Réussir Aviculture 07 octobre 2016 à 08h00 | Par P. Le Douarin

Cocotine, la nouvelle marque d’ovoproduits de d’aucy

Revendiquant 40% de part du marché des ovoproduits frais et surgelés en RHD, le groupe coopératif d’aucy vient de lancer une marque à la hauteur de ses attentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le service marketing avec de gauche à droite Vincent Lecouffe, Gérard Le Bartz (président du groupe d’aucy) et David Joubier (président du groupement œuf), tous trois présentant la marque Cocotine.
Réunis à Locminé le 1er octobre, salariés et éleveurs de la filière d’Aucy ont vécu ensemble le moment historique du lancement d’une nouvelle marque
Le service marketing avec de gauche à droite Vincent Lecouffe, Gérard Le Bartz (président du groupe d’aucy) et David Joubier (président du groupement œuf), tous trois présentant la marque Cocotine. Réunis à Locminé le 1er octobre, salariés et éleveurs de la filière d’Aucy ont vécu ensemble le moment historique du lancement d’une nouvelle marque - © P.LE DOUARIN

Vincent Lecouffe le reconnaît volontiers : « en restauration collective (RHD), d’aucy est leader sur le marché des ovoproduits mais n’était pas visible à travers une marque forte. »

Selon Loraine Poirier du service marketing, « parmi les professionnels enquêtés, la marque ABCD attachée au frais récoltait 9% de notoriété et Karéa (gamme surgelée) seulement 0,8%. » Aucune n’évoquait l’œuf.

Pour le dirigeant de la branche œufs des coopératives Cecab et Coop de Broons (regroupant une centaine d’éleveurs en Bretagne), c’était courir à terme le risque de « ressembler à de la marque distributeur et de nous faire perdre de la valeur ».

Plutôt que de prendre une licence (par exemple Lustucru), d’aucy a préféré « repartir de zéro ». Avec ses couleurs (jaune et noir), sa forme ronde et sa cuillère stylisée, le logo de Cocotine colle aux besoins de ses clients, comme l’indique aussi son slogan « l’œuf au cœur de la cuisine ».

Trois ans de préparation

Pour étayer cette promesse, d’aucy fabrique ses produits dans le cadre d’une filière complète et tracée, 100 % française.

De plus, Cocotine affirme se différencier par une qualité supérieure à la concurrence. Elle propose une gamme d’élaborés issus d’œufs frais (liquide, dur, au plat, en neige, fabriqués moins de 28 jours après la ponte) et extra frais (moins de 9 jours après pour les omelettes), ce qui suppose des élevages dédiés uniquement à la transformation et avec une logistique adaptée. Les œufs ne proviennent pas d’excédent ou de tri d’un centre de conditionnement, insiste Vincent Lecouffe.

Au-delà de l’aspect qualitatif, le développement de Cocotine s’appuie sur l’innovation, telle que des produits santé enrichis en protéines pour les personnes ages ou dénutries, des œufs à la coque prédécoupés au laser, ou diverses recettes d’omelettes moelleuses d’aspect « fait maison » (nature, tex-mex, kebab, reblochon).

Malgré une approche industrielle, Cocotine promet un résultat aussi bon que du « fait maison ». « Aujourd’hui, il est difficile de bien faire dix mille omelettes dans une cuisine collective. Nous, nous savons le faire », conclut Vincent Lecouffe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui