Aller au contenu principal

Reprise
La Sopema change de main et investit dans les chantiers de betteraves décomposés

La Sopema, société Perrein de matériel agricole, vient de changer de main. Le repreneur, Rémi Maupin, promet de continuer à promouvoir le savoir-faire de la fabrication sur-mesure de cette entreprise de la Marne.

Le 1er janvier 2019, Remi Maupin a repris, aux trois frères Perrein, la société Perrein de matériel agricole (Sopema) située à Saint-Pierre (Marne). Cette structure, crée en 1980, est reconnue pour son savoir-faire dans la fabrication de machines sur-mesure, telles que des bennes à betteraves, des porte-outils… Sous ses couleurs jaune et rouge, la Sopema produit aussi des remorques débardeuses de betteraves, des repousse-tas et différents matériels de travail du sol, à l’instar de herses, de sous-soleuses, de décompacteurs, de préparateurs de lit de semences... Rémi Maupin, âgé de 35 ans et titulaire d’un BTS Acse, est apparu comme le candidat idéal pour la reprise, car il tient à assurer la continuité de cette entreprise à taille humaine. Il connaît également parfaitement le milieu agricole, grâce à son expérience de 15 ans en tant que commercial en concession. Le jeune directeur a conservé l’équipe de 12 salariés. Il peut ainsi compter sur les compétences de Jean-Loïk Cardon, responsable du bureau d’études, à la Sopema depuis 15 ans. Il va aussi profiter d’une période de tuilage, durant quelques mois, assurée par Hervé Perrein, l’un des trois fondateurs.

Rémi Maupin - SOPEMA - Hervé Perrein - Jean-Loïk Cardon

Rémi Maupin (à gauche), directeur général, Hervé Perrein (au centre), l’un des trois frères fondateurs, Jean-Loïk Cardon (à droite), responsable du bureau d’études. (Crédit : Anne Verzeaux)

 

Bientôt une arracheuse de betteraves au catalogue

La spécialité de la Sopema reste le travail du sol avec plus de 650 porte-outils (herse + croskill + croskillettes), spécifiques aux terres de craie, qui tournent en Champagne. Rémi Maupin souhaite désormais renforcer la présence dans le domaine de la récolte des betteraves. Une des machines phares est la débardeuse. La première a été créée en 1996. Cette remorque autochargeuse est aujourd’hui proposée en différentes capacités. La plus grande, d’une contenance de 45 m3, emporte plus de 30 tonnes de betteraves propres et se vidange en 30 secondes. La prochaine étape est la sortie d’un ensemble broyeur et arracheuse pour proposer le package complet pour chantiers décomposés. « Le broyeur existe déjà à la Sopema. Il s’agit d’un modèle à fléaux Y qui dépose les feuilles dans l’interrang. Il nous reste à développer le bâti arracheur, qui sera équipé de disques et non de socs dans un premier temps. Pour cet outil, nous disposons déjà des soleils et maitrisons la conception des châssis et les entraînements hydrauliques, indique le dirigeant. Les chantiers décomposés représentent un investissement limité et valorisent le tracteur de 250-300 ch déjà présent sur l’exploitation. Ils permettent de maîtriser la main-d’œuvre en offrant un débit de chantier de 10 à 12 hectares par jour en ne mobilisant que deux personnes. ».

Renforcer l’appui aux concessionnaires

Le chef d’entreprise compte désormais exporter le savoir-faire de la Sopema au-delà des frontières de la Champagne. La marque est déjà connue dans d’autres départements, tels que le Nord, le Pas-de Calais, la Seine-Maritime, le Calvados… Mais l’idée du nouveau directeur est « de se faire un nom partout où l’on cultive de la betterave ». Rémi Maupin a les qualités pour réussir ce défi, grâce à sa solide expérience dans le commercial et ses qualités de gestionnaire. Et surtout, le jeune dirigeant a l’envie et le dynamisme. « Je souhaite renforcer les échanges avec les concessionnaires et aller à la rencontre des clients finaux. J’ai prévu d’y consacrer deux jours par semaine », confie-t-il. Pour être plus près du terrain, il imagine être présent lors des journées portes ouvertes de ses partenaires et de participer aux événements professionnels, comme la Foire de Châlons, Terres en fête...

Anne Verzeaux et David Laisney

www.sopema.com

Les plus lus

Gazole agricole fin GNR Réussir machinisme
Le GNR remplacé par un gazole agricole en 2023
Le projet de loi de finances rectificative repousse de 18 mois l'arrêt du GNR.  
Lucas Cornet, chef de cultures. « J’ai demandé au concessionnaire quelques adaptations, pour avoir une machine répondant précisément à mes besoins. » © L. Cornet
« Le scalpeur remplace les herbicides et sème les couverts »
Lucas Cornet, chef de cultures à la Rg Vallée Patatas dans l’Aube, apprécie l’efficacité du scalpeur pour détruire les adventices…
Régis Le Métayer, céréalier à Saint-Lambert dans les Yvelines. "L'organisation particulière de nos chantiers de récolte justifie l'investissement dans notre propre moissonneuse-batteuse." © M. Portier
« Une moissonneuse-batteuse en propre pour répondre à nos exigences de récolte »
En renouvelant tous les cinq ans sa machine à 6 secoueurs, Régis Le Métayer, céréalier à Saint-Lambert dans les Yvelines, s’…
New Holland T7 HD PLM Connect Réussir Machinisme
New Holland présente sa nouvelle génération de tracteur T7 HD
New Holland dévoile la nouvelle génération de tracteurs T7 HD qui se veulent plus confortables et plus connectés.
Fabrice Chesnais observe de meilleures levées en colza et maïs depuis qu’il pratique le semis en strip-till.  © F. Chesnais
Fabrice Chesnais économise de l’eau et du carburant grâce au strip-till
Céréalier et entrepreneur de travaux agricoles dans la Beauce, Fabrice Chesnais implante le colza et le maïs grain avec un strip-…
John Deere GridCon2 Joker Réussir machinisme
[VIDEO] - John Deere - Deux tracteurs électriques connectés par un câble
Le constructeur américain John Deere associe les concepts GridCon et Joker.     
Publicité