Réussir Aviculture 08 octobre 2004 à 11h58 | Par Armelle Puybasset

Elevage de dindes - Description de la maladie, voies de contamination... L´histomonose est une maladie mal cernée

L´histomonose est liée à la présence d´un parasite dont les voies de contamination ne sont pas toutes élucidées. Cette maladie recèle plusieurs incertitudes, notamment sur les facteurs de risque.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´histomonose est une maladie parasitaire qui atteint le système digestif, en particulier le cæcum et le foie. Elle résulte de l´infection par un flagellé, le protozoaire Histomanas meleagridis. Lionel Zenner, de l´unité de recherche de l´Ecole nationale vétérinaire de Lyon, fait un état des connaissances sur cette maladie.

Quelles espèces sont touchées ?
De nombreux galliformes peuvent héberger le parasite mais certaines espèces sont plus sensibles que d´autres. C´est le cas de la dinde et de la perdrix. Le poulet, la pintade ou encore le faisan développent en général une affection beaucoup moins marquée. Quelques cas d´histomonose chez le poulet ont été relatés, notamment aux USA, avec un taux de mortalité élevé, des lésions similaires à la dinde et en isolant le parasite Histomonas. Mais ces cas sont peu nombreux. « Les poulets et les dindes âgées, les oiseaux sauvages sont des porteurs sains. Ils sont réceptifs à Histomonas mais n´expriment pas ou peu la maladie. Par contre, ils constituent des « réservoirs » du parasite. Il faut donc éviter, dans la mesure du possible, d´enchaîner les lots de poulets et de dindes dans un même bâtiment, » conseille Lionel Zenner.


Deux formes d´histomonas co-existent
Le protozoaire Histomonas existe sous deux formes : tissulaire ou flagellée. La forme tissulaire est ronde ou ovale, d´un diamètre de 6 à 16 microns et se loge dans la paroi cæcale et le foie. La forme flagellée comprend en plus un flagelle et des vacuoles digestives. On la retrouve uniquement dans la lumière cæcale.

Les symptômes
L´histomonose peut affecter les dindes à partir de trois semaines. L´âge le plus fréquent est de huit semaines. Très souvent, un seul sexe est touché. Un des premiers signes cliniques que l´on observe est l´apparition d´une diarrhée jaune soufre mais elle n´est pas systématique. Les animaux sont prostrés. Ils ont une démarche anormale. Leurs ailes sont tombantes, les plumes tachées de fientes. Ils s´amaigrissent et arrêtent de manger. On observe parfois une coloration plus sombre de la tête, d´où le nom de « maladie de la tête noire » (blackhead en anglais). A ce stade, la mortalité survient à des taux parfois très importants. Elle peut atteindre la quasi-totalité d´un lot. La vitesse d´évolution est également variable : de 1 à 20 % de mortalité par jour pendant deux à plusieurs semaines. Certaines dindes atteintes peuvent survivre mais avec un retard de croissance.

Les lésions
Les lésions caractéristiques de l´histomonas intéressent essentiellement les cæcums et le foie. Elles concernent un ou deux cæcums, sur leur totalité ou seulement à leur extrémité. Les parois sont épaissies et congestionnées. Le cæcum est dilaté par la présence d´un boudin de caséum de couleur blanchâtre.
Dans les cas plus avancés, on peut également observer une hémorragie et une perforation de la paroi.
Sur les foies, on observe des foyers nécrotiques sous forme de tâches en cocarde.
Leur nombre est variable et leur taille va de quelques millimètres à plusieurs centimètres, d´où un aspect tacheté très caractéristique.
Le Réseau de Semences paysannes réclame la gratuité de l´inscription de leurs variétés. ©C. Gloria

Plusieurs voies de transmission
Il semble qu´il existe plusieurs voies de transmission du protozoaire Histomonas. La voie indirecte est la règle générale. Le flagellé Histomonas est très fragile et ne peut survivre que quelques heures dans le milieu extérieur. Il se sert donc d´un hôte intermédiaire, le nématode Hétérakis gallinarum, pour survivre et se disséminer (voir ci-dessus le cycle du protozoaire). Histomonas est hébergé dans les oeufs d´hétérakis, très résistants dans le milieu extérieur. Une fois larvés, ces oeufs sont ingérés par la dinde et libèrent histomonas dans la cavité cæcale. Histomonas envahit la paroi et gagne le foie par voie sanguine. Les oeufs embryonnés d´hétérakis peuvent être ingérés par les vers de terre qui deviennent à leur tour un second hôte intermédiaire, vecteur d´histomonas.

La vermifugation constitue donc un moyen de lutte important pour empêcher le développement d´histomonas. « Ce n´est malheureusement pas un facteur suffisant », complète Maarten de Gussen de Janssen Animal Health. « On retrouve rarement la présence d´hétérakis dans les élevages touchés par l´histomonose. Est-ce parce qu´il est difficile à diagnostiquer lors des autopsies ou bien qu´il est réellement absent ? », s´interroge-t-il. Il est envisagé que d´autres espèces de nématodes, notamment Ascaris, jouent un rôle dans la dissémination du flagellé histomonas.

Par la voie cloacale
L´éventualité d´une contamination par voie directe est désormais admise. « Si la transmission orale (par ingestion) est peu plausible du fait de la barrière acide du proventricule, la possibilité d´une transmission cloacale est envisagée depuis peu. C´est ce que l´on appelle le « cloacal drinking » c´est-à-dire l´« aspiration cloacale ». Le cloaque est directement contaminé par contact de fientes fraîches infectées par Histomonas. L´ENV de Lyon a mené avec succès des essais d´infestations par le cloaque. Ils ont montré que plus le pH était élevé plus le taux de réussite augmentait.
tDéclenchement de l´histomonose
Le déclenchement de l´histomonose n´est pas lié à la seule présence du protozoaire Histomonas. Les dindes peuvent être porteuses du parasite Histomonas sans pour autant être malades.
Il semble donc que d´autres facteurs (alimentaire, flore bactérienne, stress.) interviennent dans l´expression de la maladie. De même, on ne retrouve pas systématiquement le parasite sur des dindes atteintes par l´histomonose.

Encore des incertitudes
« La recherche n´avance pas forcément au rythme des épidémies et il reste beaucoup de choses à comprendre sur cette maladie, » conclut Lionel Zenner.
Plusieurs questions restent en suspens. Y-a-t-il différentes souches d´histomonas ? Quelle est leur virulence ? Quelle est la prévalence du portage « sain » du flagellé ? Quels sont les facteurs favorisants dans le déclenchement de la maladie ? Quel est le processus d´infestation des bâtiments ? Quelles sont les relations entre la flore bactérienne et le flagellé histomonas ?
D´autres interrogations portent sur les voies d´infestation directe. « La mise au point de nouveaux outils de recherche devrait nous aider à court terme à répondre à certaines d´entre elles ».

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour en savoir plus : voir dossier de Réussir Aviculture de Septembre 2004 intitulé « Histomonose, la lutte s´organise ».
« Chercheurs et acteurs de la filière dinde se mobilisent pour cerner cette maladie mal connue, » explique la revue. « Dans l´immédiat, la réduction du risque passe par un renforcement des mesures d´hygiène. » (R. A. nº99, 12 pages.)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui