Réussir Aviculture 25 novembre 2016 à 08h00 | Par Armelle Puybasset

L’activité export des sélectionneurs-accouveurs impactée par l'influenza aviaire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La circulation des volailles françaises est possible vers les États membres.
La circulation des volailles françaises est possible vers les États membres. - © A. Puybasset

Après l’annonce des premiers cas de foyers IA hautement pathogènes, 80 % des pays dans lesquels la génétique française est présente ont fermé leurs frontières pour raison d’embargo sanitaire. Selon les destinations, la fermeture a été totale ou partielle en fonction du type de produit avicole et parfois limitée aux importations provenant de la zone de restriction. « L’impact sur l’activité export du maillon sélection-accouvage est d’au moins 25 % à la baisse, indique Louis Perrault. C’est la double peine pour nos entreprises. En plus de la perte de revenu, il y a un risque d’arrêt de filières de production dans certains pays, où seule la génétique française était présente. »

Depuis la levée de la zone de restriction du 15 septembre 2016, la circulation des volailles françaises est possible vers les États membres. Pour les pays tiers, il faudra attendre de recouvrir le statut indemne de la France vis-à-vis de l’OIE, trois mois après la découverte du dernier foyer. « Ce sera au plus tôt le 2 décembre 2016 dans le cas des sérotypes faiblement pathogènes et le 28 décembre 2016 en hautement pathogènes. La France est en négociation avec l’OIE pour que la distinction soit possible », a indiqué Bruno Ferreira, de la DGAL.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui