Réussir Aviculture 28 novembre 2006 à 18h07 | Par Pascal Le Douarin

Entreprise de service - Techna guide la recherche du meilleur compromis technico-économique

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A mi-chemin entre la science, les contraintes techniques et les impératifs économiques, la firme-services Techna conseille les opérateurs amont de la dinde, de la fabrique d´aliment à l´élevage.
Vu sous un angle purement technique, nourrir des dindes est relativement facile. On évalue la courbe des besoins en fonction de l´âge de l´animal : énergie, protéines, vitamines, et autres nutriments. On mesure comment celui-ci consomme, accepte et valorise telle et telle matière première, et sous quelles formes. Il reste alors à calculer le mélange adéquat. Cela, c´est la méthode scientifique de nourrir afin d´atteindre la meilleure performance. A aucun moment, le contexte de la production n´a été pris en compte. Les élevages ont-ils des contraintes économiques ou des caractéristiques limitant l´expression des performances ? Possèdent-ils la capacité technique et sanitaire à exprimer correctement les investissements en dindonneaux et en aliments ? Que faire avec des états de litière qui se dégradent ? Faut-il alors sécuriser plus ou moins la formule, et comment ? Faut-il minimiser toujours plus le coût des matières premières entrant dans la formule ? Faut-il ajuster la formulation pour rester dans une fourchette de coût aliment acceptable mais en diminuant la performance ?
Antoine Rousseau est le responsable avicole de la firme-services Techna. A la croisée des chemins entre l´usine de fabrication, la formulation, le service technique d´élevage, l´abattoir, il répond quotidiennement à ces questionnements.
La mesure infrarouge des matières premières peut faire gagner quelques euros par tonne d´aliment. ©Techna

Optimisation de l´aliment à la dinde
La demande essentielle de ses clients (fabricants d´aliments, organisations de production) est celle d´une performance de vif à moindre coût, tout en assurant le revenu de l´éleveur. Pour y parvenir, il agit à quatre niveaux : conception, formulation, contrôle qualité, et suivi de la réponse animale. La conception passe par la définition du cahier des charges aliment, c´est-à-dire les niveaux nutritionnels, les matières premières retenues et leur niveau d´incorporation, les additifs choisis. Le rôle de l´usine est de produire un aliment régulier et conforme à ces spécifications. Dans cette optique, la prise en compte de la variabilité des matières premières de la formule est indispensable. Techna donne la possibilité à ses clients de mettre à jour, eux-mêmes et à tout instant, les valeurs nutritionnelles des matières premières. C´est le système en ligne Black Box associé à un contrôle analytique renforcé par des mesures rapides par infra rouge des matières premières livrées. Cette démarche d´optimisation globale peut faire gagner jusqu´à 3 euros par tonne d´aliment.
Éviter les sorties de route en élevage
Enfin, la dinde étant un animal à cycle long, il n´est plus envisageable de réagir a posteriori, une fois que le lot est terminé. « La filière a besoin de réactivité pour s´ajuster, ce qui suppose d´avoir plusieurs niveaux de veille technique » précise Antoine Rousseau. Pour accompagner les organisations dans le suivi de la performance technique, la firme-services a développé des outils de pilotage : observatoire mensuel des performances, Bourse d´Echanges Trimestrielle, gestion des poids intermédiaires. D´autres facteurs sont régulièrement analysés par les organisations de production et Techna : qualité des démarrages, état des litières, soucis sanitaires, état des pattes, présentation des aliments. « Le suivi à la semaine permet de réagir sur les problèmes rencontrés (par exemple adapter la formule, renforcer le confort des animaux.) et aussi d´anticiper pour les prochaines semaines. Cette méthode permet d´éviter au maximum les sorties de route ».
Au dernier Space, la firme services a présenté le « Compar´Normes Economique ». C´est un outil de simulation technico-économique qui met en relation les choix nutritionnels, les performances et les coûts de production du vif. L´objectif de cet outil, qui s´appuie sur le réseau de références Techna, est d´élaborer une stratégie de production ajustée aux besoins de marché de chaque organisation. « Avec ce nouvel outil d´aide à la décision, nous voudrions aider la filière à dépasser l´argumentaire nutrition. » Pour l´avenir, Techna propose de s´intéresser plus à l´après-vif. « Un pour cent de rendement viande supplémentaire, c´est énorme pour un abatteur-découpeur ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui