Réussir Aviculture 28 octobre 2005 à 16h33 | Par Pascal Le Douarin

Recensement avicole de 2004 - Les surfaces bretonnes reculent de 20 % en 5 ans

La comparaison des recensements avicoles de 2000 et 2004 confirme le net recul de l´élevage avicole en Bretagne, en chair comme en oeufs de consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les chiffres du recensement avicole conduit entre octobre 2004 et janvier 2005 par les Directions départementales de l´agriculture commencent à sortir. La Direction de l´agriculture et des forêts de Bretagne distille ses chiffres sur la volaille de chair(1). Les autres régions devraient suivre cet automne mais, faute d´homogénéisation des moyens d´enquête (sondage et/ou recensement) et de diffusion, une comparaison des dynamiques régionales n´est pas possible.
La volaille de chair bretonne occupe encore 65 % des surfaces avicoles mais perd 1,2 million de mètres carrés en 5 ans. ©P. Le Douarin

Nette dégradation enregistrée depuis 2000
Même si la Bretagne reste la première région avicole, sa dynamique de développement s´est rompue à la fin des années 90. Cette décennie avait connu une érosion de 5 % des exploitations pour une hausse du parc de 13 %. La comparaison avec le recensement de 2000 (voir tableau ci-contre) montre qu´en 5 ans 24 % des exploitations avicoles de chair ont cessé leur activité et que le parc s´est réduit de 20 %. Entre 2000 et 2004, la production abattue par les entreprises régionales a diminué de 18 %. La même évolution est observée dans les élevages de production d´oeufs de consommation, avec presque 21 % de réduction du nombre d´exploitations (moins 190 sur un total de 917) comme de places de poules (moins 4,6 millions sur 17,8). Les cessations d´activité n´ont pas concerné que les plus vieux éleveurs : 60 % des arrêts ont touché les moins de 55 ans. Le malaise est donc profond. Pour les exploitations restantes, on constate une tendance à la concentration.
Celles qui ont le mieux résisté sont les plus grandes, qui continuent de s´agrandir. En chair, les plus de 3 400 m2 (8 % des fermes) occupent 20 % du parc. Le nombre de plus de 5 000 m2 est passé de 39 en 1988 à 64 en 2000, mais à 52 en 2004. La moitié se situe dans le Finistère. Néanmoins, la tranche de surface 900-1 300 m2 est la plus représentée avec 1 045 exploitations (34 % du total).
Pour l´avenir, la concentration devrait se poursuivre, sachant que 13 % des éleveurs auront plus de 65 ans en 2015. Et qu´au-delà les départs en retraite seront encore plus importants. Les 550 exploitants de moins de 35 ans pourront-ils ou voudront-ils reprendre ce que vont leur laisser à terme trois fois plus d´exploitants ?


(1) « Agreste Primeur » nº 165 - juillet 2005, sur les pondeuses et le gavage - « Agreste Bretagne » - août 2005 - La volaille de chair
perd 1 m2 sur 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui