Aller au contenu principal

BioCover SyreN - Le lisier épandu sans odeur et en limitant les pertes d’azote

Distribué en France par Mauguin Citagri, le procédé SyreN de la firme danoise BioCover consiste à acidifier le lisier au moment de l’épandage, afin de réduire les pertes d’azote ammoniacal et les nuisances olfactives.

Les agriculteurs souhaitant bien exploiter toute la valeur fertilisante de leur lisier et épandre sans nuisance olfactive pourraient se laisser séduire par le SyreN. Ce dispositif, conçu par la société danoise BioCover et distribué en exclusivité en France par Mauguin Citagri, consiste à acidifier le lisier, afin de transformer l’azote ammoniacal, particulièrement volatil, en sel d’ammonium. Cette dernière formulation chimique présente les plus faibles pertes dans l’environnement, grâce à sa charge d’ions positifs. Les cations ammonium (NH4 +) se fixent en effet sur les minéraux du sol. Pour convertir l’ammoniac en ammonium, le système SyreN abaisse le pH du lisier en utilisant de l’acide sulfurique : à 6,4 le fabricant annonce réduire les émissions d’azote ammoniacal de 50 % et d’environ 100 % à pH 5,5. La dose apportée pour abaisser le pH à 6,4 dépend du pH initial et se situe en moyenne à 1 l/m3 en lisier de bovins et à 1,5 l/m3 en effluents de porcs. En digestat d’unités de méthanisation au pH très élevé (jusqu’à 9), la quantité atteint parfois 4 voire 5 l/m3. L’injection d’acide sulfurique présente par ailleurs l’intérêt d’assurer la fertilisation soufrée, à hauteur de 577 grammes de soufre par litre.

L’acide sulfurique injecté à l’épandage

Le procédé SyreN se justifie particulièrement avec les rampes à pendillards avec lesquelles le lisier est déposé en surface. Il impose la présence d’un débitmètre sur la tonne et fait appel à un module accroché sur le relevage frontal du tracteur, qui intègre un conteneur IBC de 1 000 l à double paroi pour le transport de l’acide (densité de 1,8), ainsi qu’une réserve d’eau pour le rinçage de la tuyauterie. Le transfert de la cuve avant vers la tonne à lisier s’opère à l’aide d’une pompe en inox et de flexibles spécifiques pourvus de raccords sans écoulement. Tout dételage de l’équipement demande de rincer au préalable les canalisations à l’eau claire. Pour des raisons de sécurité, l’injection s’opère sur la canalisation de refoulement de la tonne à lisier alimentant le ou les broyeurs répartiteurs. L’apport d’acide dans l’effluent s’accompagne, en effet, d’une montée en température et d’un moussage qui augmente son volume. La quantité injectée est gérée par le terminal Isobus du tracteur ou par une console fournie par BioCover. Elle dépend de l’objectif recherché en priorité : fertilisation soufrée ou réduction du pH. Dans le second cas, le pH est mesuré en permanence par un analyseur embarqué sur la rampe et aucun ajout d’acide n’a lieu dans les cinq premiers mètres cubes épandus à chaque nouveau chantier, le temps du calibrage du système.

Traçabilité des apports et du pH

Le fonctionnement du système BioCover est particulièrement sécurisé. Le chauffeur doit d’abord créer un chantier et renseigner le nom du client sur la console Isobus. L’injection de l’acide est ensuite soumise à certains critères : allure d’avancement minimale prédéfinie, débit d’au moins 2 m3/min, vanne en position d’épandage et prise de force en rotation. Durant le chantier, le GPS et la carte SIM intégrés dans le dispositif garantissent une totale traçabilité. Toutes les dix secondes, les données sont transmises vers un serveur dédié, qui stocke le nom du client et du champ, la date et l’heure, le volume d’effluents épandu, le pH du lisier avant et après traitement, la quantité d’acide injectée… Il est aussi possible de localiser la tonne depuis un ordinateur durant le chantier. Toute cette technologie représente un investissement conséquent : 72 000 à 80 000 € pour l’équipement SyreN et la formation des utilisateurs. À ce montant il convient d’ajouter l’abonnement internet de 600 €/an, le renouvellement tous les six ans des flexibles transportant l’acide, le remplacement tous les cinq ans de la cuve interne du conteneur IBC et tous les dix ans de sa paroi externe.

Des additifs pour amender le lisier

 

 

Le module frontal du SyreN intègre un dispositif pour l’incorporation d’additifs. Il est ainsi possible, au moment du remplissage de la tonne, de traiter le lisier avec un inhibiteur de nitrification d’azote qui retarde la transformation de l’azote ammoniacal en nitrates, limitant ainsi les pertes par lessivage. Ce procédé diminue également les émissions de N2O, un gaz à effet de serre puissant, et améliore la qualité des récoltes (hausse de la valeur nutritive et gain en taux de protéines). La cuve à additif donne aussi la possibilité d’incorporer du sulfate de fer, afin de diminuer certaines odeurs, comme celle d’œuf pourri des eaux usées des stations d’épuration. Elle peut s’utiliser également pour apporter du nitrate de manganèse dans le but de corriger les carences du sol.

Le transport d’acide soumis aux règles ADR

 

 

Le transport de l’acide sulfurique indispensable au système Syren doit répondre, comme pour toutes les matières dangereuses, à la réglementation européenne ADR. Toutefois, l’ensemble constitué de la tonne à lisier et de la cuve IBC intégrée dans le module monté sur le relevage avant du tracteur, constitue un outil de travail qui dispense le chauffeur des formations obligatoires. En revanche, il est interdit pour l’utilisateur d’emporter sur le chantier les conteneurs IBC sur une remorque agricole ou tout autre plateau. L’acide sulfurique doit alors être livré sur l’exploitation, à la Cuma ou à l’ETA par le fournisseur, et le changement de cuve durant l’épandage s’effectue au même endroit.

Les plus lus

Cannabis roues tracteur Réussir Machinisme
176 kg de cannabis cachés dans les roues d'un tracteur
Trois trafiquants ont été interpelés à Brive-la-Gaillarde : ils dissimulaient 176 kg de cannabis dans des roues de tracteur. 
Circulation routière Réussir machinisme
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Les joysticks multifonctions offrent une ergonomie de plus en plus élaborée au fil des générations de tracteurs. Celui des T8 Genesis de New Holland offre une meilleure identification des boutons par le toucher.
Tracteurs - Les qualités d'un joystick ergonomique
Proposé de série ou en option, le joystick multifonction est devenu un équipement de confort incontournable sur les tracteurs. Si…
Philippe Stival utilise un tracteur de 200 chevaux pour travailler le sol entre 35 et 40 centimètres de profondeur avec sa bêche rotative de trois mètres de large. © P. Stival
« J’utilise une rotobêche pour lutter contre le taupin »
Chez Philippe Stival, céréalier et producteur de pommes de terre à Miribel dans l’Ain, la bêche rotative est un outil déterminant…
Vervaet Quad 550 Réussir Machinisme
Vervaet - Un Quad de 550 chevaux pour l'épandage du lisier
Vervaet vient de dévoiler son dernier automoteur Quad 550 à quatre roues qu'il annonce particulièrement polyvalent. Cet engin de…
Valtra série A5 Réussir Machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la cinquième génération de la série A
Le constructeur finlandais de tracteurs Valtra dévoile la cinquième génération de la série A.
Publicité