Réussir Aviculture 26 mars 2004 à 18h06 | Par Pascal Le Douarin

Relance des races traditionnelles - Le centre de sélection de Béchanne sélectionne les poulets des régions

Sélectionneur de la Gauloise blanche, socle génétique de l´AOC « volaille de Bresse », le Centre de sélection de la volaille de Bresse (CSVB) apporte son savoir-faire au renouveau de races authentiquement françaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Roland Bernigaud, directeur du CSVB basé à Béchanne, non loin de Bourg en Bresse, croit dur comme fer à l´avenir des races françaises dites « anciennes », délaissées depuis l´avènement de l´industrie avicole dans les années 60. « Soyons réalistes. Il y a dix ans, quand je posais la question de savoir quand nous mangerions du poulet thaïlandais en France, cela faisait sourire. Voyez où nous en sommes désormais. Pour exister encore, l´aviculture française doit se différencier. La voie des produits du terroir faits avec des races des régions est à développer. C´est notre credo ici à Béchanne. »
En cela, le troisième directeur qu´a connu le centre depuis sa création reste fidèle à l´esprit qui a contribué à la naissance du CSVB. Encore détenu par des organisations professionnelles agricoles (1), Béchanne ne fait pas de la génétique un « business » qui doit rapporter un maximum.
©P. Le Douarin


Privilégier les démarches collectives
Le CSVB fut créé en 1956 dans une ferme bressane appartenant à la Chambre d´agriculture de l´Ain pour détenir, conserver et améliorer les lignées de Gauloise blanche qui devaient fournir les parents des poussins de Bresse. Il produit aussi 70 % des poussins futurs AOC Bresse. Mais, le CSVB ayant failli disparaître à la fin des années 80, ses dirigeants ont décidé d´élargir leur champ d´activité. D´où l´intérêt pour d´autres races de poulet, encore existantes, qui pourraient retrouver une valorisation commerciale. Des accords de partenariat sont passés avec les promoteurs d´une race qui ne possèdent pas les moyens techniques, ni le savoir-faire. Le CSVB a décidé de conclure ces contrats de maîtrise génétique qu´avec des associations ou syndicats ayant des relations étroites avec les Chambres d´agriculture. Moyennant rémunération, Béchanne apporte son support technique. La valorisation commerciale est assurée par les propriétaires des animaux(2).

Le centre s´est doté d´une éthique précise, validée par une commission génétique indépendante (une par race) et par le syndicat des sélectionneurs (Sysaaf) : pas de « bidouillages » ni de mélanges qui feraient croire qu´une race est ancienne et traditionnelle sans l´être vraiment. En clair, le CSVB ne recréée pas ce qui a disparu, il améliore l´existant.
A ce jour, le Centre s´occupe de la Géline de Touraine, de la Bourbonnaise, de la Charolaise, de la Barbézieux, de la Houdan, de la Gournay. D´autres contacts sont en cours : Alsacienne, Melerault, Coucou de Rennes, Gatinaise, Caussade, Noire de Challans... Si les partenaires ont été séduits par la démarche, encore fallait-il que les outils mis à leur disposition correspondent à leurs attentes.
La rigueur d´un programme génétique impose la rigueur sanitaire et technique. « La décennie 90 a été une longue suite de remises en ligne » souligne Roland Bernigaud. Le CSVB a commencé par stopper son activité de sélection de pigeons de chair toute proche, revendue à Grimaud Frères Sélection. Ces bâtiments ont été réaménagés pour l´élevage de reproducteurs.

La quinzaine de bâtiments d´élevage et de ponte ont été rénovés et équipés des protections sanitaires de rigueur. L´élevage des lignées en sélection est passé du parquet collectif à la cage individuelle, avec la construction d´un bâtiment de sélection en 1993 de 4000 femelles et 500 mâles. « A l´époque, cela nous a permis de franchir un saut technique avec l´insémination artificielle et de faire d´énormes progrès » se rappelle le directeur. Une deuxième unité en cages, de 3000 femelles et 800 mâles est opérationnelle depuis février 2003 et rassemble les races autres que la Gauloise blanche. Le personnel est dédié à chaque zone (sélection, élevage, ponte) physiquement séparée des autres. La partie couvoir de production de poussins commerciaux de Bresse a été externalisée chez un confrère à la fois client (achat des reproducteurs) et concurrent (vente des poussins Bresse). Le couvoir de sélection sera bientôt rénové. Pour plus de transparence, l´activité sélection et l´activité accouvage seront aussi juridiquement séparées le 1er avril 2004.

Se diversifier aussi en races Bresse
La sélection est une activité aux coûts fixes importants, qui, pour être lucrative, s´amortit sur un grand volume de reproducteurs. Roland Bernigaud calcule que le coût de la sélection Gauloise blanche revient à 16,8 centimes par poussin Bresse vendu. Or les volumes de poussins Gauloise blanche mis en place stagnent voire régressent, et les ventes hors zone Bresse sont ultra minoritaires. Ne sachant pas comment évoluera ce marché qui constitue son unique débouché, le centre de Béchanne cherche une autre diversification pour son activité sélection-accouvage. Il mise sur deux races natives de la zone Bresse qui n´ont pas été retenues en 1957 par l´Appellation d´origine contrôlée. Il s´agit de la Gauloise grise et de la Gauloise noire. En voie de disparition dans les élevages, toutes deux ont été récupérées auprès de collectionneurs et sont améliorées depuis plusieurs années. La Gauloise noire est destinée à produire des oeufs de consommation de couleur crème, la Gauloise grise des poulets de chair. Des tests de production et commercialisation sont en cours.

Si ces deux races arrivent à se faire une place dans le coeur des professionnels bressans, à côté de leur grande soeur blanche, leur avenir ne dépendra plus que du bon vouloir du consommateur.
©D. R.


(1) 13 actionnaires : CA (Ain, Saône et Loire), CIVB, Groupama, 2 groupements de producteurs, Itavi, Syndicats (01, 71), Cérégrain, Itavi, Chambre de commerce
(2) Il s´agit bien d´exploiter les animaux d´une race donnée, sans droit de propriété et d´exclusivité quant à l´utilisation de la race.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui