Réussir Aviculture 19 juillet 2018 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

Soigner son insertion paysagère

L'utilisation du végétal et le soin des abords permettent d'embellir les exploitations et contribuent à donner une image positive des produits issus des élevages et de la profession. Ils bénéficient tout autant aux éleveurs en améliorant leur cadre de vie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ne pas cacher les bâtiments mais les « fondre » dans le paysage
Ne pas cacher les bâtiments mais les « fondre » dans le paysage - © A. Puybasset

L'insertion paysagère des exploitations n'est pas toujours suffisamment prise en compte, par manque de temps, de moyens, voire même d'intérêt. Il est vrai qu'elle peut paraître secondaire aux yeux des éleveurs, qui s'attachent prioritairement au soin des animaux et à avoir des équipements de bâtiments performants. Mais vis-à-vis des attentes sociétales, l'insertion paysagère revêt de plus en plus d'importance car elle est associée à l'image de nos productions. « Le consommateur fait un lien direct entre le paysage et la qualité du produit, d'autant plus lorsque les animaux ne sont pas visibles, souligne Philippe Guillet, conseiller paysagiste de la chambre d'agriculture de la Sarthe. Le paysage, c'est en quelque sorte l'enveloppe du produit. »

Mais surtout, en améliorant le cadre de vie et le fonctionnement de l'exploitation, l'insertion paysagère bénéficie en premier lieu aux éleveurs et à leurs salariés. C'est votre environnement quotidien ! Il n'y a pas de recette toute faite pour embellir son site et il n'est pas forcément nécessaire d'engager des dépenses importantes ni de se donner d'objectifs trop ambitieux. Au fil des pages qui suivent, vous découvrirez les conseils d'un expert en paysages ainsi que trois exemples de sites, dans lesquels les éleveurs témoignent de leurs motivations : avoir des abords propres et bien aménagés pour gagner en confort de travail et en biosécurité, utiliser l'arbre pour « fondre » les bâtiments dans le paysage et mieux séparer espace privé et professionnel tout en minimisant les besoins d'entretien, valoriser son patrimoine bâti... L'idée n'est pas de les copier mais de s'en inspirer et de découvrir les différents leviers possibles. « L'insertion paysagère ne doit pas être perçue comme une obligation mais comme un projet constructif, impliquant les éleveurs, les salariés, les enfants... et pourquoi pas le voisinage. » Le paysagiste conseille également de construire un projet simple et évolutif, facilement atteignable, et d'échanger entre agriculteurs pour partager les expériences. À part la charte Ecobel, élaborée par les instituts techniques il y a quelques années, il existe très peu de guides ou de cahiers des charges sur lesquels s'appuyer. On peut regretter qu'à l'exception d'aides directes à la plantation de haies bocagères, il n'y ait pas de plan national pour soutenir les investissements d'insertion paysagère. Cela ne devrait-il pas être une démarche collective, sachant que chaque élevage individuel influence l'image d'un groupe, d'une filière ? C'est ce qu'a initié le groupe LDC à travers sa démarche privée Nature d'éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui