Réussir Aviculture 04 avril 2018 à 14h00 | Par Armelle Puybasset

Un poulailler neuf en soignant l’insertion paysagère

Installée depuis juin 2017, Hélène Challier reprend progressivement l’exploitation de volailles de chair de ses parents et a fait construire un bâtiment de 2000 m2, engagé dans la démarche Nature d’Éleveurs de LDC.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hélène Challier : « Je tenais à m’installer avec un projet de bâtiment innovant. C’est plus valorisant. »
Hélène Challier : « Je tenais à m’installer avec un projet de bâtiment innovant. C’est plus valorisant. » - © A. Puybasset

C’est un changement de vie radical pour Hélène Challier, qui a laissé tomber sa blouse d’infirmière pour s’installer en volaille de chair et prendre la suite de l’exploitation de ses parents, Noëlle et Claude, à Reffuvieille dans la Manche. Anticipant leur fin de carrière, ces derniers arrêtent le lait en 2014 et proposent de lui céder les trois poulaillers de 1000 m2. « Motivée par ce challenge et fière de reprendre l’exploitation familiale », elle prend néanmoins le temps de mûrir son projet. « Je tenais à m’installer en investissant moi-même dans un bâtiment innovant. C’est plus motivant et valorisant. » Pendant deux ans et demi, la jeune femme monte son projet tout en continuant son premier métier. Au 15 juin 2017, elle s’installe officiellement à 25 ans pour exploiter l’un des poulaillers de 1000 m2 ainsi que le neuf de 2000 m2, démarré en décembre 2017. La transmission se fera progressivement, ses parents continuant d’exploiter pendant deux ans les deux autres poulaillers.

Un choix spécifique des couleurs de matériaux

Accompagnée par son organisation de production Alimab, l’éleveuse a visité de nombreux bâtiments de dernière génération, l’aidant à confirmer ses choix. À commencer par l’insertion paysagère du poulailler de 104 mètres sur 20 mètres de large. Construit parallèlement à deux anciens, il se trouve juste devant la maison d’habitation. « Avoir un beau cadre de travail est aussi important pour nous que pour les visiteurs. » Une attention particulière a été portée sur le choix des couleurs de matériaux : pignons imitation bois, toiture orangée style brique, silos gris… Le site a été entièrement enrobé, les poteaux électriques supprimés. « Des arbustes ont été plantés tout autour du bâtiment il y a un an. D’autres plantations sont prévues au printemps. » La coque construite par Sérupa est équipée d’une charpente métallique et bardée de panneaux Farmwall très isolants (50 mm de mousse de polyuréthane sur les côtés, 60 mm au plafond). La ventilation bilatérale avec extraction haute et pignon est sous concept Fancom. Inscrit dans la démarche Nature d’Éleveurs du groupe LDC, le poulailler dispose d’un sol bétonné isolé en périphérie et d’un éclairage naturel. Les fenêtres, insérées au-dessus des trappes sur chaque long pan, peuvent être obscurcies par des panneaux extérieurs, commandés par des treuils manuels. Le reste des équipements intérieurs du bâtiment polyvalent (installation Matavicol) comprend 6 canons de chauffage, 5 lignes de mangeoires Leroy et 6 rampes de pipettes Big Dutchman, un peson Sodalec…

L'intégration paysagère du bâtiment est soignée : pignons imitation bois, toiture style brique, abords bitumés, plantations....
L'intégration paysagère du bâtiment est soignée : pignons imitation bois, toiture style brique, abords bitumés, plantations.... - © A. Puybasset

Une prise de relais en douceur

Le coût du bâtiment est de 300 euros/m2, y compris la pose de l’enrobé ainsi que la fosse de réception des eaux de lavage et la pompe de transfert vers la fosse de l’ancienne stabulation à 100 mètres. En plus des aides du groupe LDC (30 euros/m2), l’éleveuse a déposé un dossier de subvention PCAEA(1).

Le fait de décaler de six mois l’installation et la construction du bâtiment a facilité la prise en main en douceur (4 lots de recul en poulet standard ou lourd). Les quatre poulaillers du site sont conduits en bande unique. Dans les faits, Hélène et son père font le tour des bâtiments ensemble. « On travaille en binôme, c’est bien plus enrichissant, pour l’un comme pour l’autre. »

(1) PCAEA :  plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui