Réussir Aviculture 24 février 2006 à 14h45 | Par Pascal Le Douarin

Maladies professionnelles - Des ergonomes s´intéressent aux cages pour prévenir les troubles musculo-squelettiques des éleveurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les pathologies « d´hypersollicitation » musculaire sont de loin la première cause de maladies professionnelles indemnisables. Selon la MSA, en aviculture, c´est environ un tiers des pathologies, avec notamment le syndrome du canal carpien affectant le bras et surtout la main. Sachant que la prévention passe par une adaptation du poste de travail, s´intéresser aux adaptations des futurs systèmes d´élevage est apparu comme une évidence pour les responsables de la prévention. D´où le lancement de recherches en palmipèdes gras et poules pondeuses logées en cage.
Les recherches scientifiques et les études pratiquées sur les modes de logement des canards en gavage se sont intensifiées après 1999. Il s´agissait d´évaluer l´impact du logement sur le bien-être du canard et de tester des alternatives collectives.

Pérenniser le métier de gaveur
« Mais, commente Luc Mirabito, de l´Itavi, nous nous sommes aperçus qu´il fallait aussi prendre en compte le mode de gavage, et même la globalité du système de gavage au niveau de l´exploitation. » L´action s´est peu à peu élargie aux conditions de travail (quantité et qualité). « Globalement, nous nous sommes rendus compte que les systèmes de logement individuel et collectif ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients, les parties du corps les plus sollicités n´étant pas forcément les mêmes. » Il a semblé nécessaire d´élargir le cercle des compétences en impliquant des ergonomes et des médecins, d´où la création d´un groupe de travail pluridisciplinaire. Durant le 1er semestre 2006, des ergonomes de l´université de Bordeaux 2 iront suivre des gaveurs pour apporter leur analyse des gestes et des postures à la somme des connaissances déjà collectées. A terme, la synthèse technique et ergonomique devrait aboutir à des recommandations auprès des constructeurs de matériel et même à des propositions de réorganisation des ateliers de gavage.
Étude bloquée pour cause d´influenza
Cette étude arrive au moment où le débat sur le bien-être animal semble dépassionné et où les professionnels ont pris conscience de l´enjeu des conditions de travail. Les gaveurs vieillissent et il faudra bien les remplacer par des jeunes attirés par cette activité.
Le 20 décembre, le groupe travaillant à l´étude des conditions de travail en élevages de ponte aurait dû se réunir. Mais pour cause de crise « grippe aviaire », la dernière phase a été reportée au printemps. Les ergonomes n´ont pu aller chez des éleveurs de poules au sol, afin d´achever leurs observations. Isabelle Pitz, ingénieur CCMSA et coordinatrice nationale, le regrette. « Nous espérons surtout parvenir à fournir des éléments pertinents qui permettront de faire le choix du système d´élevage en toute connaissance. » Ce qui se dégage des premières observations en cage aménagée de grande taille est une difficulté à enlever les poules. La suite au printemps ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui