Réussir Aviculture 15 octobre 2010 à 10h36 | Par P. Le Douarin

Guinard, père et fils - Hénansal, capitale des poules de volières

En moins d’un an, avec près de 200000 poules, le bourg costarmoricain d’Hénansal est devenu leader de la production d’oeufs en volière sans parcours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alexandre Guinard et son père Jean-Claude qui devrait lui passer le relais dans les prochaines années.
Alexandre Guinard et son père Jean-Claude qui devrait lui passer le relais dans les prochaines années. - © Pascal Le Douarin

Petit bourg rural et tranquille d’un millier d’âmes, situé à quelques kilomètres de Lamballe, Hénansal fait figure de précurseur en matière d’élevages de poules pondeuses. L’installation d’Alexandre Guinard, un jeune natif de la commune, va faire passer le cheptel de poules pondeuses en volières de 122 000 à 192 000. Cet ingénieur agricole, âgé de 28 ans, préparait son projet depuis trois ans et demi. Fils de Jean-Claude, producteur d’oeufs sur la commune, Alexandre s’est associé avec son père pour faire construire un nouveau site qui comprend deux bâtiments en volière Bolegg Terrace (Vencomatic) de 35 000 places reliés à un centre d’emballage. « Je ne me sentais pas vraiment serein pour investir dans un élevage en cages aménagées » confie le jeune éleveur. « J’ai choisi la volière parce que j’ai pu trouver un matériel qui me convient (Vencomatic) et un débouché (CDPO) qui me propose un prix adapté à mon coût de revient. » Par rapport à une installation en cages, il chiffre le surcoût de l’investissement à 30 %.

La zone technique centrale, où arrive l’eau, l’aliment et l’air de préséchage, est séparée de la zone de ponte.
La zone technique centrale, où arrive l’eau, l’aliment et l’air de préséchage, est séparée de la zone de ponte. - © P. Le Douarin

ZONE TECHNIQUE ISOLÉE


Le premier lot a démarré le 12 juillet avec des poulettes en provenance d’une poussinière volière Jump Start (Vencomatic) que les associés ont aménagé sur le premier site de Jean-Claude. Il y reste 35 000 places de poules qui seront hors normes en 2012 et à l’avenir incertain. En ce qui concerne le site neuf construit par Sérupa, les associés ont installé quatre modules par bâtiment, avec des couloirs de 1,55 mètre (largeur totale 18,6 m pour 120 m de long) et préféré une ventilation mixte. Celle-ci commence par une extraction par douze cheminées (de 12 500 m3/h) et se poursuit avec dix turbines (de 40 000 m3/h) en pignon. Le centre du poulailler est équipé d’une section technique de 2,30 mètres séparée des poules par deux grillages. S’y trouvent les arrivées d’alimentation, d’eau et de l’air de pré séchage des fientes. Cette configuration centrale permet une distribution plus rapide de l’aliment (6 minutes au lieu de 12 pour un tour complet de chaîne plate) ; donc moins de tri par les poules. Enfin, le ventilateur de pré séchage de 45 000 m3/heure est posé au sol dans un local technique latéral, ce qui en facilite l’entretien. Quant au magasin central, il est équipé de matériel Prinzen, notamment la nouvelle emballeuse rapide Speedpack 110 (40 000 oeufs/h) couplée au palettiseur de piles d’alvéoles. L’élevage devrait occuper un temps plein et demi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui