Réussir Aviculture 14 novembre 2006 à 17h41 | Par Pascal Le Douarin

Filière - L´interprofession veut démocratiser la pintade pour attirer le consommateur

L´assemblée générale du Comité interprofessionnel de la pintade (CIP) du 5 octobre a pointé du doigt la principale faiblesse de la filière, c´est-à-dire sa distribution dans les GMS.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Etre une volaille haut de gamme, festive et très cantonnée à la France, a des atouts mais aussi des contraintes. Depuis plusieurs années, « les consommateurs « coeur de cible », qui achètent les trois quarts des volumes de pintade, sont de moins en moins nombreux, et achètent de moins en moins souvent », a expliqué une spécialiste de la consommation aux représentants de la filière réunis pour l´assemblée générale du CIP. Ces acheteurs dépassent la cinquantaine, sont plutôt financièrement aisés, soucieux de la qualité et du plaisir de cuisiner. mais ils vieillissent. Les familles avec grands enfants - les plus gros consommateurs en volume - achètent de moins en moins. En deux ans, la pintade a perdu presque 800 000 consommateurs. La crise de 2006 a accentué la tendance. A ce rythme, la part des consommateurs de pintade va bientôt atteindre le seuil des 20 % de ménages acheteurs (27 % en 1999).
Le seul motif de réjouissance concerne le chapon de pintade qui progresse de 70 % pour la seconde année consécutive, mais à des niveaux encore modestes (258 000 mises en place en 2006). Pourquoi cette situation et comment en sortir ? Pour les professionnels, il ne fait aucun doute que les GMS sont en cause. « Pas ou peu de pintade en rayon, notamment découpée, donc pas de pintade achetée » résument-ils.
Christian Bous qui représentait la Fédération de la grande distribution (FCD) réplique : « votre produit est essentiellement vendu entier. Or cette partie du linéaire volaille est de plus en plus réduite. Sortez de l´élitisme. Démocratisez la pintade. Faites des produits qui correspondent aux attentes : des élaborés, des émincés, des plats cuisinés, pourquoi pas des sandwiches. »
En deux ans, la pintade a perdu presque 800 000 consommateurs. ©J.-P. Kervaire/CIP

Le mauvais sort des « petits » produits
Les produits traditionnels de niche, un signe de la richesse de la diversité culinaire française, sont menacés par le souci de la rentabilité des linéaires.
Cette diversification sera difficile à faire, compte tenu du prix de la matière première, des faibles volumes en cause et de la difficulté déjà rencontrée à écouler les découpes en GMS.
Pourtant, témoigne Jean-Christophe Léon abatteur « nos découpes se vendent très bien en restauration hors domicile et dans les GMS des supermarchés anglais qui les ont mis en avant. Vous devez faire des efforts de propositions aux consommateurs. »

Les niveaux d´abattage sont redevenus normaux en août et les stocks devraient être résorbés fin 2006. Mais, tous s´accordent sur le fait qu´il faudra maintenir la pression sur la communication, sans doute en innovant encore pour reconquérir les parts perdues avec la crise. La fréquence d´achat pourrait être stimulée auprès des « accros » de la pintade, notamment par des innovations sur les produits de découpe (plus de variété donc plus d´envie d´achat). « Ne laissons pas partir la pintade » conclut Jean Champagne le délégué général du CIP. Même si cette production ne pèse que 2 % des abattages contrôlés de volailles, c´est la quatrième volaille française et au moins 2000 emplois directs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui