Réussir Aviculture 09 mars 2007 à 11h15 | Par Armelle Puybasset

Consommation d´énergie - Des économies de gaz et d´électricité sont possibles

Une enquête auprès de 200 éleveurs de poulets de chair du Grand Ouest et du Sud-Est a caractérisé l´utilisation de l´énergie dans les bâtiments. L´Itavi et les chambres d´agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire proposent quelques leviers d´action.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La consommation moyen-ne de gaz dans un élevage de poulet standard est de 6,6 kg/m2/an, ou encore de 90 kWh/m2/an. Elle est un peu plus élevée en dindes : 7,2 kg/m2, ce qui correspond à près de 100 kWh/m2/an. Le poste chauffage représente la part la plus importante des dépenses énergétiques, loin derrière la consommation d´électricité qui est de 15 kWh/m2/an en poulet et 11,7 kWh/m2/an en dinde. Le type de bâtiment, les équipements et les pratiques d´élevage ont bien sûr une incidence sur la consommation. Les dépenses sont plus faibles dans les bâtiments dynamiques que dans les bâtiments à ventilation naturelle. Les aérothermes et les radiants de dernière génération sont plus économes que les radiants classiques non régulables.
Les radiants de dernière génération ©type Sol´airis, régulable et s´allumant seul sont plus économes. ©A. Puybasset

Maîtriser les réglages de ventilation
Cette enquête, financée par l´Ademe et faisant partie d´un programme de travail en cours, a permis de mettre en avant les leviers d´action visant à optimiser les dépenses énergétiques. Gérard Amand, de l´Itavi, Dylan Chevalier, de la chambre régionale d´agriculture des Pays de la Loire-Itavi et Christian Nicolas, de la chambre d´agriculture du Finistère ont développé les principaux moyens pour économiser. « Il existe des marges de progrès importantes sur la consommation d´énergie. L´axe de travail prioritaire est le poste du chauffage qui représente plus de 80 % de l´énergie consommée en aviculture », indiquent les intervenants.
Le premier levier porte sur la modification des pratiques, et notamment sur l´optimisation des réglages des postes chauffage/ventilation. « Pour un même équipement, les consommations peuvent fortement varier d´un élevage à l´autre. La technicité de l´éleveur joue un rôle important : décalage de consigne, renouvellement d´air minimum... Tout en maintenant une litière sèche », soulignent-ils. L´économie de gaz passe aussi par l´entretien du matériel et l´adaptation des techniques d´élevage, notamment de démarrage (densité élevée, compartimentation).

A moyen terme, un outil de diagnostic énergétique va être élaboré par le groupe de travail. Il aidera l´éleveur à se positionner et à cibler les pratiques à améliorer ainsi que les investissements à réaliser.
Réduire la consommation d´énergie passe également par une amélioration des outils de production : rénovation des bâtiments (étanchéité, isolation de la toiture, pose de joints, mousse de polyuréthane) et le choix des équipements (radiants régulables, type de régulation). L´Itavi et les Chambres d´agriculture se penchent par ailleurs sur les pistes de substitution au gaz : la récupération de chaleur, les chaudières à biomasse ou pourquoi pas la production de biogaz en partenariat avec une autre structure de production. « On peut également imaginer des systèmes mixtes (gaz et énergie renouvelable), notent les auteurs. Dans tous les cas, l´éolien, le solaire ou l´énergie géothermale ne pourront être utilisés seuls pour un bâtiment avicole car les besoins énergétiques sont trop élevés au démarrage du lot. »

(1) Agence de l´environnement et de la maîtrise de l´énergie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous