Réussir Aviculture 08 juin 2018 à 07h00 | Par Armelle Puybasset

La biosécurité de nouveau renforcée

Abonnez-vous Réagir Imprimer
8 % des élevages de palmipèdes de chaque département vont être inspectés chaque année entre 2018 et 2020.
8 % des élevages de palmipèdes de chaque département vont être inspectés chaque année entre 2018 et 2020. - © P. Le Douarin

Deux instructions parues fin mars précisent les mesures de biosécurité lors du transport d’oiseaux vivants, pour l’une, et les modalités d’inspection des exploitations pour l’autre. 8 % des élevages de palmipèdes et 4 % des autres élevages de volailles de chaque département vont être inspectés chaque année entre 2018 et 2020. C’est ce que précise une note de service du ministère de l’Agriculture du 21 mars. La DDPP ou la DAAF programmeront les sites à inspecter selon trois critères de priorité : les établissements ayant au moins un atelier de palmipèdes ; ceux sans palmipèdes avec un atelier de volailles non chartés salmonelles ; les établissements de reproducteurs, futurs reproducteurs et couvoirs, non adhérents à la charte sanitaire. Les élevages de reproducteurs devront être inspectés à minima tous les trois ans.

Faisant suite à l’arrêté du 14 mars, l’instruction du 19 mars détaille les règles applicables au transport d’oiseaux vivants. À noter qu’elles ne concernent pas le transport des palmipèdes ni des poussins d’un jour, qui font l’objet de mesures spécifiques. Ces règles portent notamment sur la conception des véhicules, la programmation du transport, la séparation des animaux lors du transport, les procédures de nettoyage et désinfection, la formation du personnel… Les inspections par la DDPP viseront les établissements dont les véhicules sont utilisés pour plusieurs types de volailles. Le taux cible est défini selon le nombre d’abattoirs et de couvoirs de chaque département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui