Réussir Aviculture 04 mai 2007 à 15h24 | Par Armelle Puybasset

Dindes - Des pistes pour réduire la litière grasse

Pour répondre à la demande d´éleveurs de dindes désorientés par des problèmes d´entérites non spécifiques, le GDS 22 a entrepris des essais terrain de produits alternatifs plutôt encourageants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour des raisons réglementaires, les facteurs de croissance, les graisses animales et plus récemment l´histomostatique Nifursol, ont été interdits. Depuis leur arrêt d´utilisation, les cas d´entérites non spécifiques ont augmenté car ils avaient également un rôle de régulateur de flore. « Cela s´est traduit en élevage par des fientes plus humides et des litières grasses, explique Félix Mahé du groupement de défense sanitaire des Côtes-d´Armor (GDS 22). L´éleveur de dindes est contraint de repailler très régulièrement, voire d´administrer des traitements antibiotiques coûteux. Il est urgent de trouver des solutions efficaces et relativement peu onéreuses. Des produits alternatifs existent depuis longtemps, mais ils sont souvent chers et manquent de références. » C´est dans ce contexte que le GDS 22 a sollicité des fournisseurs afin de tester leur gamme dans les conditions du terrain.
L´état des litières est de plus en plus difficile à maîtriser et les éleveurs de dindes sont amenés à repailler très régulièrement. ©P. Le Douarin

La loi du premier occupant
La société Biomin, basée à Ploufragan (22), a répondu la première à l´appel. L´essai - réalisé en 2006 - a concerné cinq élevages spécialisés en dindes disposant d´au moins deux bâtiments afin de comparer le lot traité à un lot témoin (même souche, même âge, même alimentation).
Les éleveurs ont administré deux produits dans l´eau de boisson : le Biomin C-EX pendant trois jours puis le Biomin PEP Sol pendant trois à huit semaines. « Le premier, composé de probiotiques, de prébiotiques et d´extraits d´algues, a pour objectif d´implanter et de stimuler une flore intestinale positive et d´éviter la colonisation par une flore pathogène, indique Christian Ténier, directeur de Biomin France. Le produit doit donc être administré au plus vite. C´est la loi du premier occupant. Le second, Biomin PEP Sol - mélange d´huiles essentielles naturelles titrées, d´extraits de plantes et de prébiotiques - protège la microflore installée et améliore la digestion. »

Même si les résultats obtenus n´ont pas été ceux escomptés au départ, ils restent néanmoins encourageants. « Dans les trois essais menés à terme, le traitement a eu peu d´effets sur les entérites et l´état de la litière. Les paillages ont été aussi nombreux que d´habitude, indique Félix Mahé. Par contre, il a eu un effet sur la croissance et l´indice de consommation. Le gain a été de 20 à 25 euros la tonne de viande soit un bonus de 2 euros au m2, coût des produits déduits. »
Mieux cibler les risques
Ces résultats vont être confirmés par des essais supplémentaires. « L´objectif est dorénavant d´affiner le protocole d´administration des solutions, explique Christian Ténier. Avec une dose de 30 ml/m3 d´eau de Biomin PEP Sol, on observe une amélioration de la digestibilité, d´où l´effet sur la croissance. Il s´agit maintenant de déterminer plus précisément les phases d´élevage durant lesquelles le traitement doit être appliqué et la dose minimale nécessaire pour permettre un réel effet sur l´état de la litière. » « Tout en restant dans des coûts de traitement raisonnables », rajoute l´un des éleveurs. Bien entendu, ces essais ne prétendent pas avoir de valeur statistiquement significative. Ils témoignent en tout cas d´une certaine mobilisation du terrain pour soutenir des éleveurs de dindes de plus en plus désemparés face aux problèmes de litière grasse. A suivre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui