Réussir Aviculture 27 novembre 2007 à 15h13 | Par Pascal Le Douarin

Production d´électricité, chauffage - En marche vers les énergies renouvelables

Au-delà de l´enjeu environnemental, produire de la chaleur ou de l´électricité à partir des énergies renouvelables ouvre des opportunités aux aviculteurs. Les investissements, souvent lourds, doivent être mûrement réfléchis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le très médiatisé Grenelle de l´environnement vient d´affirmer comme une de ses mesures phares le développement des énergies renouvelables. Et si l´on en croit le projet de directive-cadre en discussion à Bruxelles, l´Europe ambitionne d´atteindre un objectif global de 20 % d´énergies vertes d´ici 2020. La proportion atteinte est aujourd´hui de 8,5 %.
En France, du fait d´une sensibilisation grandissante aux problèmes écologiques et d´une politique gouvernementale incitative, on assiste à un intérêt croissant pour les énergies renouvelables. Pour l´agriculteur, de nouvelles opportunités s´ouvrent, qu´il s´agisse d´une voie de diversification de son exploitation (vente de l´énergie produite) ou bien d´une recherche d´autonomie énergétique vis-à-vis des besoins en chauffage ou en électricité.
Certains aviculteurs ont déjà investi dans des chaudières à biomasse et utilisent la chaleur produite pour chauffer leur bâtiment.

Mais c´est probablement vers l´énergie solaire que se tournent prioritairement les éleveurs. En témoignent les nombreux projets qui se développent dans divers organismes de production, dont les Fermiers de Loué. Les grandes surfaces des toitures des bâtiments (poulaillers ou hangars agricoles) se prêtent bien à l´installation de panneaux photovoltaïques. Et surtout, le tarif de rachat de l´électricité décidé par le gouvernement a été revu à la hausse en juillet 2006 et est devenu très incitatif. Les retours sur investissement se situent entre 10 à 15 années lorsque la totalité de l´électricité est revendue à EDF.
L´intérêt pour l´énergie du vent est plus modéré. La réglementation a récemment évolué et un agriculteur qui installe aujourd´hui une éolienne sur son exploitation ne peut plus revendre (totalement ou partiellement) l´électricité à EDF. Elle est donc directement utilisée sur place, sans stockage possible, et répond à une recherche d´autonomie énergétique.

L´idée de produire de l´électricité et de la chaleur par la méthanisation des effluents d´élevage peut paraître très séduisante. Mais pour l´heure, la faisabilité d´une unité de production de biogaz en volailles n´est pas prouvée. Le fumier de volailles est peu méthanogène et les investissements sont colossaux. La recherche d´adaptation de cette technique à l´élevage avicole pourrait changer la donne.
Dans tous les cas de figures, investir dans une énergie renouvelable ne peut être une décision prise à la légère car les investissements sont souvent lourds.
Il ne faut pas non plus perdre de vue, que produire une énergie verte n´a pas beaucoup de sens, tout du moins éthique, s´il n´y a pas en parallèle une recherche de solutions pour réduire sa consommation d´énergie.
Les bâtiments agricoles se prêtent bien à l´installation de panneaux solaires. ©Armelle Puybasset

Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Aviculture de novembre 2007 (nº 131, p10 à 19).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui