Réussir Aviculture 25 mars 2005 à 13h51 | Par Pascal Le Douarin

Canard de Barbarie - Ceva lance un vaccin inactivé Parvo-Derzsy

Le laboratoire Ceva santé animale vient de lancer son tout dernier vaccin inactivé destiné à prémunir le canard de Barbarie contre la parvovirose et la maladie de Derzsy.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C´est à Nantes, devant une centaine de vétérinaires prescripteurs et techniciens impliqués par le canard de chair, que Ceva Santé Animale a dévoilé sa dernière création. Le vaccin Deparmune tire son nom de la contraction des mots `Derzsy´, `Parvovirus´ et `immunité´. Le produit a été mis au point et est fabriqué par Phylaxia, la filiale hongroise de Ceva. La paternité du vaccin revient au chercheur hongrois Vilmos Palya, qui a dans la passé travaillé avec Domokos Derzsy, le découvreur du virus qui porte son nom. Deparmune vient de recevoir l´AMM française en décembre 2004 pour le canard de Barbarie (mais pas les reproducteurs). Conformément aux normes réglementaires les plus récentes, « ce qui lui confère un très haut niveau de garantie », a souligné Christophe Cazaban, responsable technique international des vaccins aviaires chez Ceva.
Bivalent et inactivé
Les virus Derzsy et Parvovirus sont très résistants dans le milieu extérieur et peuvent affecter le canard de Barbarie. La protection croisée est quasi inexistante : un vaccin actif contre un des virus ne l´est pas contre l´autre. Deparmune renferme donc deux souches de virus inactivées, l´une d´origine hongroise provoquant la maladie de Derzsy, l´autre d´origine française provoquant la parvovirose. Les deux souches vaccinales n´interfèrent pas. L´objectif étant de protéger en toute sécurité et durant toute la vie du canard, Ceva a développé un vaccin très concentré en antigènes viraux et formulé en excipient huileux. Il est capable de passer la barrière des anticorps d´origine maternelle et de conférer rapidement et longuement une immunité active. La primovaccination par injection a donc lieu à un jour pour provoquer cette immunité à 100 %. Puis, un rappel est effectué entre deux et trois semaines d´âge pour susciter un effet « booster ».
Ceva revendique un haut niveau de réponse sur la totalité des canards et une très bonne homogénéité de la couverture conférée. Enfin, le vaccin empêche la multiplication et la réexcrétion de virus sauvage par les oiseaux vaccinés. L´excipient huileux « mais très fluide et très bien toléré » insiste Claire Jacquinet, responsable de la gamme aviaire, n´entraîne aucune lésion au point d´injection. Au plan pratique, le produit est vendu prêt à l´emploi (en outres de 500 et 2500 doses). Elle conseille de le laisser revenir à 20-25 ºC, avant de l´injecter en sous cutané ou intramusculaire (mais pas dans le bréchet à un jour) à raison de 0,2 ml/dose. Deparmune, issu de l´usine hongroise Ceva-Phylaxia, est « le premier d´une longue liste à venir » a conclu Alain Billault, directeur de Ceva France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui