,2 m

• Monte pneumatique du modèle essayé : 420/70 R24 & 480/70 R38

Prix catalogue en euros HT au 01/11/15 du modèle essayé sans le chargeur : 88 117 euros

En cabine « Espace et qualité de finition »

La cabine à quatre montants procure une bonne impression d’espace et dégage bien la visibilité à 360 degrés. Les grandes portes sont toutefois un peu contraignantes, vu leur dégagement. À part un détail de fixation de la vitre arrière, la qualité de finition est remarquable. On dispose de nombreux rangements, dont un réfrigéré. La climatisation est efficace avec de nombreuses bouches d’aération. L’insonorisation est correcte, mais sans plus. C’est même un peu juste à 40 km/h.

La visibilité sur le chargeur est facilitée par le toit vitré. Mais l’épaisseur importante du toit de cabine crée un bandeau qui masque une partie de la course du chargeur. Le tableau de bord est solidaire de la colonne de direction, assurant une bonne visibilité sur le grand écran de l’ordinateur de bord. Celui-ci est très complet, lisible et simple d’utilisation. La commande de l’inverseur est agréable à utiliser avec sa position neutre, contrairement aux très petits commodos. Le bouton du coupe-batterie situé en-dessous de l’inverseur est bien pratique.

La console de droite est bien aménagée et ne masque pas la visibilité. Les commandes sont rapidement identifiées et leur ergonomie bien pensée. Nous avons apprécié la simplicité des commandes de relevage, notamment le déverrouillage. Le petit potentiomètre orange permet d’ajuster précisément la souplesse de l’inverseur. Seul reproche, le levier du chargeur et le levier de vitesses sont trop proches, ce qui ne facilite pas la manipulation du premier. Une seule commande se retrouve à gauche du siège : la sélection du régime économique de prise de force, mais ce n’est pas gênant.

Au travail « Une polyvalence ternie par l’étagement de la transmission »

Avec la herse étrille, le tracteur est assez maniable et confortable avec son pont et sa cabine suspendus. Dommage que l’on ne dispose pas du tripleur pour les vitesses de marche arrière… Avec la herse rotative en prise de force économique, le moteur tient bien la charge. Difficile de se prononcer quant à la consommation qui paraît toutefois raisonnable. Ce tracteur de gabarit intermédiaire est assez bien équilibré pour les travaux des champs.

Au chargeur, le réglage de la souplesse de l’inverseur permet vraiment de s’adapter aux différents travaux de manutention. Mais comme au champ, l’absence de tripleur en marche arrière limite le débit de chantier. On apprécie le débit hydraulique qui rend le chargeur très réactif, même à bas régime. On s’étonne en revanche de la dureté de la direction, malgré la pompe hydraulique qui lui est spécialement dédiée. Le tracteur est bien équilibré, même sans masse sur le relevage arrière, et sa maniabilité se situe dans la moyenne. Le chargeur d’origine Manip est performant, avec une mention spéciale pour l’angle de cavage. L’attelage/dételage est très simple à mettre en œuvre.

Sur la route, la cabine suspendue et le très efficace pont avant à suspensions indépendantes garantissent un très bon confort. Contrairement à la transmission qui devient fatigante à cause d’un étagement trop serré des rapports powershift du tripleur. Même avec une charge modérée, on est toujours en train de jouer du levier ! Le bouton d’embrayage sur le levier de vitesse atténue un peu le désagrément en limitant le recours à la pédale d’embrayage.

Le relevage est suffisamment puissant, mais il dispose d’un attelage de catégorie 2. On pourrait s’attendre à de la catégorie 3 de série sur un tracteur de 120 chevaux. Le troisième distributeur hydraulique est situé presque dans l’alignement du troisième point. Enfin, le récupérateur d’huile hydraulique n’est pas très efficace. Du côté de l’éclairage, les phares de travail sont nombreux et bien répartis. Par contre, les supports fixes des deux gyrophares sont peut-être un peu vulnérables en cas d’obstacle.

Entretien « L’accès à la jauge d’huile moteur est à revoir »

Après ouverture du capot monobloc, on démonte facilement le filtre à air situé devant les radiateurs : leur nettoyage s’effectue sans mal, grâce à une grille escamotable et à l’échangeur de clim qui coulisse. À gauche du moteur, l’accès au filtre à gazole se fait sans difficulté. De l’autre côté du moteur, si le filtre à huile ne pose pas de problème, la vérification de la jauge à huile et le remplissage d’huile sont très périlleux. Il faut passer la main entre le catalyseur SCR et l’adaptation du chargeur. C’est un point à revoir avec Manip ! La batterie est placée sous le marchepied de droite. On l’atteint sans difficulté, mais le capot plastique qui la protège ne respire pas la qualité. À noter de ce côté le faible encombrement du catalyseur SCR. Pour revenir du côté gauche, le remplissage du réservoir de GNR n’est pas très pratique, l’orifice de remplissage étant trop court pour faire tenir le pistolet. Le graissage complexe du pont avant suspendu peut être facilité par un graissage centralisé en option.

Les plus
Agrément de la cabine
Suspension du pont avant
Chargeur simple et performant
Ordinateur de bord complet

Les moins
Étagement de la transmission
Absence de tripleur en marche arrière
Accès à la jauge
Relevage catégorie 2

Les plus lus

Vignette
Fenaison : Il andaine à 27 km/h
Accrochez-vous ! Avec son andaineur frontal Reiter Respiro R3 Profi et son tracteur Massey Ferguson 7620, l'ETA Pouliquen…
Vignette
Un jumelage qui a du cran
Lors de conditions très difficiles, le constructeur Sabatino sort les rames avec son jumelage pour le moins particulier.
Vignette
3 000 hectares en Roumanie - 8 tracteurs Fendt 724
Une exploitation roumaine démesurée : petit tour du propriétaire.
Vignette
Un déchaumeur particulier
Une combinaison de déchaumeurs pour gérer les adventices, les repousses ou encore les problèmes de pyrale.
Vignette
Embarquez à bord d'un Massey Ferguson pour les labours
Mimi Agri, Youtubeuse spécialisé en agricole a joué, pour l'occasion, les modèles au volant de sont tracteur.
Vignette
Plantation de pommes de terre : Du beau monde dans la parcelle
Les chantiers de plantation de pommes de terres sont souvent gourmands en matériel et en main-d'oeuvre et demande une…
Publicité