Réussir Aviculture 25 novembre 2005 à 12h11 | Par Pascal Le Douarin

Enquête sur les Coronavirus - De nouveaux virus variants de la bronchite infectieuse

Une enquête du laboratoire Fort Dodge Santé Animale, de portée européenne, a mis en évidence de nouveaux variants du virus de la bronchite infectieuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Toujours d´actualité, les coronavirus responsables de la bronchite infectieuse (BI) forment une famille nombreuse. Depuis la description de la première souche Massachusetts aux USA à la fin des années 30, d´autres virus BI, mutants et pathogènes, sont apparus : variants américains dans les années 70, variants néerlandais (type Doorn) dans les années 80, variants anglais (type 793B) dans les années 90. Depuis le début des années 2000, leur répartition et leur importance relative semblaient mal connues. Au point que le laboratoire Fort Dodge a voulu en savoir plus en lançant une enquête européenne en mai 2002. De nouveaux variants sont-ils apparus ? Comment se répartissent -ils ? Quelle est leur importance ? L´étude a concerné 2 204 prélèvements sur des élevages à problèmes de poulets (1 358), de pondeuses (653), de dindes (137) et divers (56), dans les principaux pays producteurs (418 en France).
Gaëlle Karnik en a fait l´analyse dans le cadre de sa thèse de doctorat vétérinaire.
Fausse pondeuse aux Pays-Bas. Le variant QX atteint l´appareil génital qui n´est plus fonctionnel au niveau de l´oviducte, ici rempli d´eau. ©GD Deventer - Service de santé animale

La situation épidémiologique a évolué depuis les années 1990
Au niveau européen, le virus de la bronchite infectieuse (BI) a été retrouvé dans 60 % des cas (dont 8 % simultanément avec du pneumovirus responsable des syndromes « grosses têtes » en poulet et dinde). Avec 39 % des cas positifs, les génotypes de virus d´origine vaccinale sont majoritaires (surtout 793B et Massachusetts). En France, les génotypes vaccinaux sont également fréquents puisqu´ils représentent 68 % des résultats positifs. Un chiffre nettement supérieur, lié au fort pourcentage de lots de poulets prélevés (vaccination à vaccin vivant). Les génotypes de virus sauvages représentent 22 % des isolements européens. Gaëlle Karnik souligne le changement de situation épidémiologique intervenu depuis les années 1990.
Les virus sauvages de souche Massachusetts, 793B et Doorn ont quasiment disparu. Ils sont remplacés par les sérotypes Italian 02 (46 % des sauvages), QX (18 %), et FR-94 (11 %) déjà connu.

Le variant Italian 02 touchant le poulet de chair comme la poule pondeuse est présent en Europe depuis le milieu des années 1990, comme l´a confirmé à posteriori une récente étude espagnole. Le variant QX est apparu aux Pays-Bas en janvier 2004, entraînant des pertes économiques importantes en production de chair comme en pondeuses. Sur des parquets de reproducteurs, l´infection dans le jeune âge entraîne l´apparition de fausses pondeuses.
Reconsidérer les vaccins et les programmes vaccinaux
En matière de protection vaccinale la position de Fort Dodge est la suivante : « Si un nouveau génotype entraîne des signes cliniques sur des animaux vaccinés avec les vaccins actuels, s´il diffuse dans une région du monde et s´il persiste dans le temps, alors il doit être pris en compte », estime Hervé Le Galludec.
C´est-à-dire que le virus doit faire l´objet d´études pour déterminer des souches de vaccin efficaces et des mesures de surveillance. Présent en France, Italian 02 est responsable de pathologies, quel que soit le programme de vaccination appliqué (y compris les vaccins inactivés). Le variant FR-94 a pu être mis en évidence avec divers programmes vaccinaux (vaccins variants ou non) et il diffuse dans le grand Ouest. Le virus QX semble être d´un protectotype différent des vaccins inactivés administré aux reproducteurs.
Le service Recherche et Développement de Fort Dodge s´estime prêt à répondre à une demande. Il a déjà testé favorablement des souches vaccinales en vivant sur les nouveaux variants IT 02 et QX. Et cinq de ses souches vaccinales sont utilisées en routine en Europe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui