Réussir Aviculture 05 mars 2008 à 11h37 | Par A. Puybasset

Bilan 2007 - Croissance en poulets et repli en dindes

Après la crise de l’influenza aviaire, le marché de la volaille de chair a connu un retour à la croissance de plus de 4 %. Les évolutions sont contrastées selon les espèces.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La consommation française de volailles
a progressé de 5 % en 2007.
La consommation française de volailles a progressé de 5 % en 2007. - © DR

Après une année 2006 « plombée » par la crise de l’influenza aviaire, le marché français a retrouvé une certaine vigueur en 2007. Sur l’ensemble des filières, la production s’est redressée de 4,1 % atteignant 1,85million de tonnes équivalent carcasse (tec). Elle reste cependant inférieure au niveau de 2005, dont le tonnage avait dépassé 1,91 million de tec. Ce pourcentage cache en réalité deux évolutions : une croissance de 10,6 % en poulets, de 5,7 % en canard et un repli de 7,2 % en dindes. « La filière poulet a bénéficié d’une reprise de la demande des pays importateurs et a été dynamisée par l’augmentation rapide de la consommation française », analyse l’Office de l’élevage. Il est de plus probable qu’il y ait eu un report de consommation de la dinde vers le poulet, lié en partie, à un manque de disponibilité en viande de dindes (arrêts d’activité) et à une hausse relative de son prix d’achat. Les statistiques concernant les abattages de dindes montrent une chute d’activité encore plus marquée (- 11,2 %).Ce décrochage entre production et abattage s’expliquerait par la mise en place de courants d’exportations en vif, notamment vers l’Allemagne. Ces courants importants par leur volume semblent cependant avoir été limités dans le temps (dénonciation de contrats).

LE POULET TIRE SON ÉPINGLE DU JEU

Les exportations ont regagné une bonne part des volumes perdus en 2006, suite aux embargos décrétés par les pays importateurs lors de la crise de l’influenza aviaire. Toutes espèces confondues, les exportations françaises de viande ont atteint 595 000 tec en 2007, soit une croissance de 4,5 % mais à un niveau qui reste en dessous de 2005 (- 14 %). Là encore, l’évolution des échanges est contrastée selon les espèces et les destinations. Le volume des expéditions vers l’Union européenne est resté au même niveau que 2006. Par contre, ceux de poulets et de canards ont augmenté (+ 12 % et + 25 % respectivement) au détriment de celui de dindes qui a une nouvelle fois chuté (- 23 %). « Les expéditions de poulets se sont notamment développées vers l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne, favorisées par des cours particulièrement élevés dans ces pays. » En dinde, les volumes d’exportations de viande vers les marchés habituels que sont l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne continuent à s’éroder.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question