Réussir Aviculture 09 février 2006 à 15h05 | Par Pascal Le Douarin

Ramassage des volailles - La mécanisation diminue les risques

Même si la vague d´acquisition de machines à ramasser les volailles s´est calmée, ses effets positifs se poursuivent. La CCMSA et les chambres d´agriculture de Bretagne font le bilan dans un document à paraître.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après avoir conçu et diffusé une bande dessinée de sensibilisation pour les ramasseurs de volaille inexpérimentés puis un livret d´autoformation, la CCMSA voulait aller plus loin. Elle s´est intéressée à l´impact des machines de ramassage sur la santé et la sécurité des personnes. Une étude a été réalisée en Bretagne et Pays de la Loire en 2003 et 2004, avec les chambres d´agriculture. Elle s´est penchée sur 5 prestataires de ramassage, 21 éleveurs de dinde, 4 de poulets et 2 de canards PAG.
Des conditions presque normales
Au niveau du temps de travail, les économies sont indiscutables : pour 1000 m2 de dinde, 27 h à la machine contre 42 h en manuel ; pour 21 000 poulets de 1,9 kg (trois camions) ; 13 à 20 h contre 27 à 54 h en manuel ; pour 2300 canards PAG de 4,1 kg, 11 h 30 contre 19 h 40 en manuel. Par contre les durées de chaque chantier d´enlèvement ont tendance à augmenter, en relation avec les temps d´installation et de désinstallation des machines. L´avantage est la réduction significative des intervenants, dans un contexte de raréfaction de la main-d´oeuvre disponible pour effectuer les tâches manuellement.
Pour Isabelle Pitz, ingénieur en prévention à la CCMSA, il est flagrant que la mécanisation a grandement amélioré les conditions de travail et réduit les risques d´accident. Pour une activité manuelle souvent rémunérée à l´heure, très intensive, la mécanisation était la seule façon de réduire les risques, sachant que la motivation initiale pour des machines était purement économique.

En poulet, les gestes et postures contraignantes, les griffures et infections des membres supérieurs ont été supprimés. Les risques de collision fortement réduits. Reste le problème de la poussière pour les encageurs lors de la chute des poulets en sortie de tapis de convoyage. Le fait de ne plus porter les dindes a les mêmes effets positifs qu´en poulet, pour peu que les animaux puissent se déplacer. Restant inférieurs à 80 décibels, les niveaux sonores des moteurs ne créent pas de risque de surdité, ni de risque toxique avec les gaz d´échappement.
En canard, la situation des attrapeurs est améliorée grandement tandis que les encageurs doivent toujours ouvrir les cages puis pivoter, saisir le canard et l´y glisser.
Les observations de la CCSMA sont corroborées par les utilisateurs. Les éleveurs sont très satisfaits, à coût égal en poulet (prestataire) et inférieur en dinde (0,11 ?/tête pour 1000 m2/an contre 0,17 ? en manuel). Les prestataires de services fidélisent leurs salariés et ils ont gagné en souplesse d´organisation. Pour les ramasseurs, aucun accident du travail n´a été signalé avec des machines.

Toujours des améliorations à apporter
Certains points pourraient être encore améliorés, estime Isabelle Pitz. En dinde avec la machine Ciemme, les coups d´ailes au niveau du tapis d´encagement seraient évitables avec un plexiglas fixé au-dessus du tapis, le risque de chute de la cabine avec une targette mécanique, les risques de coincement du bras ou de perte d´équilibre en coordonnant mieux le camion et la machine. En poulet, les souhaits d´amélioration portent sur une extension de la plate-forme d´encagement, sur la rotation du personnel affecté aux tiroirs, sur des protections adéquates contre le coincement des doigts ou pieds, pour éviter les contacts d´éléments souillés, pour limiter l´effet des poussières et les chutes de plain-pied. De nouveaux risques sont mis en évidence sur ces machines poulet : chute à l´avant ou sur la plate-forme, coincement entre tête de ramassage et mur, charge mentale lié au comptage « manuel ». A charge aux constructeurs de modifier leurs machines, à condition d´en avoir été informés. D´où ce document.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui