Réussir Aviculture 16 mars 2007 à 10h58 | Par Pascal Le Douarin

Grande-Bretagne - Matthews a importé le virus H5N1 de Hongrie

D´abord inexplicable, la contamination fin janvier du complexe d´élevage et abattage de dindes Bernard Matthews est due à des échanges commerciaux avec la Hongrie et à des négligences de biosécurité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De source britannique, le site d´élevage, d´abattage et de découpe de dindes de l´entreprise Bernard Matthews, situé à Holton dans le Suffolk présentait toutes les garanties de biosécurité. Pourtant, l´improbable est arrivé fin janvier dernier. La mortalité a touché un des 22 bâtiments d´élevage (160 000 places). Les vétérinaires ont d´abord pensé à une colibacillose, puis à la maladie de Newcastle, avant d´envisager l´influenza aviaire. Trois autres bâtiments étaient également contaminés. Depuis des mois, aucun oiseau sauvage n´a été retrouvé mort et porteur du virus H5N1 hautement pathogène sur le sol britannique. Les experts anglais doutaient fortement de l´hypothèse d´un oiseau migrateur porteur du virus qui aurait survolé l´Est de l´Angleterre hors période de migration et qui serait tombé dans un conduit de ventilation de quatre poulaillers de la plus grande ferme britannique. Doutes renforcés par la très forte similitude des virus anglais et hongrois trouvé quelques jours avant (99,96 % de parenté).
Depuis 1996, le groupe Matthews possède la plus grande opération de volailles hongroise (Saga Foods). Matthews a d´abord menti en affirmant que ses dindes étaient « 100 % british » et que le seul lien était financier, pour finalement se rétracter devant l´évidence des faits. Une enquête a permis de confondre l´abatteur indélicat. En réalité, Matthews importait régulièrement des dindes hongroises (une quarantaine de tonnes par semaine) de l´abattoir hongrois situé assez loin des élevages touchés. Il y a eu plusieurs failles dans le système de biosécurité, puisque le virus transporté par camions s´est finalement retrouvé dans les poulaillers (transfert via des rongeurs ou de petits oiseaux ?). La concentration sur un seul point d´oiseaux et d´outils industriels a montré ses limites. Suite à cet épisode, les ventes de Matthews ont chuté de l´ordre de 40 %. La firme a annoncé le licenciement de 168 salariés sur les 400 à 500 que compte le site. Néanmoins, la compagnie devrait recevoir 600 000 livres d´indemnisation pour l´abattage préventif de 152 000 dindes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui