Aller au contenu principal

Epandeurs d’engrais pneumatiques : souplesse et précision dans les apports

Les distributeurs d’engrais pneumatiques à rampe présentent de nombreux avantages, comme la précision et la capacité à travailler en présence de vent. Ils donnent aussi la possibilité d’appliquer des semences, des couverts végétaux, ainsi que des fertilisants pas chers aux qualités peu compatibles avec les épandeurs centrifuges.

Pour fertiliser, deux familles d’épandeurs se côtoient dans les campagnes : les centrifuges et les modèles pneumatiques à rampe. Les premiers sont les leaders incontestés pour les apports d’engrais granulés. Ils présentent l’intérêt d’être abordables économiquement et garantissent de bons débits de chantier. Leur qualité de travail repose cependant sur plusieurs critères déterminants, dont en priorité la bonne qualité balistique du fertilisant, pour atteindre la largeur souhaitée. L’absence de vent, afin d’obtenir une répartition au sol optimale, est un autre point crucial sur lequel l’utilisateur n’a aucune influence. Moins courants et clairement plus chers à l’achat que les centrifuges, les distributeurs pneumatiques à rampe présentent de nombreux avantages. Comme ils s’affranchissent du vent, ils sortent plus facilement au champ et par conséquent élargissent les fenêtres d’utilisation. Leur principe d’épandage garantit une bonne répartition sur toute la largeur de travail et assure la fertilisation des bordures et des angles des parcelles au carré, sans envoyer de granulés chez les voisins. Ces appareils ont aussi le grand avantage de donner de bons résultats avec des engrais mal calibrés, légers ou encore de mauvaise qualité physique. « Notre modèle traîné Aero GT applique parfaitement des produits sur 36 mètres, tels que des urées enrobées, qui sont impossibles à épandre avec un centrifuge sur une telle largeur », précise Vincent Gérard, responsable produit fertilisation chez Kuhn. La compatibilité avec des engrais moins chers constitue une réelle piste pour amortir l’investissement, qui dépasse les 150 000 euros pour la machine traînée de Kuhn. « En achetant du fertilisant premier prix, il est facile d’abaisser le coût des intrants d’au moins 50 euros par hectare. Grâce à cette économie, nous estimons que l’appareil se rentabilise en 6 ans sur une exploitation de 500 hectares. Par ailleurs, la possibilité d’apporter des urées enrobées sur de grande largeur est intéressante, car cet engrais, en libérant progressivement l’azote, peut générer des gains de rendement non négligeables » , indique Vincent Gérard.

 

Vers une modulation de la dose par diffuseur

Les distributeurs à rampe sont par ailleurs valorisés à l’épandage des couverts végétaux, des céréales, voire de l’antilimace, des produits difficiles à appliquer correctement avec un épandeur à disques. « Un de mes clients sème 150 hectares de blé par jour avec son appareil pneumatique de 12 mètres d’envergure utilisé en association avec une herse à gros peignes. D’autres attèlent leur épandeur pneumatique sur le relevage avant pour apporter l’engrais de fond au moment du déchaumage », remarque Etienne Bazin de la société Eco-Mulch. Ces matériels, notamment les versions équipées d’une rampe de grande envergure, s’apparentent en termes d’utilisation à un pulvérisateur et se révèlent moins maniables qu’un centrifuge. Ils demandent ainsi plus d’attention au chauffeur et davantage d’entretien. Eco-Mulch fabrique les modèles portés Précis à rampe de 12, 18 ou 24 mètres, ainsi que les Multi-Pro correspondant à la combinaison d’une rampe (3 à 16 mètres) alimentée par une trémie indépendante. Fonctionnant sur le principe des semoirs en lignes pneumatiques, les Multi-Pro comptent d’une à six unités de dosage centralisées et des têtes de répartition alimentées par des tuyaux souples pour distribuer l’engrais ou les autres produits sur la largeur de la rampe. Le Précis d’Eco-Mulch comme les distributeurs pneumatiques MD d’Arbos (12 mètres de large), Wing Jet de Kongskilde (12, 18 et 24 mètres) et Aero GT de  Kuhn (30, 32 et 36 mètres) se caractérisent par leur rampe intégrant des tuyauteries rigides alimentant chacune un déflecteur. Tous ces appareils reçoivent en option la modulation du dosage. Le modèle traîné Aero GT commercialisé par Kuhn, et fabriqué par l’Allemand Rauch, est le plus évolué. Il intègre la technologie Isobus et profite de la coupure pilotée par GPS de ses six tronçons (5 diffuseurs par tronçon). Ce distributeur pneumatique a été présenté à l’Agritechnica 2019 avec la coupure et la modulation du débit individuelles des diffuseurs. Il sera ainsi capable d’apporter 30 doses différentes sur la largeur de travail, un niveau de performance inaccessible avec un épandeur centrifuge. Cette technologie devrait à terme bénéficier au modèle porté Kuhn Aero encore à l’état de prototype et dont la rampe devrait atteindre une largeur maximale de 30 mètres.

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Valtra Série G tracteur Réussir machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la série G
La nouvelle gamme de tracteurs de la série G s'inscrit entre la série A et la série N. Petit point sur cette nouvelle offre.
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité