Réussir Aviculture 20 avril 2007 à 14h42 | Par Pascal Le Douarin

Volaille de chair/Installation - La Ciab prépare l´avenir de ses éleveurs

Easylap est un partenariat initié par la Ciab entre de nouveaux éleveurs de lapins et leurs opérateurs économiques. Il pourrait être transposé à la volaille.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis janvier 2006, la coopérative vendéenne Ciab(1) a développé « Easylap », un concept économique novateur dans l´élevage de lapins. Comme en volailles, l´installation de nouveaux éleveurs de lapins fait face à des blocages : montant élevé des investissements, réticences des banques, carences de candidats d´origine agricole, défaut d´image du métier. En légère perte de vitesse, l´activité cunicole de la coopérative avait aussi besoin d´être redynamisée par un projet différenciateur.
En quoi consiste Easylap ? C´est un partenariat financier entre un éleveur et une SARL constituée des opérateurs économiques, fournisseurs ou acheteurs de l´éleveur. Les deux parties prenantes créent une société civile d´exploitation agricole (SCEA), dans laquelle l´éleveur majoritaire au capital sera le gérant.
Une fois installé, celui-ci reçoit 1000 euros de revenu de base garantis durant six ans et complétés d´une prime variant en fonction des résultats (500 euros sur la base des résultats moyens des éleveurs Ciab). En fin d´exercice, 85 % du résultat est reversé à l´éleveur. A partir de la septième année, l´éleveur rachète les parts de la SARL pour acquérir sa totale autonomie financière. Le système permet d´installer des candidats sans apport personnel. Sécurisées par la garantie des débouchés et les soutiens apportés (formation, suivi technique...), les banques ont été très favorables.
Patrick Bouron, président de la Ciab : « Easylap n´est pas le modèle d´installation unique, et ce n´est pas non plus de l´intégration ou du façonnage déguisés. » ©P. Le Douarin

Pourquoi pas un Easyvolaille ?
« Easylap a l´ambition d´être une alternative pour des candidats de tous âges dans l´impossibilité de s´installer de manière classique. Nous avons besoin d´élargir notre périmètre de recherche de candidats, en offrant des solutions sécurisantes », explique Patrick Bouron, le président de la Ciab. A quand un Easyvolaille ? Pour le moment, rien n´a été lancé, mais le modèle est facilement extrapolable estime Patrick Bouron. « En lapin, nous avons fixé un cadre technique (bâtiment neuf pour une UTH), rappelle le président En volailles, rien n´empêcherait de monter des Easyvolailles avec des bâtiments existants ».
Beaucoup des adhérents volailles se trouvent dans la tranche des plus de 50 ans. Certains n´ont pas de successeurs dans leur environnement familial.

« La Ciab a le devoir d´agir pour ses adhérents sur le point de s´arrêter, insiste le président. Ils seront demandeurs. Nous allons devoir nous habituer à jouer le rôle de détecteurs de candidats et de metteurs en relation avec nos adhérents. » Ce qui suppose une plus large ouverture sur l´environnement socio-économique rural. Il faudra aussi mieux faire connaître le métier et démontrer qu´il est rentable. « Nous avons entrepris de faire agréer les éleveurs comme maîtres de stage. Accueillir des jeunes, c´est susciter la naissance de la génération future et faire de la communication positive sur notre métier. Nous en avons besoin. »
(1) La Ciab réunit des éleveurs de lapins et de volailles standard et label. Elle est actionnaire du groupe Arrivé, ainsi que des abattoirs Multilap et Savic-Bernard (volailles traditionnelles).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui