Réussir Aviculture 02 novembre 2006 à 16h42 | Par Pascal Le Douarin

Industrie de l´oeuf - Avec un centre de conditionnement modernisé, l´entreprise Sacofel est parée pour atteindre 350 milli

Avec des investissements opérationnels depuis fin 2005, la Sacofel peut techniquement doubler ses ventes d´oeufs de Loué produits sous label et sous appellation agriculture Biologique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Née en 1988 du partenariat entre les Fermiers de Loué(1) et le groupe Huttepain(2) (avec un actionnariat un tiers-deux tiers), Sacofel, la « Société anonyme de conditionnement des oeufs des fermiers de Loué », a toujours eu pour vocation d´être l´unique centre de conditionnement dédié aux oeufs alternatifs plein air des éleveurs de Loué. Hormis 2002 qui a connu un modeste taux de progression (+3,68 %), chaque année les hausses des ventes ont été significatives, oscillant les six dernières années entre + 8 et + 21 %. De ce fait, l´outil industriel a dû évoluer. Arrivé à saturation, il a déménagé en 2000 d´une zone industrielle du Mans à la Bazoge, situé à quelques kilomètres au Nord de la capitale sarthoise. En 2004, il devient à nouveau trop exigu. Un agrandissement porte alors la surface de 2900 à 4500 m2. En 2005, les alvéoles en plastique (et la laverie attenante) sont adoptées. C´est plus cher que le carton, mais plus sûr au plan sanitaire et avec un effet sur la baisse des oeufs fêlés (0,5 % gagnés).
Sortie des boîtes de la calibreuse-emballeuse Omnia FX 330. Une trieuse-calibreuse-emballeuse Moba haut de gamme capable de traiter jusqu´à 120 000 oeufs par heure. ©P. Le Douarin

L´impératif d´une gestion des flux sans faille
Du lundi au samedi, Sacofel manipule 3 à 3,5 millions d´oeufs par semaine, c´est-à-dire l´équivalent de 500 000 à 600 000 boîtes de six oeufs. Parvenir à une gestion rapide et sans erreur des flux d´oeufs à l´intérieur et à l´extérieur du centre est un point capital. L´entreprise doit être capable de rendre rapidement des comptes à ses clients (respect des commandes), aux consommateurs (satisfaction et sûreté sanitaire), aux éleveurs (paiements conformes aux livraisons), aux autorités publiques sanitaires (gestion d´éventuelles toxi-infections). C´est une calibreuse-emballeuse « Omnia 330 XF » de Moba qui a été choisie, pour avoir le mieux répondu au cahier des charges. « Nous sommes très peu en France et en Europe à posséder un tel outil », précise François Meyer le directeur général. Avec les délais de ruptures de charges, la cadence horaire effective atteint 80 000 à 85 000 oeufs avec pour objectif d´atteindre les 90 000 (25 oeufs/seconde). La cadence a été doublée avec cet outil. Au lieu de travailler 14 heures par jour en deux équipes pour traiter ses 170 millions d´oeufs, le centre est revenu à une seule équipe. « En fait, cet outil est unique », ajoute le directeur.
En effet, le matériel a répondu aux exigences d´hygiène et de fiabilité technique, mais s´est aussi adapté au schéma fonctionnel et logistique de Sacofel. La société s´est imposée de mettre dans la même boite seulement des oeufs issus du même élevage et pondus le même jour. Quatre camions collectent quotidiennement (sauf le samedi) tous les poulaillers en production. Arrivés au centre, les chariots d´oeufs sont placés en salle de stockage. Les oeufs seront tous conditionnés le lendemain, pour être expédiés le même jour vers une partie des 180 plates-formes de redistribution des clients.
Traçabilité ascendante et descendante
Pour assurer une traçabilité aussi parfaite que possible, c´est-à-dire remonter de la boîte jusqu´à l´élevage et descendre de l´élevage aux magasins, Sacofel compte sur plusieurs niveaux de sécurisation. A un chariot de ramassage (marqué du nom de l´éleveur) correspond un seul lot d´un seul jour de ponte. Le chariot est accompagné d´un scellé et d´un bon de livraison. Un double de ce bon part à la coopérative de Loué. Chaque jour, la Cafel reçoit par internet les résultats de calibrage détaillés de chaque éleveur. Celui-ci peut les consulter dès le lendemain sur internet et suivre jour par jour les poids moyens, la répartition des calibres, et les non-conformités.
Sur la calibreuse, l´ordre de passage des lots à suivre sur le poste de chargement (le « loader ») est indiqué à l´opérateur par un écran. Celui-ci clipse une puce-radio (reconnue par l´ordinateur de la machine) sur la première pile d´alvéoles de chaque nouveau lot chargé. Un lot comprend de 1500 à 5500 oeufs au maximum et ne met pas plus de quatre minutes à être traité. Pour éviter de mélanger deux lots lors de la mise en boîte (et pour bien gérer les fins de lots avec des boîtes en partie vide), la partie emballage de la Moba est gérée par moitié et en alternance (deux fois huit lignes de sorties). Deux lots successifs ne sont donc pas mis en boîte sur le même coté. De plus, deux écrans de contrôle par moitié d´emballeuse indiquent aux opératrices quel lot est en cours. Celles-ci remplissent manuellement les dernières boîtes incomplètes en prenant dans le calibre supérieur (les oeufs surnuméraires vont vers la sortie vrac). Les oeufs mis en boîte sont tous marqués du nom d´éleveur, du code EDE, de la date de ponte, de la date de consommation recommandée et de l´origine « Loué ».
Sur la boîte scellée, une imprimante indépendante de la Moba inscrit ces mêmes mentions plus un numéro d´ordre unique par boîte. Chaque lot est donc associé à une série de boîtes. Enfin, dix opératrices font la mise en carton. Elles collent une étiquette à code barre sur chaque carton. Chaque palette préparée comporte aussi une étiquette à code barre listant les caractéristiques de son contenu. Certifiée Iso, la Sacofel est équipée d´un laboratoire d´autocontrôle du suivi de la qualité des oeufs (coloration coquille et jaune, unités Haugh), qui a permis de détecter des dysfonctionnements en élevage.
L´ensemble des efforts déployés a un coût : 1,9 million d´investissements en 2005 et 1,3 en 2004, qui viennent s´ajouter aux 2,2 millions pour la construction du site. Comme le soulignait le directeur de la Cafel, Yves de La Fouchardière, lors de l´assemblée 2006 des Fermiers de Loué, « il faut être particulièrement propre et sain dans les outils qui concentrent des produits venant des nombreux élevages Loué, avant de les envoyer vers des millions de consommateurs. D´où l´importance à investir pour maintenir ces outils à un très bon niveau

(1) Via la Cafel, coopérative agricole des fermiers éleveurs de Loué.
(2) Désormais fusionné avec le groupe LDC.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question