Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

DOSSIER DU MOIS
Le gavage en groupe change les habitudes

Au-delà du bien-être animal, le passage au logement collectif des canards à gaver a une incidence sur les pratiques d’élevage et de gavage, ainsi que sur le travail du gaveur. Il oblige à davantage de technicité.

Il reste à peine trois ans à la filière de canard gras pour équiper toutes ses unités de gavage de logements collectifs. À fin 2012, selon le Cifog, un quart du parc français était conforme aux critères de bien-être. Le rythme des investissements s’est forte ment accéléré ces derniers mois sous l’impulsion des subventions de FranceAgriMer, dont le troisième programme d’aide s’achève prochainement.

Sans tout bouleverser, le passage au logement collectif a néanmoins une incidence sur la conduite d’élevage et de gavage, qui devient encore plus technique. Elle demande plus de rigueur, surtout en conditions hivernales. D’une gestion individuelle en épinette, on passe à une gestion de groupe, avec des interactions entre individus beaucoup plus mobiles. Une difficulté de locomotion sur un canard se révèlera rapidement pénalisante.

Tout l’enjeu est de recevoir des lots de prêts à gaver de qualité optimale, très homogènes et avec de bons d’aplombs. À ce niveau, les principaux leviers d’action portent sur les conditions de démarrage, l’accès à l’eau et à l’aliment, et le contrôle des croissances, la gestion des parcours, la nutrition et la maîtrise sanitaire.

D’après les organisations de production interrogées, le passage au logement collectif a globalement peu d’impact sur les performances zootechniques en gavage, avec toutefois une légère hausse de l’ingéré de maïs. Il existe une certaine variabilité entre unités de gavage car les adaptations fonctionnant dans un atelier ne donnent pas forcément les mêmes résultats ailleurs. Le logement collectif oblige aussi à revoir certaines connaissances comme les besoins de ventilation du canard, ce sur quoi travaillent l’Itavi et le Palmipole.

Pour les gaveurs expérimentés, le plus dur est d’accepter de changer les habitudes et de gaver à un rythme plus faible. Le gavage demande plus d’observation et un sens animalier plus aigu. « Pour certains, cela devient un facteur de motivation », relève le responsable d’une organisation de production.

Avec le recul des premiers gaveurs installés, les a priori négatifs s’estompent. Une fois passée l’adaptation des premiers mois, beaucoup sont agréablement surpris de l’amélioration de la pénibilité. Le gavage est plus physique - il faut aller chercher le canard, bien lui tendre le cou pour ne pas risquer de le blesser - mais les gestes moins répétitifs occasionnent moins de douleurs. "Les conséquences du changement ne doivent cependant pas être sous-estimées et l'accompagnement du gaveur durant les premiers lots est essentiel."

Côté économique, selon les calculs de l’Itavi, le passage aux nouvelles normes induit un surcoût de 0,45 euro par animal sortie gavage et une majoration du temps de travail estimée à 10 %, soit de fortes répercussions. Souvent, il est associé à une hausse de quelques pourcents de la capacité de l’atelier (optimisation des surfaces). Les aides proposées par certaines organisation de production atténuent la baisse de rémunération du gaveur (30 % à même capacité). Mais surtout, c’est la poursuite des subventions de FranceAgriMer qui paraît essentielle à la profession pour maintenir le rythme des rénovations, compenser les arrêts d’unité de production et être fin prêt pour l’échéance du 31 décembre 2015.

 

SOMMAIRE

P18 : "Il est trop tôt pour observer une évolution des pathologie"
Jean-Marc Huguet, vétérinaire

P19 : "Des PAG homogènes avec de bons aplombs"
Pierre Le Rossignol, Inzo

P19 : Avis de sélectionneurs
Bernard Alletru du groupe Orvia et Bernard Retailleau du groupe Grimaud Frères

P20 : "La qualité des prêts à gaver est primordiale"
David Pasquay, éleveur dans les Deux-Sèvres

P21 : "Une alimentation adaptée à un canard plus performant"
Maïsadour - Nutricia - Sud-Ouest aliment

P24 : Le gavage demande plus de technicité et de sens animalier
Pierre Cazajous et Guillaume Fraize, gaveurs landais

P26 : Concilier bien-être, conditions de travail et performances
Bilan des essais au lycée agricole de Périgueux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Vous aimerez aussi

Vignette
« Compostage et Composts, avancées scientifiques et techniques »

Cet ouvrage collectif, rédigé par une soixantaine de contributeurs, actualise les connaissances scientifiques et…

Vignette
Le démarrage précoce des poussins en débat

Des innovations technologiques permettent de nourrir les poussins dès leur éclosion. Leur mise en œuvre à grande échelle…

Vignette
Les enseignements de l’étude Gest CO2
Un projet de recherche sur la maîtrise du CO2 propose des recommandations techniques sur son mesurage en bâtiment et…
Vignette
Maïsadour déploie sa nouvelle démarche en mulards
La coopérative landaise réorganise sa production de canards prêts à gaver autour d’éleveurs « nouvelle génération » avec des…
Vignette
Comment Tuffigo Rapidex intègre le gaz carbonique
Depuis septembre 2017, tous les boîtiers Avitouch comportent une fonction de régulation supplémentaire sur le CO2. Explications…
Vignette
Reconversions réussies du poulet export vers la dinde

L’arrêt du poulet export pour Tilly Sabco a conduit son principal fournisseur Univol-Nutréa a incité ses éleveurs spécialisés…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)