Aller au contenu principal

[ESSAI] Merlo TF42.7TT CS 145-CVTronic – « Un télescopique vif et confortable »

Agriculteur utilisant depuis plus de vingt ans un chariot télescopique sur son exploitation laitière, Thierry Chanu, installé près de Vire dans le Calvados, donne son ressenti après une semaine au volant du Merlo Turbofarmer 42.7 testé dans sa version la plus haut de gamme.

Décliné en six versions, le chariot télescopique Turbofarmer 42.7 de Merlo présente une capacité de charge de 4,2 t et lève à une hauteur maximale de 7 m, voire 7,20 m lorsqu’il intègre les mécanismes de correction du dévers et de déport latéral de la flèche qualifiés par le sigle TT. Équipé systématiquement d’un circuit hydraulique load sensing délivrant 150 l/min, cet appareil est uniquement disponible avec un moteur Deutz quatre cylindres 3,6 l Stage V délivrant 143 ch. Il est proposé avec ou sans suspension de cabine (CS) et accède à deux types de transmission hydrostatique. La première est associée à une boîte mécanique Merlo à deux rapports, tandis que la seconde, baptisée CVTronic, assure une variation continue de la vitesse entre 0 et 40 km/h. Toutes options, le modèle essayé bénéficie de la suspension active de la flèche (BSS) se désactivant automatiquement en dessous de 3 km/h. Comme les autres chariots télescopiques agricoles Turbofarmer 42.7, cet engin reçoit des ponts moteurs de type portique fabriqués par Merlo, qui favorisent la garde au sol : 46 cm contre 38 cm pour les ponts à réducteurs épicycloïdaux avec des pneus 400/70 R24. Le freinage est assuré par quatre disques secs positionnés à la sortie des différentiels avant et arrière.

Les conditions du test

Le test s’est déroulé mi-mars durant une période sèche et ensoleillée. Thierry Chanu a réalisé 10 heures avec le chargeur télescopique Merlo, principalement pour remplir des épandeurs de fumier au champ lors d’un chantier de 12 ha. Il l’a aussi utilisé pour charger sa remorque mélangeuse et tracter le plateau à paille.

Les plus

Visibilité

Réactivité du bras

Comportement sur route

Puissance

Les moins

Cabine haut perchée

Feux de route trop bas

Commodo des clignotants et levier d’inverseur

Rangements insuffisants

Au travail « Stable et puissant »

 

 
Le télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC affiche une capacité de levage maximale de 4,2 tonnes. © D. Laisney

 

Testé au début au chargement de la mélangeuse, j’ai mis du temps à m’adapter à la transmission hydrostatique, moi qui conduis depuis toujours des télescopiques équipés d’un convertisseur de couple. Le fait qu’il s’arrête dès qu’on lâche la pédale d’accélérateur me perturbe. À force de l’utiliser, je me suis habitué à ce comportement et confirme que c’est un réel avantage pour manœuvrer avec précision. La cabine haute a le mérite de dégager une bonne vue à 360 degrés. Le pot d’échappement est particulièrement imposant, mais sa position n’entrave pas la visibilité arrière droite. Pour changer d’outil, le dispositif Tac-lock de verrouillage automatique est de série. Comme au neutre, il n’y a pas de pression dans les flexibles, c’est facile de les retirer et il n’est pas nécessaire d’appuyer sur un quelconque bouton pour décompresser le circuit. Ceci implique en revanche de disposer d’un clapet hydraulique spécifique sur chaque équipement multifonction, un accessoire à ajouter obligatoirement en cas d’utilisation d’outils d’autres marques sur un télescopique Merlo.

 

 
Le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC dispose d'un circuit hydraulique débitant 150 l/min. © T. Chanu

 

Au chargement de fumier au champ, le Merlo s’est très bien défendu. Avec de grosses fourchées de fumier, comme il est bien équilibré, il reste stable et ne lève pas de l’arrière. Toutefois, dans les parcelles en pente, l’assise haute peut impressionner en donnant un sentiment d’insécurité. Le bon débit hydraulique garantit des mouvements réactifs. Le système de protection contre les surcharges est sensible et le bip d’avertissement a tendance, à mon goût, à retentir trop souvent. Ombre au tableau, l’interface d’attelage de l’outil se charge de fumier qu’il faut retirer à la main. J’ai rencontré le même souci au chargement de l’ensilage de maïs, qui finit par tomber avec les vibrations, salissant du coup les bétons entre le front d’attaque et la mélangeuse.

 

 
Le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC circule à une vitesse maximale de 40 km/h. © D. Laisney

 

Sur la route, la cabine et le bras suspendus rendent les déplacements très confortables. L’insonorisation de la cabine est bonne. L’unique rétroviseur à gauche et les deux à droite ne sont pas trop imposants et s’avèrent suffisamment efficaces. Avec le plateau à paille, le télescopique Merlo fait preuve d’une bonne capacité de traction, grimpe bien les côtes et se révèle stable. Mes reproches portent surtout sur l’ergonomie. Le commodo des clignotants, placé à 10 heures par rapport au volant, n’est pas facile à manipuler. C’est dommage que le frein à main engagé n’interdise pas l’avancement, car j’ai oublié de le désactiver à plusieurs reprises. De nuit, j’ai constaté que les phares positionnés trop bas éclairent le godet plutôt que la route, ce qui oblige à circuler avec l’outil relevé.

 

 
Le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC dispose d'un système correcteur de dévers piloté par deux vérins verticaux situés à l'avant du châssis. © D. Laisney

 

Le télescopique Turbofarmer essayé intègre le déport droit et gauche du châssis (+/- 150 mm au niveau du pont avant), ainsi que le correcteur de dévers (+/- 8 degrés). Le réglage du déport s’avère pratique lors du rangement de balles, par exemple, afin de déplacer le bras latéralement sans devoir manœuvrer l’engin. Le correcteur de dévers s’utilise lors de travaux de manutention sur les terrains en pente, mais son intérêt en usage agricole reste pour moi limité. Ces fonctionnalités complexifient la partie avant de l’appareil en ajoutant des articulations et trois vérins. Comme j’ai pu l’observer, leur agencement crée des espaces qui se chargent de matières et compliquent le nettoyage.

En cabine – « Une vraie suspension de cabine »

 

 
La cabine est assez haut perchée sur le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC. © D. Laisney

 

La porte du Turbofarmer se compose de deux éléments vitrés, qui se rabattent entièrement vers l’arrière. Mesurant un mètre de large, la cabine est assez haut perchée. Elle dispose sur le côté gauche d’un retour qui réduit la largeur de l’ouverture au niveau du plancher et ne facilite pas la descente. Comme en pivotant sur le siège pour descendre, mon pied gauche tapait à chaque fois dans cette partie, j’ai pris l’habitude de quitter le poste de conduite en marche arrière, la façon la plus sûre. La suspension hydropneumatique active CS s’adapte au poids du chauffeur. Elle affiche un débattement de 110 mm (-60/+50 mm) et peut être désactivée pour réduire la hauteur hors tout. Le Turbofarmer dispose d’un essuie-glace sur le toit et sur la vitre arrière, mais pas sur le côté droit. Pour gérer celui du pare-brise, la commande n’est pas très intuitive (un appui sur le bouton pour l’intermittence, deux appuis pour le fonctionnement en continu et rester appuyer trois secondes pour l’éteindre). Côté rangement, il y a deux vide-poches en cabine, mais il manque une boîte à outils.

 

 
Le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC dispose de deux écrans en cabine. © D. Laisney

 

Bien lisible, l’ordinateur de bord situé derrière le volant affiche notamment les niveaux de carburant et d’AdBlue, le régime et la température du moteur, ainsi que la vitesse d’avancement. Monté sur l’accoudoir solidaire du siège, le joystick intègre deux capteurs de présence obligeant à le prendre bien en main pour piloter les fonctions du bras. Une barre de leds vertes s’allume sur son pommeau lorsqu’il est fonctionnel. L’inversion du sens de marche se contrôle au choix avec le levier à gauche du volant ou le bouton sur le joystick. L’inverseur à la main gauche est selon moi trop petit et oblige à lâcher le volant pour l’actionner. Le joystick est pour ma part trop haut, ou bien l’accoudoir trop bas, car je n’ai pas trouvé de position confortable, étant notamment contraint de lever à chaque fois l’avant-bras pour atteindre le bouton d’inversion du sens de marche situé sur la face arrière. L’autoradio, placé dans l’angle arrière droit sous le pavillon, n’est quant à lui pas facile à régler en roulant.

 

 

 

Placé à droite du tableau de bord, le terminal de 10,1 pouces sert à régler les débits pour chaque mouvement du bras et permet de programmer six profils d’utilisateurs. Il s’accompagne d’un système de pesée (1 000 lignes mémorisables) et peut afficher l’image d’une caméra de recul optionnelle. Cet écran intègre le dispositif ASCS (Adaptative Stability Control System) assurant la stabilité du télescopique en bloquant les mouvements aggravants. Il représente l’abaque de charge propre à l’outil attelé et colorie en rouge les zones dangereuses en fonction du délestage de l’essieu arrière, de la position du bras, de l’extension du télescope et de la charge réelle mesurée par le système de pesée. Le chauffeur connaît ainsi les limites du Turbofarmer pour le travail donné et peut alors adapter sa conduite, afin de maintenir les mouvements dans la partie verte et de travailler sans risque de blocage de certaines actions du bras. La fonction ASCS donne aussi la possibilité de définir une zone virtuelle limitant, par exemple, la hauteur de levage sous les hangars.

Entretien – « Tous les filtres sont bien accessibles »

 

 
Le compartiment moteur du télescopique Merlo TF42.7 est assez dense, mais les différents filtres et jauges sont bien accessibles. © D. Laisney

 

Le compartiment moteur est bien rempli avec le moteur longitudinal associé au module hydrostatique de la transmission CVTronic et aux pompes hydrauliques de service. Les niveaux de liquide de refroidissement et d’huile de transmission sont bien visibles. La jauge à huile moteur est accessible, comme les filtres à gazole, à huile et à air. L’alternateur et le compresseur de climatisation s’atteignent facilement. En revanche, pour démonter le démarreur et d’autres composants cachés derrière le moteur, il faut retirer des trappes boulonnées sous le compartiment ou dans le tunnel accueillant le bras télescopique. Positionnés à plat, les différents radiateurs et l’intercooler air/air reçoivent en partie supérieure un tamis amovible maintenu par des petites vis papillon, qui limite le colmatage. Lors des travaux en conditions poussiéreuses et pour éjecter les menues pailles se collant sur la grille supérieure du capot, le chauffeur engage manuellement (pas de mode automatique) l’inversion du sens de rotation du ventilateur animé hydrauliquement. Par ailleurs, le filtre d’habitacle se dépose sans difficulté depuis l’intérieur de la cabine. La batterie placée à l’avant du châssis est particulièrement accessible.

 

 
Le chargeur télescopique Merlo TF42.7TT CS 145-CVTRONIC affiche une capacité de charge maximale de 4,2 tonnes. © D. Laisney

 

Fiche technique Merlo TF42.7TT CS-145-CVTRONIC

HOMOLOGATION

Vitesse maxi : 40 km/h

Poids à vide : 8 200 kg

PTRA : 28 650 kg

MOTEUR

Marque : Deutz 4 cylindres

Cylindrée : 3 600 cm3

Puissance : 143 ch

Couple maxi : 550 N. m à 1 600 tr/min

Norme et système antipollution : Stage V/DOC + FAP + SCR

Intervalle d’entretien : 500 heures

TRANSMISSION

Type : Hydrostatique à double moteur

CIRCUIT HYDRAULIQUE

Type : Load sensing

Débit : 150 l/min

CAPACITÉS DE FLÈCHE

Hauteur de levage (point de pivot) : 7,2 m

Capacité maxi : 4 200 kg

Portée avant maxi : 3,8 m

Charge à la portée maxi : 1 750 kg

DIMENSIONS

Capacité du réservoir à carburant/AdBlue : 140/18 l

Hauteur hors tout : 2,53 m

Garde au sol : 46 cm

Empattement : 2,81 m

Rayon de braquage extérieur aux roues : 3,99 m

Monte pneumatique du modèle essayé : 460/70 R24

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Fendt figure parmi les pionniers de la CVT.
Transmissions à variation continue - Qui fournit qui ?
Présentes depuis plus de deux décennies sur les tracteurs, les transmissions à variation continue se sont largement démocratisées…
Claas propose un modèle 6 secoueurs équipé d’un moteur de 507 chevaux avec la Lexion 6900.
Moissonneuses-batteuses - Secoueurs ou rotors - Comment choisir ?
Entre une grosse machine à secoueurs et une moissonneuse-batteuse non-conventionnelle de début de gamme, il est naturel d’hésiter…
Compter entre 300 et 400 ch pour emmener le scalpeur Franquet CultiScalp de 12 m
Franquet - Le Cultiscalp prend de l’envergure
Franquet étoffe son offre en scalpeurs avec un modèle de 12 m.
Broyeur de bois automoteur Diamant 2000
Albach – Performances boostées sur le broyeur de bois automoteur Diamant 2000
Reconnu pour sa capacité à dévorer les troncs entiers des essences les plus dures et à produire des plaquettes de bonne qualité,…
Le pneu Michelin Evobib est spécialement conçu pour les tracteurs équipés d'un système de télégonflage.
Michelin - Le pneu Evobib en deux dimensions
Le pneumatique spécialement conçu pour les tracteurs équipés d’un système de télégonflage arrive dans une nouvelle version, avec…
Publicité