Réussir Aviculture 23 novembre 2007 à 14h58 | Par Pascal Le Douarin

Marchés mondiaux - Les prix des matières premières dopés par de faibles stocks

Les prix des matières premières devraient connaître dix années de hauts niveaux, car la demande mondiale n´est pas prête de se tarir et les stocks seront difficiles à reconstituer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2007, la récolte mondiale a atteint des records en céréales. Pourtant les consommateurs de matières premières ont été pris à revers, d´où des hausses très importantes. Louis Behaghel, directeur-adjoint du groupe In Vivo, responsable de l´activité marchés-stockage, estime que c´est d´abord la faiblesse des stocks mondiaux qui a conduit à l´emballement des cours de la plupart des matières premières végétales.
D´abord, il souligne que le marché des céréales est réellement devenu mondial. Depuis plusieurs années, les stocks mondiaux se réduisent sous la pression d´une demande plus élevée. Ces dix dernières années, huit fois sur dix la consommation a dépassé la production. Toutes les matières d´importance sont concernées. « En blé tendre, le marché est très tendu, inélastique et sans stock », résume l´expert. En clair, la moindre crainte de manquer peut faire grimper les cours. Compte tenu de la demande mondiale, des restrictions à l´exportation de certains pays (Ukraine, Russie), l´Europe va sans doute devoir exporter du blé tendre pour pallier les déficits existants dans le blé dur destiné à la consommation humaine.

Les récentes importations de maïs brésiliens (annoncées à 4-5 Mt dans l´UE) ne suffiront pas à couvrir le manque pour l´industrie de l´alimentation animale. D´autres achats seront nécessaires. L´orge fourragère se fait également rare en raison de mauvaises récoltes (Australie, Ukraine) et de stocks quasiment nuls. Il ne faudra pas y compter pour alimenter l´industrie de l´alimentation animale. En maïs, les marchés sont segmentés par la question des OGM, une segmentation qui a amplifié les hausses. Aux USA, la récolte de maïs OGM a été très bonne (338 Mt) avec 80 millions de t destinées à l´éthanol. Le prix du maïs américain se situe à 160 $/t. Au contraire, l´Europe est déficitaire et ne peut pas importer de maïs OGM américain. D´où des maïs brésiliens achetés au prix fort et des prix de marché double de ceux des USA.
Pour le soja, la consommation mondiale progresse en moyenne de 5 millions de t par an. La récolte américaine a baissé en 2007 au profit du maïs, ainsi que leurs stocks. Les prix ont artificiellement été remontés pour inciter les agriculteurs américains du Nord et du Sud à en produire plus, de préférence au maïs. Les prix de ces deux matières sont donc fortement liés.
L´Europe est un acteur important du commerce international des matières premières, aussi bien à l´importation ©soja, maïs qu´à l´exportation ©blé. ©S. Leitenberger

Spécialisation des appros par continent
Pour les dix prochaines années, Louis Behaghel prévoit des cours durablement hauts, compte tenu de la demande forte (Chine, Afrique.) et d´une absence de stocks. « Qui va faire l´effort de les reconstituer ? », demande l´analyste. Comme au plan mondial, la hiérarchie française des prix devrait voir le blé dépasser le maïs, en relation avec les potentiels de développement de ces cultures. L´Europe va rester un continent clé pour les approvisionnements mondiaux en blé tendre. Tandis que les Amériques le seront pour le maïs et pour le soja. Le débouché agrocarburants devrait servir de prix de base régulateur pour le maïs. « Pour motiver tous les producteurs, il faudra des prix qui les intéressent, sans être toutefois excessifs. » Plutôt qu´un blé à 250 ? la tonne départ, un prix mondial plus normal serait de l´ordre de 200 $ FOB (prix de la marchandise chargée sur un bateau au départ d´un port).
Il s´attend aussi à une volatilité durable des cours. « La spéculation financière s´intéresse à ces matières parce qu´elles deviennent volatiles. Elle ne crée pas la volatilité, elle en profite ». Il propose de réfléchir à la contractualisation et de changer les habitudes : « ne pas faire des coups, mais trouver un prix acceptable pour l´acheteur et pour le vendeur. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui