Aller au contenu principal

« Les deux robots pailleurs nous font gagner du temps et de la paille »

Chez Stéphane Danion, toutes les principales tâches de l’élevage laitier sont désormais automatisées : traite, alimentation, abreuvage des veaux et, depuis peu, le paillage. Son objectif est de réduire les besoins en main-d’œuvre, afin notamment de limiter l’astreinte le week-end.

Depuis juin 2021, Stéphane Danion, installé seul en SCEA à Paimpont en Ille-et-Vilaine, délègue à deux robots Wasserbauer Flypit le paillage de sa stabulation de 4 250 m2 abritant des aires paillées et des logettes. Ces équipements constituent le point d’orgue dans la démarche d’automatisation de cet agriculteur, à la tête d’un troupeau de 200 vaches laitières (220 VL à terme), qui cherche à réduire autant que possible les tâches gourmandes en main-d’œuvre. « Mon objectif est d’offrir de bonnes conditions de travail à mes trois salariés, avec notamment des horaires convenables. Ils n’attaquent, par exemple, qu’à 7h30-8 heures le matin. La robotisation permet aussi de limiter l’astreinte le week-end. Un seul d’entre nous est en effet sur la ferme du vendredi soir au lundi matin. Comme nous sommes quatre, cela permet d’être libre trois week-ends sur quatre. » Pour atteindre ce niveau de confort, Stéphane Danion a d’abord installé en 2008 un distributeur automatique de lait, puis acquis en 2012 deux robots de traite, complétés cette année par un troisième pour accompagner l’agrandissement du troupeau (de 140 à 180 VL en traite). Il s’est aussi équipé d’un robot d’alimentation en 2017.

45 minutes gagnées par jour

Avant d’acquérir les deux automates Wasserbauer pour un peu moins de 200 000 euros, l’éleveur utilisait une vieille pailleuse, qui lui a coûté 5 000 euros en 10 ans (achat compris). Cette machine servait tous les jours pour pailler les 900 m2 d’aires de couchage des génisses. Elle était aussi utilisée pour déposer, une semaine sur deux, un tas de paille devant les rangées de logettes des vaches laitières, qui était ensuite étalé à la main, chaque jour, en petite quantité. Ces opérations mobilisaient quotidiennement une personne durant plus d’une heure. « Grâce aux robots Flypit, nous gagnons trois quarts d’heure par jour. Le temps que nous passions sur le tracteur est désormais consacré au suivi du troupeau. Et contrairement à ce que certains pensent, l’automatisation nous rapproche des animaux », précise Stéphane Danion. Bien que les couloirs d’exercice soient nettoyés par un racleur à chaîne, il reste encore une tâche manuelle quotidienne : le coup de rabot pour retirer les bouses des logettes. « Pas facile de passer avec un petit automoteur dans des allées en présence des vaches. »

720 mètres de rails fixés à la charpente

Les robots pailleurs, circulant suspendus à un rail, évoluent tous les deux dans le même bâtiment abritant l’ensemble des bovins, des veaux de 8 jours aux vaches laitières. Ils fonctionnent sur batteries et se rechargent pendant leurs phases d’inactivité. Chaque automate a son parcours dédié et il n’y a pas d’aiguillage. Les deux rails sont, en effet, indépendants et d’un seul tenant (jonctions soudées). Leur accrochage à la charpente via des chaînes garantit une certaine souplesse et gomme les phénomènes de dilatation. Le premier wagon, doté de deux disques d’épandage, évolue au-dessus des aires paillées des génisses, disposées en enfilade dans le bâtiment de 110 mètres de long. Son rail mesure 220 mètres de long, car il forme un grand U, afin de bien pailler toute la surface des cases de 8 mètres de profondeur. La largeur de projection est en effet limitée et le robot doit effectuer deux passages parallèles. Le second automate est identique au premier en termes de contenance (2 000 litres), mais il ne possède pas de plateaux d’épandage. Il circule sur un rail de 500 mètres formant plusieurs lacets, afin de pailler les 204 logettes, les cases des veaux et l’aire de préparation au vêlage.

De grosses économies de paille

Les robots Flypit travaillent matin et soir en effectuant à chaque fois quatre voyages pour passer partout. Leur caisse emportant 35 à 40 kg de paille, ils en appliquent chacun environ 300 kg par jour. « Comme la paille hachée par le module de chargement présente une plus grande capacité d’absorption des jus que celle des brins longs, nous avons diminué d’un tiers la quantité apportée sur les aires paillées des génisses, soit une économie de 200 kg par jour. La dose pour les logettes est restée, elle, d’un kilo par VL et par jour. » Le ravitaillement des deux wagons pailleurs est réalisé, au même endroit, par un convoyeur équipé d’un aspirateur de poussière. La paille est au préalable hachée par un module installé en hauteur, qui emmagasine jusqu’à six balles rondes approvisionnées obligatoirement par un chargeur télescopique, tous les deux à trois jours. La longueur de hachage est définie au moment de l’acquisition de l’équipement et est par conséquent la même pour tous les animaux.

SCEA La Garenne en chiffres

300 UGB

200 vaches laitières (180 en traite)

4 250 m2 de bâtiment pour les VL et leur suite

2 robots de paillage

3 robots de traite

1 robot d’alimentation

1 Dal

Un pilotage précis des quantités de paille épandues

 

 

Les robots pailleurs Wasserbauer Flypit se repèrent sur leur trajet en fonction de la distance parcourue sur le rail depuis l’espace de rechargement. Les différentes zones à pailler (logettes, cases, aires de couchage…) sont enregistrées au moment de la mise en route et, par conséquent, l’automate stoppe l’épandage automatiquement dès qu’il survole un couloir ou une allée. Même si un écran tactile équipe chaque wagon, le système se pilote à distance depuis un smartphone ou un ordinateur, à condition de disposer d’une connexion internet. L’éleveur utilise l’interface web pour modifier les quantités apportées dans chaque zone en jouant sur la vitesse d’avancement du robot, ainsi que sur le régime de son tapis de fond. Il a aussi la possibilité d’arrêter temporairement le paillage de certaines logettes ou des cases non utilisées.

Les plus lus

Cultivant des terres très superficielles sur roche calcaire, les adhérents engagés sur la charrue déchaumeuse labourent entre 7 et 8 cm de profondeur.
La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts
Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette…
Le moteur 4 cylindres 4 litres JD4 de John Deere Power Systems, développé en collaboration avec Deutz, est beaucoup plus compact que l'habituel bloc 4,5 litres de la marque.
John Deere – Le nouveau moteur 4 cylindres 4 litres né d’un partenariat avec Deutz
Le motoriste John Deere Power Systems complète sa gamme de blocs 4 cylindres avec le modèle JD4 de 4 litres de cylindrée, offrant…
Classement officiel 2021 des ventes de tracteurs agricoles : John Deere immatricule toujours un tracteur sur cinq
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2021 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Pas de changement sur les trois premières marches du podium concernant les immatriculations de chargeurs télescopiques en 2021.
Immatriculations officielles 2021 des télescopiques - Toujours le même tiercé gagnant
L'Axema a dévoilé les chiffres des immatriculations des chargeurs télescopiques pour l'année 2021. Des ventes en hausse et un…
L'automoteur de pulvérisation Artec F40 est doté de buses à impulsion.
« Je délègue la pulvérisation à l’entreprise pour accéder à la technologie »
Double actif, Jacques Gourmaud a fait le choix de déléguer, entre autres, la pulvérisation pour accéder et profiter de la…
Les tracteurs Lindner Lintrac 80 et 100 LDrive affichent une puissance maxi de 101 et 117 ch.
Lindner – Le tracteur Lintrac 90 remplacé par deux modèles
La gamme de tracteurs Lintrac LDrive de Lindner s’enrichit de deux nouveaux modèles.
Publicité