Réussir Aviculture 06 mai 2016 à 08h00 | Par La rédaction

Univol mise sur la performance

Le groupement de production Univol poursuit sa mue du poulet export vers le poulet « métro ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour atteindre un coût du vif compétitif, le groupement breton fait évoluer les aliments, les contrats, les bâtiments et les éleveurs.
Pour atteindre un coût du vif compétitif, le groupement breton fait évoluer les aliments, les contrats, les bâtiments et les éleveurs. - © P. Le Douarin

En cinq années, les volumes de vif produits par les 230 éleveurs bretons d’Univol (l’activité volailles chair de Nutréa), sont restés quasiment stables à 95 000-100 000 tonnes de vif. Mais leur nature a profondément changé, avec une inversion entre poulet « export » (29 % des volumes contre 57 % en 2010) et poulet « métro » (56 % contre 33 %). La part de la dinde a progressé de 7 % à 12 %. Pascale Madec, la directrice d’Univol, l’explique par la recherche de la performance et par la réactivité. Pour atteindre un coût du vif compétitif dans un marché breton en baisse, il a fallu faire évoluer les aliments, les contrats, les bâtiments et les éleveurs.

Fin du poulet de souche JA

Par manque de compétitivité, 70000 mètres carrés ont été arrêtés et remplacés. Cinquante mille autres (sur 510 000 m2), doivent évoluer pour répondre à l’alourdissement des poulets (2,6 kg en tout venant, 3,8 kg en sexé), notamment pour l’abattoir Gastronome de Languidic (56). Depuis janvier, les mises en place de souche JA pour Tilly Sabco Bretagne (17 % des volumes en 2015) sont arrêtées. Le poulet JV se poursuit avec Doux (19 % des volumes 2015). Enfin, l’activité repro (70 millions d’OAC) est en plein rajeunissement, avec une réadaptation du parc à la souche Ross 308. Univol veut aussi maintenir son planning de dindes à 25 000 par semaine, ce qui est parfois difficile. « Pour être toujours en phase avec nos débouchés et surtout mieux passer les différentes crises nous voudrions que les éleveurs soient plus polyvalents », souligne Pascale Madec.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui