Réussir Aviculture 07 septembre 2007 à 11h56 | Par Armelle Puybasset

Filière foie gras - L´interprofession Cifog a 20 ans

Créée en 1987, l´interprofession des palmipèdes à foie gras, a contribué à la structuration de la filière et au développement de la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour fêter ses vingt ans, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) avait convié quelques-uns de ses pionniers, lors de son assemblée générale le 15 juin dernier près de Nantes.
Parmi eux, se trouvaient Jacques Castaing et André Bizac, présidents fondateurs. « La création du Cifog s´est faite un peu dans la douleur, se souvient Jacques Castaing. Elle s´est concrétisée le 17 septembre 1987 à la suite de longues discussions, agitées mais toujours courtoises, entre producteurs et conserveurs ». A l´époque, le marché, fortement saisonnier, est uniquement régi par la loi de l´offre et la demande. Les années de surproduction et de pénurie se succèdent. « Les transformateurs dépendaient à 50 % des importations d´Europe de l´Est, dont les quantités et les qualités étaient très variables », poursuit André Bizac.

Définition du « foie gras »
La première tâche du Cifog a été de définir le produit foie gras et ses critères de qualité. Mieux structurée, la production nationale a amélioré sa compétitivité et le marché a connu un véritable essor. Partie de 3 400 tonnes en 1986, la production nationale dépasse aujourd´hui les 19 000 tonnes. Depuis deux décennies, les exportations ont été multipliées par sept. Parallèlement, la part des importations a été divisée par trois et représente aujourd´hui 12 % de l´offre contre 30 % en 1986. La mobilisation des marques nationales, les nouvelles présentations de foie gras et les innovations techniques, les campagnes de communication génériques ont permis de capter de nouveaux consommateurs. En 2006, 42,3 % des ménages français ont acheté du foie gras contre 25 % il y a vingt ans.
Parmi les nombreuses actions menées par le Cifog, la reconnaissance officielle du foie gras au Patrimoine culturel et gastronomique de la France reste le succès le plus important.

Régulation du marché
Les nouveaux enjeux pour demain concernent notamment le dossier du bien-être animal. « L´une de nos priorités est de démontrer par des éléments scientifiques incontestables la légitimité de la production de foie gras au regard des exigences réglementaires, a indiqué Jean Schwebel, président du Cifog. Par ailleurs, nous contribuerons à une meilleure coordination entre les différents pays producteurs européens, nécessaire pour la défense du produit. D´autre part, le Cifog continuera à veiller à l´équilibre du marché, sans lequel la filière ne peut évoluer sereinement. »
Des mesures de régulation du marché, déjà appliquées en 2003, devraient être mises en place dans les prochains mois. En effet, les dernières tendances du marché indiquent une augmentation des abattages de canards gras et une régression des achats par les ménages. Le Cifog a donc appelé à la modération dans les installations de nouveaux producteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui