Réussir Aviculture 26 octobre 2007 à 14h40 | Par Pascal Le Douarin

Pathologies aviaires - Surveillance des virus par imagerie et par séquençage génétique

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En complément de deux techniques de détection d´un passage viral que sont la sérologie « Élisa » (suite à une prise de sang en fin de lot) et l´histologie (étude microscopique des tissus), Le laboratoire Fort Dodge a mis au point deux techniques : l´imagerie assistée par ordinateur et l´amplification du matériel génétique associée au séquençage.
L´imagerie permet de qualifier précisément la diminution des cellules de l´immunité présente dans les bourses de Fabricius, le site privilégié de la multiplication du virus Gumboro. Les observations sont réparties en trois classes : sans lésion, lésions mineures, lésions majeures. Le docteur Hervé Le Galludec propose d´utiliser cet outil de la manière suivante. Dans une organisation ou dans un secteur géographique, des prélèvements sont effectués à trois semaines d´âge pour évaluer l´atteinte des bourses de Fabricius. Des lésions à cet âge signent un passage précoce du virus Gumboro à l´origine d´une maladie sub-clinique, sans véritables signes visibles mais avec des baisses de performances. Pour un éleveur confronté à des baisses inexpliquées, des prélèvements sont effectués à 3, 4 et 5 semaines, ce qui permet d´évaluer le moment du passage viral. Dans ces deux cas, en fonction des résultats, au niveau d´un groupe ou d´un seul éleveur, on peut envisager un changement d´âge de vaccination ou de type de vaccin. Sachant que la vaccination provoque des lésions mineures de la bourse, ne pas en retrouver posera la question d´une vaccination incorrecte.
Le séquençage génétique permet d´identifier le virus dans les cas où l´atteinte des tissus est importante. Une partie du matériel génétique codant pour la protéine VP2 (protéine à la base de l´immunité contre la maladie de Gumboro) est analysée afin de permettre la mise en évidence des différences sur cette VP2. En comparant avec des VP2 de virus de référence (classique, hypervirulent, variant) on peut classer les virus présents et mettre en évidence l´apparition de nouvelles souches. Il est alors possible de se servir de ces souches pour évaluer la qualité de la réponse vaccinale. Outre leur intérêt pour le diagnostic, ces méthodes permettent de suivre l´évolution de la population virale.

Tissus de bourse de Fabricius sans lésion ©à gauche et avec lésions majeures ©déplétion lymphocytaire sévère. ©Fort Dodge

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui