Réussir Aviculture 14 juin 2016 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

Un marché 2015 dynamique en volaille de chair

Soutenu par la consommation intérieure et le grand export, le marché avicole s’est bien porté en 2015 en particulier pour la filière poulet. 2016 s’annonce plus difficile dans un contexte d’Influenza aviaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’augmentation de la consommation de viande de volaille a profité à la production française mais aussi aux importations, notamment dans le secteur de la restauration hors domicile.
L’augmentation de la consommation de viande de volaille a profité à la production française mais aussi aux importations, notamment dans le secteur de la restauration hors domicile. - © Jean-Charles Gutner

La volaille est de plus en plus prisée des français, grappillant des parts de marché aux autres viandes. Selon Agreste, la consommation est en progression constante de 1,2 % par an depuis 40 ans. Elle a atteint son plus haut niveau en 2015 avec un tonnage de 1,8 million de tonnes (soit + 1,7 %/2014). Toutes les espèces n’en profitent pas de la même manière : c’est le poulet qui rafle la mise (hausse de 3,1 % de la consommation) ainsi que le canard tandis que celle de dinde régresse. Cette bonne tenue de la consommation a profité l’an dernier à la production française mais pas seulement. Une partie étant toujours prise par les importations qui ont progressé de 6 %, destinées principalement à la restauration hors domicile. Après avoir légèrement fléchi pendant deux ans, la part des importations dans la consommation de poulets a de nouveau augmenté en 2015. Plus de quatre poulets sur dix consommés en France sont ainsi importés. Ils proviennent pour 94 % de l’Union européenne. La Belgique et les Pays-Bas restent les premiers fournisseurs tandis que les provenances de Pologne et du Royaume-Uni ont le plus progressé l’an dernier.

La production retrouve son niveau de 2007

Approchant 1,9 million de tonnes, dont deux tiers en poulet, la production française a retrouvé son niveau de 2007. Entre 2014 et 2015, elle a gagné trois points en poulet et 2,5 points en canard mais baissé de 2,8 % en dinde. « En plus d’une bonne tenue de la demande sur les marchés intérieurs et européens, le dynamisme sur le marché du grand export a aussi été propice au redressement de la production française en 2015 », souligne Agreste. La France exporte toujours davantage de viande de volaille qu’elle n’en importe, même si le solde ne cesse de diminuer (19 000 tonnes équivalents carcasses soit deux fois moins qu’en 2014). C’est l’inverse pour la seule production de poulet. En valeur, le solde du commerce extérieur de viande de volaille redevient légèrement positif (+19 millions d’euros). Il est fortement déficitaire avec l’UE (-395 millions d’euros) et largement positif avec les pays extracommunautaires (414 millions d’euros). L’impact des embargos sur les produits avicoles suite à la découverte de foyers d’influenza aviaire a été ressenti sur les exportations de produits français dès le mois de décembre 2015. Il se confirme sur les deux premiers mois de 2016 (-4,4 %).

« Les importations progressent sous la forte impulsion des achats en canard », précise la dernière note de conjoncture d’Agreste. Sans surprise, l’excédent d’importation provient majoritairement des fournisseurs historiques de la France : la Bulgarie et la Hongrie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui