Réussir Aviculture 18 mars 2008 à 08h45 | Par P. Le Douarin

Concentration dans l’accouvage - GRELIER AVALE LE N° 2 SICAMEN-COUVEES DE FRANCE

En absorbant Sicamen, le groupe d’accouvage Grelier renforce sa position de leader du secteur accouvage en poulet et dindes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est fin novembre que se sont clos quatre mois et demi de négociations entre Frédéric Haffner, PDG de Sicamen-Couvées de France, et le groupe Grelier. Ce dernier acquiert 100 % du capital détenu par l’ancien PDG et les cadres associés qui, eux, rejoignent le nouvel ensemble. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Sicamen apporte 40 millions de chiffre d’affaires au nouvel acquéreur, 190 salariés, et 5 couvoirs répartis sur plusieurs bassins (Sarthe, Loire- Atlantique, Loiret, Saône-et- Loire). Sicamen était le deuxième opérateur de l’accouvage, avec selon nos informations une capacité d’incubation hebdomadaire de 2,2 millions d’OAC de poulet, de 250000 d’OAC de dinde et d’un million d’oeufs embryonnés.

UN TIERS DU SECTEUR ACCOUVAGE

Pour Alain Noël, le directeur général du groupe Grelier, cet achat rapporte de nouveaux bassins de production d’AOC, favorables à la sécurisation sanitaire du groupe et à un meilleur service rendu à la clientèle par la proximité géographique. Le nouvel ensemble Grelier va représenter 90 à 95 millions d’AOC de dinde et environ 300 millions d’AOC de poulet, pour une facturation annuelle de l’ordre de 200 millions d’euros réalisés à 60 % en France pour 40 % à l’exportation. Pour comparaison, toutes espèces confondues l’Itavi a estimé le chiffre d’affaires total du secteur accouvage à 540 millions en 2005, pour 4 600 salariés répartis dans 91 entreprises. Grelier pèserait donc désormais environ un tiers du marché global. Il compte 1500 salariés permanents et travaille avec plus de 300 éleveurs multiplicateurs. Après cette reprise, il lui reste à renouer des relations moins conflictuelles avec les éleveurs en contrat avec Sicamen. Ces derniers mois, certains ont rejoint d’autres opérateurs, notamment UKL-Arrée qui développe sa propre opération d’approvisionnement en poussins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui