Réussir Aviculture 13 septembre 2007 à 17h27 | Par Pascal Le Douarin

Industries de la volaille au Brésil - Sadia veut acheter Perdigao pour devenir une puissance de frappe internationale

Pour rester le maître du jeu au Brésil, le groupe Sadia a lancé une OPA hostile sur son challenger Perdigao.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Sadia, le premier groupe agroalimentaire du Brésil et d´Amérique du Sud, a annoncé mi-juillet son intention de prendre le contrôle capitalistique total de son rival Perdigao, également brésilien et second du secteur des IAA. L´ambition du PDG, Walter Fontana Filho, est de constituer un groupe plus fort pour affronter la guerre commerciale au niveau mondial. Les deux firmes exportent 50 % de leurs produits.
Cette offre publique d´achat hostile devrait être bouclée pour le 24 octobre. L´achat de 100 % des actions coûterait 3,7 milliards de réals à Sadia (environ 1,6 milliard de dollars américains). Selon les analystes brésiliens, Perdigao commence à devenir un challenger menaçant pour Sadia et des rumeurs d´achat par l´américain Tyson circulaient.
Stand au Sial 2006. La perdrix Perdigao va t-elle se faire « becqueter » par le poulet Sadia ? ©P. Le Douarin

Crainte de monopole sur le marché interne
L´ensemble Sadia-Perdigao représenterait alors 26 % de la production brésilienne de porcs et de volailles (1,1 milliard de poulets), ce qui en ferait le troisième opérateur mondial. Selon Sadia, ce n´est encore que le quart de Tyson Foods aux USA et le dixième de Cargill dans le monde. Le chiffre d´affaires global serait d´environ 5,1 milliards de dollars, pour 81 000 salariés et 16 000 agriculteurs. Si cette fusion est une bonne opération pour développer les marchés d´exportation, la crainte exprimée au Brésil est celle d´un monopole sur le marché interne, qui pourrait être préjudiciable aux consommateurs et aux producteurs.
Sadia et Perdigao vendent au Brésil, 60 % des pizzas congelées, 92 % des tartes salées, 91 % des plats préparés et 64 % de jambon.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui