Réussir Aviculture 25 mai 2007 à 15h09 | Par Pascal Le Douarin

Canard de chair - Un premier bilan très positif pour le Cicar

Attaqué sur sa légitimité, le comité interprofessionnel du canard répond par un bilan positif de ses premiers 18 mois d´existence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Le Cicar est né en avril 2005, sous l´impulsion décisive de Gilles Huttepain du groupe LDC, précédé d´un travail de fond d´Yvon Le Bolloc´h (abattoir Procanar) », a tenu à rappeler Jean Rosier le président du Cicar, en ouverture de l´assemblée générale. Ce comité rassemble 95 % des 32 organisations de production de la filière canard, toutes présentes (excepté le groupe Doux), et toutes volontaires pour payer la cotisation de trois euros pour 100 000 canetons.
Etre un lieu d´échanges
Créé parallèllement aux négociations sur la création de la grande interprofession volaille de chair, le Cicar veut avant tout être un lieu d´échanges. Les professionnels du canard de Barbarie y débattent de problèmes spécifiques, différents de ceux du mulard gras, avant d´aller les argumenter devant d´autres instances. Répondant aux critiques indirectes formulées par la Confédération française de l´aviculture (CFA) sur la représentativité et l´intérêt de comités par production, Jean Rosier ne voit donc d´incompatibilité entre ce comité et l´interprofession volaille, mais plutôt une complémentarité. Le Cicar invite d´ailleurs la CFA à rejoindre les rangs de ses membres fondateurs qui renouvelleront cette année leur adhésion de 100 euros.
Jean Rosier, président du Cicar : « Le bilan des 18 mois d´existence du Cicar confirme que nous avons bien fait de créer ce comité. » ©P. Le Douarin

Priorité à la communication
Même si la viande rouge du canard Barbarie est appelée à se développer, selon l´analyse de Jean Rosier, il n´empêche qu´avec la crise médiatique, l´année 2006 a marqué le pas. Outre la mise en place d´un outil de suivi statistique de la filière Barbarie à tous les maillons (sous l´impulsion du Cidef qui se charge de la partie animation), la communication a été le thème majeur de ces 18 mois : création d´un logo, d´un dossier de presse, d´un site web, d´un bulletin interne de liaison, de rencontres avec la presse, de l´organisation d´un concours de recettes auprès des jeunes futurs cuisiniers, de la participation à la campagne de promotion de l´APVF. Ce travail en aval n´empêche pas le Cicar de suivre les dossiers techniques (phytases, bien-être, influenza.) sans oublier le maillon production. « Nous avons une certaine visibilité en viande de canard. Soyons attentifs au maintien du potentiel de production. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui