Aller au contenu principal

Génétique : l’adaptabilité des poules à leur milieu peut être transmise par les gênes

Trois indicateurs de résilience transmissibles aux descendants ont été découverts chez la poule pondeuse. Leur prise en compte dans les programmes de sélection permettra d’améliorer la capacité des volailles à s’adapter à des perturbations de leur environnement, dans un contexte de changement climatique et de diversification des modes d’élevage, liées aux attentes sociétales de bien-être animal et de démédication.

Avec l'accès au parcours extérieur, les élevages de poules pondeuses sont plus sujets à des perturbations comme les variations de température ou l'exposition à des agents infectieux.
© A. Puybasset

La capacité de la poule à s’adapter à des perturbations de son environnement d’élevage est héritable d’environ 10%, c'est à dire qu'elle peut être en partie transmise par les gênes d'une génération à l'autre. C’est ce qui ressort d’une récente étude menée par l’Inrae, l’université de Wageningen (Pays-Bas) et l’entreprise de sélection Hendrix Genetics.

Elle a porté sur l’analyse des données de ponte de 60 000 poules pondeuses issues de deux lignées pures (White Leghorn et Rhode Island), suivies pendant 58 semaines.  

Une chute du taux de ponte survient souvent lorsque l’animal fait face à une perturbation de son environnement, par exemple des variations de température ou une exposition à des pathogènes. Les scientifiques ont d’abord estimé le rythme de ponte attendu en l’absence de perturbation pour chaque poule. Puis ils ont calculé par animal l’écart entre la ponte réalisée et celle attendue.

L’analyse statistique des écarts individuels a permis de calculer trois indicateurs de résilience :

  1. Un indicateur de sensibilité aux perturbations : importance de l’écart du rythme de ponte par rapport à la courbe de ponte attendue
     
  2. Un indicateur de vitesse de récupération après une perturbation : évolution sur deux semaines consécutives de l’écart du taux de ponte par rapport à la courbe attendue
     
  3. Un indicateur général de résilience tenant compte à la fois de la sensibilité de la poule et de sa capacité de récupération

 

Avec ces trois indicateurs faciles à calculer, il devient possible de mesurer la résilience d’une poule, un caractère jusqu’à présent complexe à évaluer. « Ces résultats montrent qu’il est possible d’inclure l’amélioration de la résilience dans les programmes de sélection des poules pondeuses », souligne l’Inrae. Une dimension de plus en plus importante à prendre en compte avec l'évolution des modes d'élevage (attentes bien-être, démédication) et la nécessité d'avoir des volailles s'adaptant à des milieux d'élevage plus diversifiés et davantage sujets à des perturbations comme les variations de température ou l'exposition à des agents infectieux. 

"Par ailleurs, en limitant les chutes de ponte, sélectionner sur la résilience permettra indirectement d’augmenter la production d’œufs», avance l'Inrae. 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Les volailles libérées dans 77 départements
L’arrêté paru ce matin autorise à nouveau la sortie des volailles ayant habituellement accès à un parcours.
Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
Nous mettons régulièrement à jour une carte interactive pour aider les lecteurs de la Revue Réussir Volailles - abonnés et…
Grippe aviaire : quand les volailles vont-elles sortir dans les parcours ??
Le ministère de l’agriculture planche sur un abaissement du risque influenza, permettant la fin progressive territorialisée de la…
Grippe aviaire : l’âge de sortie des Gallinacés raccourci à huit semaines
Dans les zones indemnes de foyers d’influenza aviaire, l’âge d’accès au parcours peut être avancé de deux semaines selon l’…
Grippe aviaire : Les palmipèdes autorisés à sortir à leur tour
Après les volailles la semaine dernière, les palmipèdes ont à nouveau partiellement accès au plein air.
Le rat brun est l'espèce la plus impactante
Comment réguler efficacement les rongeurs en élevage
Contrôler les populations de rongeurs indésirables en élevage ne s’improvise pas comme en témoigne Philippe Le Tirant, technicien…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)