Réussir Aviculture 30 mars 2007 à 15h16 | Par Pascal Le Douarin

Dindes lourdes - Le « brood and move » à la Française

Pour produire ses dindes lourdes, le Nord-Est de la France a adopté le principe du « brood and move » - démarrage et engraissement des dindes séparés - qui est la règle générale en Allemagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« La production de dindes très lourdes est une spécificité du Nord-Est, et nous avons des éleveurs qui possèdent un réel savoir-faire », explique Patrick Moreau, en charge du secteur hors-sol de Sanders Nord. Les mâles de 21 semaines pèsent de l´ordre de 20,5 kg et les femelles 9,5 kg à 16 semaines, pour des indices de consommation objectifs de 2,9 en mâle et de 2,45 en femelle (2,75 en mixte). Traduit mot à mot, le terme anglais brood and move signifie « nicher et bouger ». Le démarrage s´effectue dans une poussinière jusqu´à cinq à six semaines, à raison de onze à douze par mètre carré. Puis les jeunes dindes sont déplacées dans des bâtiments qui peuvent être isolés plus sommairement. Les femelles y séjournent dix semaines et les mâles quinze semaines.
Pour 80 euros du m2, l´étable de 750 m2 de Julien Vagniez a été aménagée en trois salles équipées pour l´élevage de dindes. ©P. Le Douarin

En général, on place six femelles par mètre carré et l´équivalent de trois mâles par mètre carré en fin de lot. Il s´agit de bâtiments anciens réaménagés, mais plus souvent de poulaillers clairs à ventilation statique latérale. L´équipement est spécialisé : mangeoires avec collerettes, mangeoire Multibeck, abreuvoirs linéaires Giano contre les parois latérales.

Des dindes dans l´étable
Chez la cinquantaine d´éleveurs de Champagne-Ardenne, le principe a été adapté : un seul éleveur ne fait que du démarrage, certains engraissent plus qu´ils ne démarrent, et inversement pour les autres.
Julien Vagniez dans l´Aisne, possède un parc de 3000 m2, constitué de trois bâtiments, dont une étable rénovée de 750 m2. « Dans 1000 m2, je démarre 9000 femelles et 6 500 mâles, en provenance directe d´Allemagne. Six mille femelles restent sur place, 1000 vont à l´étable et 2000 dans le poulailler clair de 1250 m2. Les mâles sont répartis dans l´étable (2500) et le poulailler clair (4000). » Julien est tout à fait à l´aise dans cette comptabilité un peu déroutante. « Nous avons pris cette option pour optimiser le poids produit au mètre carré. » Il faut avant tout privilégier les mâles en leur offrant de la place pour qu´ils s´expriment mieux, quitte à presser un peu les femelles. L´éleveur arrive à produire 70 kg de vif au m2, avec une mortalité de 3 % en femelle et de 8 % en mâle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui