Réussir Aviculture 13 mars 2007 à 11h38 | Par Pascal Le Douarin

Revalorisation des contrats chair - Les éleveurs bretons mettent la pression sur la GMS

Après des tentatives de discussion avec les abatteurs pour revaloriser les contrats, les éleveurs syndicalisés ont décidé d´agir à la source. Le 3 mars a eu lieu une opération
de « stickage » dans les hypermarchés français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2007, la situation financière de bon nombre d´aviculteurs chair va devenir intenable. Chiffres à l´appui, les responsables syndicaux de toutes les régions avicoles démontrent aisément que les charges se sont envolées depuis plusieurs années, bien au-delà des timides hausses de contrats consenties les années précédentes.
De plus, les allongements de durée d´élevage ou de vides sanitaires dus à la crise de la grippe aviaire se soldent par des manques à gagner qui réduisent d´autant le revenu. Sur 2005-2006, selon des données CER France, 40 % des éleveurs bretons spécialisés ont ainsi dégagé moins de 7 500 euros par actif. C´est moins de la moitié d´un Smic.
« Les éleveurs sont en train de crever, lâche Jean-Michel Choquet, éleveur dans le Morbihan. Le dernier tiers est déjà mort. A qui le tour ? »
Apposition d´un stick « cette grande surface plume les éleveurs », samedi 3 mars en Bretagne afin de sensibiliser les acheteurs à un plus juste partage de la valeur ajoutée. ©P. Le Douarin

Mettre abatteurs et GMS devant leurs responsabilités
Pourtant, les abatteurs recommencent à manquer de marchandises et font la chasse aux surfaces, mais toujours avec les mêmes contrats. Ce n´est pas faute d´avoir été sollicités depuis le mois de décembre, sans résultats tangibles. De çi de là, quelques opérateurs ont consenti une hausse de 10 euros/tonne de vif, bien loin d´être jugée satisfaisante. Parmi les réponses négatives des industriels, figure l´impossibilité de faire passer des hausses auprès des centrales d´achat. Les éleveurs bretons estiment que leurs demandes de revalorisation (deux Smic pour 2400 m2 de surface exploitée) auraient un impact de 2,5 à 4,7 centimes du kilo sur le prix de détail, alors que la marge des distributeurs oscillerait entre 1 et 2 ?/kg.
En conséquence, les éleveurs affiliés à la Confédération française de l´aviculture avaient envisagé de frapper en trois étapes.
Une recette des GMS est d´attirer le client avec les promotions payées par les fournisseurs et de marger sur les produits placés en rayon. ©P. Le Douarin

D´abord, en sensibilisant le 3 mars les consommateurs, en leur expliquant comment est répartie la valeur ajoutée des produits achetés en GMS. Seuls les Bretons y ont participé. A l´hyper U d´Yffiniac en Côtes-d´Armor, le directeur du magasin annonçait une marge moyenne de 22 à 24 %, mais les éleveurs ont pu constater, factures à l´appui, que certains produits margeaient à près de 50 % (Labels rouges), quand d´autres étaient en promotion, à un pour deux.
Ensuite, en provoquant courant mars, une rencontre à l´échelon national entre la FNSEA, la CFA, les abatteurs et la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Si rien n´aboutit du côté des abatteurs, les éleveurs retourneront en GMS sticker les marques. L´enjeu dépasse le sort des éleveurs. « Sans effort de revalorisation, les industriels risquent de se retrouver en manque structurel de volailles françaises et les GMS, sans volailles fraîches en rayon », a expliqué Pierre-Yves Lozahic à l´hyper U d´Yffiniac. Des mots qui ont fait tiquer le directeur du magasin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui