Aller au contenu principal

[Essai] Landini Rex 4 90 F - "Un tracteur bien né »

Jérôme Zaros, vigneron à la Sauve (Gironde), a pris en main la nouvelle génération de tracteurs vignerons Rex 4. Il nous fait part de ses impressions après une semaine de conduite.

 

 
Dévoilés au salon italien Eima 2016, les Landini Rex 4 abritent un moteur Deutz quatre cylindres de 2,9 litres, répondant à la norme antipollution Tier 4i. Dessinés à partir d’une feuille blanche, ils se déclinent en six puissances (70, 75, 90, 95, 102 et 111 ch) et en six versions : V à partir de 1 m de large, F (1,30 m mini), S (une cabine de V sur un F), GT (1,50 m mini), GE (fruitier bas) et GB (fruitier ultrabas). Dotée d’une gestion électronique, cette motorisation plus sobre et plus silencieuse donne accès à la mémorisation d’un régime moteur que le chauffeur peut rappeler. Combinée à un inverseur mécanique ou sous charge, la transmission propose trois gammes et quatre vitesses, auxquelles peuvent se greffer un doubleur ou un tripleur (comme le modèle essayé). En option, s’ajoute une gamme de rampantes. Pour la prise de force, Landini propose jusqu’à quatre régimes (540, 540E, 1000 et 1000E) activables mécaniquement ou hydrauliquement. De série, le circuit hydraulique s’appuie sur une pompe de 28 l/min pour les servitudes et une autre de 55 l/min (hydraulique et relevage), cette dernière étant remplacée en option par deux de 41 l/min.

 

Plus haute et plus spacieuse, la cabine de catégorie 2 (4 en option) propose un passage de tunnel quasi plat, un pare-brise montant très haut, ainsi que des commandes ergonomiques.

Autre évolution majeure, le pont avant High Pivot équipant les Rex 4 V offre un angle d’oscillation important, aidé par un châssis en taille de guêpe, facilitant le braquage. Les versions plus larges peuvent dorénavant accéder à un pont avant suspendu à engagement électrohydraulique des quatre roues motrices et du blocage de différentiel.

Les conditions du test

Jérôme Zaros a essayé le Rex 4 90 F la troisième semaine de juillet 2019. Le vigneron a pu tester le tracteur avec une rogneuse arrière un rang Kirogn, avec un broyeur Vigolo dans de l’herbe bien épaisse, ainsi que sur la route.

Les plus

Le confort

La visibilité

L’ergonomie

Le plancher quasi plat

Les moins

La finition

Le braquage

La position du levier de gammes

En cabine « Une visibilité terrible »

 

 
Pour accéder en cabine, je trouve le marchepied très bien dessiné. La poignée intérieure, au niveau de l’aile, facilite la montée en cabine. Cela peut paraître un détail, mais c’est top. Attention toutefois au pot d’échappement quand il est chaud.

 

Même s’ils mériteraient une finition plus aboutie, les plastiques en matériau lisse me conviennent bien : c’est un atout pour l’entretien. Le plancher est quasi plat : le milieu légèrement bombé ne gêne en rien le confort. Et il n’y a aucun frein physique à l’évacuation de l’eau. C’est facile à laver.

 

 
Le capot est bas, ce qui lui procure une visibilité terrible. De même en bas, sur les côtés ou en arrière : il n’y a que quand le relevage est tout en bas que l’on est obligé de se pencher. Et sa largeur n’est pas gênante.

 

Le pare-brise monte haut : si cela a moins d’utilité en viticulture qu’en arboriculture, cela procure une bonne luminosité en cabine.

Et pour les travaux nocturnes, il est équipé de phares à leds (option) que je n’ai pas eu l’occasion de tester.

 

 
Les commandes sont dans l’ensemble ergonomiques, tombant bien sous la main. Seul le bouton de relevage, dont j’apprécie la position neutre, est un peu trop en arrière à mon goût. Le tracteur à l’essai est généreusement pourvu en coupleurs hydrauliques : 3 paires à l’arrière et 5 à l’avant, tous alimentés par deux pompes de 41 l/min chacune. C’est suffisant. Si les distributeurs spécifiques à l’avant sont à commande électrohydraulique, ce n’est pas le cas à l’arrière, sur ce modèle essayé : cette option est depuis disponible. Un joystick permet de commander jusqu’à 4 fonctions.

 

Au travail « Le confort règne »

 

 
Au broyeur, dans une végétation épaisse, j’ai travaillé avec les régimes 540 tr/min et sa version économique. Les 90 chevaux sont bien là. J’ai bien aimé le passage des régimes de prise de force en cabine, d’autant que ce tracteur est équipé de quatre régimes, 540 et 1 000 tr/min, et leurs pendants économiques. Soulevant sans difficulté les 580 kg du broyeur, le relevage monte haut : un atout avec une tarière ou une sous-soleuse.

 

Je n’ai pas testé la prise de force automatique, qui permet de paramétrer deux positions de relevage, en montée et en descente, pour respectivement désactiver et activer la prise de force.

 

 
Sur route, le tracteur se montre très confortable. Le siège Grammer offre une bonne assise et le pont avant suspendu se combine bien avec l’absorbeur de chocs sur le relevage arrière pour réduire les vibrations en cabine. Sur le levier de vitesses, les trois boutons tombent bien sous les doigts : le passage des vitesses s’effectue tout en souplesse. La réactivité est un peu longue, mais cela s’ajuste en concession une fois que le tracteur a passé les 50 heures. Seule la troisième vitesse est un peu loin vers l’avant. Pour ce qui du levier de gammes, je le préfère sur le côté qu’entre les jambes.

 

 

 
À la rogneuse, j’ai pu tester la mémorisation des régimes moteur. Dommage que ceux-ci ne restent pas enregistrés après avoir redémarré le tracteur. Les distributeurs sont bien positionnés et précis.

 

Par ailleurs, pour ajuster la position de la rogneuse, j’ai pu m’aider des stabilisateurs hydrauliques, commandés par deux boutons, l’un pour le déport droite et gauche, l’autre pour la position fixe ou flottante. Le déport est un peu brusque. Landini assure que ce défaut a été corrigé.

Les rétroviseurs se sont montrés un peu trop bas pour mon vignoble.

Le tracteur étant préparé pour toutes les configurations de déclivité, le diamètre de braquage, mesuré à 8,50 m, n’est pas à son avantage malgré des pneus avant étroits : il pourrait être davantage optimisé pour l’exploitation.

Entretien « Un accès facile à la batterie et au filtre à air »

 

 
À l’avant, le filtre à air moteur et la batterie sont très accessibles, comme tous les autres filtres, exception d’un filtre à huile qui nécessite la dépose d’un panneau latéral. Cette dernière opération est également incontournable pour extraire la prégrille devant les radiateurs. À droite, j’ai bien aimé la boîte à outils, petite mais bien placée.

 

Les filtres de cabine sont quant à eux placés de chaque côté du toit.

FICHE TECHNIQUE

Landini Rex 4 90 F

MOTEUR

Puissance maximale : 90 ch à 2 200 tr/min

Couple maxi : 380 Nm à 1 600 tr/min

Nombre de cylindres/cylindrée : 4 / 2 900 cm3

Norme et système de dépollution : Tier 4i avec EGR et DOC

Capacité d’huile du moteur : 8,5 l

Intervalle de vidange : 250 h

TRANSMISSION

Type : Semi-powershift

Nombre de rapports av/ar : 36/12

Régime moteur à 40 km/h : XXXX tr/min

Régimes de prise de force : 540, 540 Eco, 1000 et 1000 Eco à 1 944, 1 628, 1 917 et 1 621 tr/min moteur

CIRCUIT HYDRAULIQUE

Type : Pompe à cylindrée variable ou à engrenage

Débit, pression : 82 l/min à 180 bars

Volume d’huile hydraulique exportable : 25 à 30 l

Nombre de distributeurs av/ar : 2 électrohydrauliques + 3 mécaniques repiqués/3 mécaniques

RELEVAGE

Capacité aux rotules sur toute la course : 3 400 kg

DIMENSIONS

Capacité du réservoir : 80 l

Hauteur hors-tout : 2,40 m

Empattement : 2,14 m

Poids à vide : 2 800 kg

Monte de pneumatique : 7.50 R18 et 340/85 R28

BUDGET

Prix catalogue du modèle de base hors taxes au 1er avril 2020 : 63 000 euros

Prix catalogue du modèle essayé hors taxes au 1er avril 2020 : 88 000 euros

Les plus lus

Gazole agricole fin GNR Réussir machinisme
Le GNR remplacé par un gazole agricole en 2023
Le projet de loi de finances rectificative repousse de 18 mois l'arrêt du GNR.  
Lucas Cornet, chef de cultures. « J’ai demandé au concessionnaire quelques adaptations, pour avoir une machine répondant précisément à mes besoins. » © L. Cornet
« Le scalpeur remplace les herbicides et sème les couverts »
Lucas Cornet, chef de cultures à la Rg Vallée Patatas dans l’Aube, apprécie l’efficacité du scalpeur pour détruire les adventices…
Régis Le Métayer, céréalier à Saint-Lambert dans les Yvelines. "L'organisation particulière de nos chantiers de récolte justifie l'investissement dans notre propre moissonneuse-batteuse." © M. Portier
« Une moissonneuse-batteuse en propre pour répondre à nos exigences de récolte »
En renouvelant tous les cinq ans sa machine à 6 secoueurs, Régis Le Métayer, céréalier à Saint-Lambert dans les Yvelines, s’…
New Holland T7 HD PLM Connect Réussir Machinisme
New Holland présente sa nouvelle génération de tracteur T7 HD
New Holland dévoile la nouvelle génération de tracteurs T7 HD qui se veulent plus confortables et plus connectés.
Fabrice Chesnais observe de meilleures levées en colza et maïs depuis qu’il pratique le semis en strip-till.  © F. Chesnais
Fabrice Chesnais économise de l’eau et du carburant grâce au strip-till
Céréalier et entrepreneur de travaux agricoles dans la Beauce, Fabrice Chesnais implante le colza et le maïs grain avec un strip-…
John Deere GridCon2 Joker Réussir machinisme
[VIDEO] - John Deere - Deux tracteurs électriques connectés par un câble
Le constructeur américain John Deere associe les concepts GridCon et Joker.     
Publicité