Réussir Aviculture 01 mars 2018 à 11h00 | Par P. Le Douarin

Octopus Robots cotée sur Euronext Access le 14 mars prochain

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le robot sacrificateur présenté au salon Space en septembre 2017
Le robot sacrificateur présenté au salon Space en septembre 2017 - © P. LE DOUARIN

La startup choletaise Octopus Robots a obtenu le 28 février l’autorisation de lever des fonds à la Bourse de Paris, via une admission technique sur Euronext Access. L’opération concerne 15 000 titres cédés au prix de 15.07 euros par action.

Pour Olivier Somville, président-fondateur de l’entreprise, « Notre présence en Bourse doit nous permettre d’augmenter notre visibilité et notoriété notamment à l’international. » Depuis son lancement, la société a levé 3.2 millions d’euros qui ont financé sa R&D et la commercialisation entamée fin 2017.

La startup développe des robots qui améliorent la sécurité sanitaire de sites d’élevage, agroalimentaires, industriels et d’établissements recevant du public. Sa technologie brevetée consiste à atomiser des substances sous forme de brouillard sec (biocides, vaccins, phytosanitaires).

A court terme, Octopus Robots mise sur le marché mondial de l’élevages des volailles pour se développer. Quatre versions de robots sont proposées : Octopus Scarifier pour traiter les litières de volailles, Octopus poultry safe pour assainir l’ambiance des élevages, Octopus poultry cleaner pour détecter et évacuer les volailles mortes, Octopus Biosafety pour décontaminer de grands volumes (centres commerciaux, aéroports…).

La production des robots s’effectue à Cholet. Elle a débuté au quatrième trimestre avec la construction de dix appareils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui