Réussir Aviculture 22 décembre 2006 à 14h02 | Par Pascal Le Douarin

Filière pigeon - L´entreprise Elefa ne s´est pas remise de la crise de la grippe aviaire

La crise de la grippe aviaire a fortement plombé Elefa, spécialisé dans le pigeon et le gibier, qui a finalement déposé le bilan le 8 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis le 8 novembre, la société Elefa de Maulévrier (49) et ses filiales sont en dépôt de bilan, vendues ou liquidées. Concrètement, trois sociétés sont en redressement judiciaire pour 6 mois : Elefa, le Domaine des Ajoncs (abattage) et Crocquandine (plats cuisinés). Une est liquidée, Plaisirs culinaires à Segré (49) et une autre a été vendue, La Margelle à Vannes (Morbihan), qui fait des légumes cuisinés. Elefa est spécialisée dans les petites volailles (cailles, pigeonneaux, gibier) et leurs préparations destinées aux circuits des grossistes et restaurateurs. Avec 15 000 à 16 000 pigeonneaux traités, c´est le numéro 2 du secteur, après « Le pigeonneau des Charmilles ».
De 17 millions, le chiffre d´affaires a chuté de 4 à 5 millions du fait de l´arrêt prolongé des achats. L´entreprise souffrait déjà de surstocks. Elle a dû à nouveau stocker pendant la crise et n´a finalement pas pu résister à la mévente qui a persisté jusqu´à octobre. Deux échéances importantes attendent Philippe Herpin, le directeur général resté aux commandes. « D´ici le 17 janvier, nous devrons finaliser des offres de reprise. » Il lui faudra aussi bien passer la période festive très impactante sur les résultats. Vingt-six pour cent du chiffre annuel global est réalisé sur les deux derniers mois. En pigeonneaux, les volumes devraient passer de 10-11 000 à l´automne (en baisse de 30 % par rapport à d´habitude) à 20-25 000 à Noël. Seul fait encourageant pour les éleveurs : depuis octobre, ils sont désormais réglés à la semaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui