Réussir Aviculture 17 août 2006 à 16h30 | Par Pascal Le Douarin

Déchets organiques - Des bactéries au service du co-compostage

L´ajout de bactéries permet d´améliorer les performances du compostage naturel d´un mélange de végétaux et de déchets d´origine animale. Un premier test a été conduit par l´accouveur Eclosion, sous l´oeil attentif de l´Itavi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les déchets de couvoir coûtent cher à évacuer. Bien sûr les cadavres sont repris par l´équarrissage, mais aussi les coquilles et enveloppes résiduelles, classées en catégorie 3, pour un prix avoisinant les 120 ? la tonne. Pour une entreprise d´accouvage comme Eclosion, à raison de 1000 tonnes par an, ceci représente un budget annuel de plus de 100 000 ?.
C´est pourquoi Laurent Rineau, en charge des investissements et achats, s´est attaché à trouver une autre solution, moins onéreuse, d´autant qu´il devait aussi résoudre la question du devenir des 4000 tonnes de fumier issu des élevages de reproducteurs. Si elle n´est pas neuve, l´idée du co-compostage d´un mélange de fumiers et de déchets de couvoir a refait surface. Par le passé, des tentatives d´accouveurs n´ont pas toujours donné des résultats convaincants.

Contacté par la toute jeune société GPB Environnement, Eclosion a choisi d´apporter de la nouveauté en utilisant un complexe bactérien. Et plutôt que de faire cavalier seul, la société a joué l´ouverture en proposant un suivi par le syndicat national des accouveurs (SNA) qui a confié l´aspect pratique (protocole, prélèvements, interprétation) à Claude Aubert, de l´Itavi.
L´essai a été conduit du 26 juillet au 18 octobre 2005 à Roussay (49), à proximité des élevages et couvoirs d´Eclosion, sur une ancienne plate-forme initialement prévue pour réaliser (déjà) du compostage en plein air. Un tas de 76 tonnes a été confectionné avec 15 tonnes de déchets de couvoirs (19 %), 59 tonnes de fumier de canes repros (77 %) et 3 tonnes de paille. La production de coquilles étant quotidienne, il a d´abord fallu constituer des couches successives de fumier et coquilles, lesquelles étaient aspergées du complexe bactérien.
Mise en place de l´andain expérimental le 26 juillet 2005, par brassage des coquilles et du fumier. ©D. R.

Pas d´odeur et sans remuer le tas
Au bout d´une semaine, le tout a été repris, passé en épandeur pour constituer un andain classique. L´essai a alors démarré. Des sondes d´enregistrement continu de la température ont été placées à différentes profondeurs. L´andain n´a plus été manipulé durant 42 jours, temps au bout duquel il a été repris, pesé et reconstitué pour mâturer. Un tas témoin plus petit a aussi été constitué.
Ce qui a le plus frappé les intervenants c´est l´absence d´odeurs nauséabondes et de dégagement d´ammoniac en cours d´essai, et lors de la reprise finale de l´andain.
De même, le produit composté était complètement homogène, au contraire du tas témoin (poches de déchets non compostées avec odeur pestilentielle). « Cette homogénéité est le résultat du travail des bactéries », estime Jean Penaud, de GPB Environnement. A la différence d´un compostage à air soufflé, il n´y aurait pas de zone froide (sous-ventilée).

Malgré la non-oxygénation du tas par retournement, la température à coeur (60 cm) s´est maintenue au-dessus de 60ºC pendant environ 25 jours, selon l´Itavi. Les pertes de masse à 42 jours sont de 20 % au total et de 12 % pour l´azote. La composition physique et chimique du compost est conforme à la norme « amendement organique » NFU 44051. Les teneurs en cuivre et zinc sont inférieures aux normes Ecolabel et NFU 44095 (boues de station d´épuration).
Les contrôles de germes réalisés à 84 jours montrent que les concentrations en contaminants (oeufs de parasites, entérocoques.) sont en dessous des seuils de détection. Même si le zéro germe n´est pas atteint, Claude Aubert estime que l´hygiénisation du produit est réalisée.
Enfin le « test du cresson » s´est révélé positif : le compost n´est pas phytotoxique et peut être immédiatement utilisé pour les cultures, sans attendre plusieurs mois de maturation.
Le compost obtenu en avril 2006, complètement homogène et mature. ©D. R.

Future plate-forme de compostage en projet
Ce premier essai a été réalisé en période estivale, sans couverture ni bâchage du tas. Laurent Rineau a souhaité réitérer l´essai en période hivernale, toujours sans couverture, et sans ajout de paille. Aucun suivi de température n´a été réalisé. Les résultats sont nettement moins probants, du fait d´une incapacité à maîtriser l´humidité. Les pluies ont sans doute aussi perturbé le maintien des températures. Le produit observé fin avril - après de forts orages - conservait un aspect pâteux.
« Nous avons la confirmation que cette technique peut marcher, à condition de respecter certaines règles simples, notamment l´obligation de couverture », en conclut Laurent Rineau. Sa principale interrogation porte en effet sur la faisabilité du co-compostage toute l´année. Eclosion envisage de couvrir l´ensemble de la plate-forme d´ici à la fin 2006 pour y traiter tous ses déchets coquilliers et tous ses fumiers. L´objectif n´est pas commercial - « ce n´est pas notre métier » - mais économique (rapide retour d´investissement) et écologique (gains en transport, en énergie d´incinération.).

« Un dossier d´étude d´implantation d´une station de compostage va être déposé auprès de la DSV du Maine-et-Loire », précise le responsable achats. Pour obtenir l´agrément de co-compostage, selon le règlement 1774/, le ministère de l´Agriculture (via la DGAL) devra auparavant se prononcer, en concertation avec le SNA et l´Itavi, sur l´équivalence au plan sanitaire de cette méthode bactérienne avec le règlement européen.
Sur le terrain, la contrainte principale sera la gestion de l´apport quotidien des déchets. Ils seront aussitôt mélangés à du fumier préalablement stocké et déposés en andain au fur et à mesure. Un bémol demeure cependant : puisque cette technique marche, pourquoi n´est-elle pas plus développée ?
Selon Jean Penaud, « les professionnels sont réticents pour trois raisons. En biologie, le 100 % de réussite n´existe pas et certaines situations sont vouées à l´échec. Ensuite les industriels du compostage préfèrent miser sur la technologie (hyper-oxydation par aération poussée et brassage.) plutôt qu´attendre avec la biologie. Enfin, il y a eu des « charlatans » sur ce marché. ».
Après avoir été décongelé et dilué, l´inoculum bactérien est aspergé en sortie d´épandeur. ©D. R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui