Réussir Aviculture 10 décembre 2002 à 11h35 | Par P. Le Douarin

Coccidioses en aviculture - La confirmation du labo est indispensable pour le diagnostic

Compte tenu du caractère assez commun des signes cliniques, l´étape du laboratoire d´analyses est indispensable avant de conclure à une coccidiose. Avec impérativement une notation de l´indice de lésion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La confirmation de la coccidiose est le résultat du recoupement de nombreux indices par le responsable sanitaire de l´élevage concerné. Elle doit s´appuyer sur la simultanéité de trois types d´observation : signes comportementaux (frilosité, prostration), impacts zootechniques (mortalité et ou morbidité, baisses de consommation, dégradations des performances) et résultats du laboratoire probants. Voici comment celui-ci doit procéder.
Les volailles (cinq au moins et vivantes) envoyées doivent être représentatives des symptômes observés. En cas de mortalité, les animaux seront fraîchement morts. En tout cas, il faut éviter les animaux de tri atypiques du lot (boiteux, blessés, petits...).
Il va de soi que l´examen des carcasses doit être pratiqué avec soin par un opérateur compétent. L´examen ne doit pas se limiter au seul appareil digestif. La vision de l´ensemble des organes permet de mettre en évidence toute cause de maladie qui a pu aiguiller la suspicion vers une coccidiose. Par exemple le passage d´un virus de Gumboro peut se traduire par un gonflement de la Bourse de Fabricius. Toutes ces observations sont notées sur le rapport d´autopsie.

Le score lésionnel est in-dis-pen-sable
Les intestins sont déroulés dans un endroit suffisamment éclairé, à la lumière naturelle de préférence. La gravité des lésions de l´appareil digestif est directement liée à l´intensité de l´infection par les coccidies. Ces lésions sont spécifiques de chaque espèce de coccidies. Elles ont été décrites par Reid et Johnson pour le diagnostic de coccidiose du poulet (E. acervulina, E. brunetti, E. maxima, E. necatrix et E. tenella) et notées de 0 à 4 : zéro pour aucune lésion et quatre pour les lésions les plus fortes. On parle souvent de score ou indice lésionnel. Il est très important de noter que chaque stade lésionnel observé est définitif. Un animal noté 3 un jour donné ne serait pas devenu 4 plus tard et n´était 2 avant son autopsie ! Le score note le niveau de gravité de la maladie. Il n´évolue pas avec le temps.
©LDA 22

Un système international de notation de gravité de la maladie
Ces notes sont internationalement reconnues. Chaque laboratoire d´analyses doit utiliser cette référence et l´indiquer sur sa fiche d´autopsie par animal, en précisant aussi l´espèce de coccidie concernée. Par exemple : présence de coccidies E. acervulina score Reid 3. Pour Gérard Guyony, responsable du service des autopsies du laboratoires d´analyse des Côtes d´Armor, « il est aberrant de voir encore des diagnostics de coccidiose qui n´indiquent pas l´espèce incriminée ! »
Il rappelle aussi qu´il est inutile et illusoire de se baser sur le seul comptage des oocystes au microscope, qui n´est pas corrélé à l´intensité de l´infection, ou sur le grattage des muqueuses. Car selon le morceau prélevé (plus ou moins atteint) le résultat variera énormément. De plus, on ne voit que des oocystes ou des formes intermédiaires (schizontes, mérozoïtes), difficiles à identifier même pour un oil exercé !
©LDA 22

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Pour en savoir plus, voir dossier de Réussir Aviculture du mois d´Octobre 2002 (nº80) intitulé : "Symptômes et autopsie : savoir diagnostiquer une coccidiose". Ce dossier, réalisé en collaboration avec Gérard Guyony (LDA 22 laboratoire départemental d´analyses des Côtes d´Armor) et Jean Michel Répérant (Afssa-Ploufragan), explique que la reconnaissance des signes cliniques et l´observation au laboratoire des signes pathologiques sont un préalable indispensable avant toute décision de traitement d´une coccidiose.
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question