Réussir Aviculture 15 octobre 2010 à 11h05 | Par p. Le Douarin

Villa Germania - Les ambitions en canard du Brésil

Même dans le secteur des productions mineures, le Brésil a de fortes ambitions exportatrices.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Avec 7500 têtes abattues par jour et un chiffre d’affaires de 20 millions de reis(1) en 2009, l’entreprise Villa Germania est le leader du canard, de l’oie et du lapin au Brésil. Pourtant 60 % des produits sont exportés en Afrique et en Asie sous forme de filets et de cuisses désossées. La consommation brésilienne de canard n’est que de 21 grammes par habitant. Depuis 2004, André Grütmacher, le fondateur de l’entreprise en 1995, a l’ambition d’obtenir la certification pour fournir l’Europe, mais la crise aviaire de 2006 avait retardé ses projets.


AGRANDISSEMENT EN 2011


Fin août, il a annoncé la réalisation de ce projet, à travers un investissement de 30 millions de reis (13,6 millions d’euros). Pour financer cette opération, le fonds d’investissement Mercatto Alimentos est entré au capital de l’entreprise à hauteur de 40 %. La capacité d’abattage va être portée à 25000 canards par jour sur le site situé à Indaial dans une région de l’État de Santa Catarina (Vale do Itajai), qualifiée d’« Europe brésilienne ». L’abattage des autres volailles mineures (pintade, poulet fermier, lapin) va être sous-traité localement. Une nouvelle ligne de fabrication de produits cuits devrait être lancée en 2011. Le nombre d’éleveurs intégrés passera de 45 à 120.


(1) 1 euro = 2,21 reis en septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui