Réussir Aviculture 15 juin 2006 à 17h39 | Par Pascal Le Douarin

Crise avicole - L´aviculture gersoise à un tournant de son histoire

Déjà déstabilisée avant la crise de la grippe aviaire, l´aviculture du Gers est à l´aube d´une réorganisation de ses structures et de ses outils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Tout allait bien jusqu´à mi-octobre 2005 pour Avigers. Le taux de croissance atteignait 10 %. Finalement, avec 6,5 millions de volailles produites (par 400 éleveurs), 2005 se termine par une quasi-stagnation (+1,5 %). Début 2006 a été catastrophique. Les mises en place ont baissé de 25 à 30 % pour cesser de stocker (750 tonnes début avril). Ce coup d´arrêt a du être inégalement réparti sur les élevages, afin de soutenir les récents investisseurs. Sept semaines de vide pour ces derniers, contre dix à douze pour les bâtiments amortis. Avec 0,8 lot en moins en 2006, la marge brute par bâtiment va chuter, passant d´environ 10 000 euros à 6500 euros, et le revenu plonger pour passer de 5000 à 1700 ?, estime Pierre Buffo, le directeur d´Avigers. L´aviculture est indispensable pour les exploitant gersois. C´est la première production animale du département et le quatrième bassin français de volailles fermières.
Priorité à la survie des abattoirs
Les éleveurs ne seront pas les seuls à perdre. La question du maintien des deux derniers outils d´abattage se pose. Le groupe Gastronome est en l´actionnaire majoritaire. Si l´un ferme, cela se traduira par une baisse des volumes et par l´arrêt du développement. Les dirigeants d´Avigers en sont bien conscients et le font savoir. « Nous devons rester solidaires dans la crise pour en ressortir, sans hésiter à remettre en cause nos schémas d´organisation et nos structures », a martelé le président Christian Laforêt. La force de ce bassin repose sur son image et sa notoriété, travaillées depuis des années. Avigers a aussi bien conscience que l´épée de Damoclès de la grippe aviaire est là pour quelques années.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui