Réussir Aviculture 26 août 2004 à 17h36 | Par

Aviculture - Trois questions sur la vaccination

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Vaccin vivant ou inactivé : quelle différence ?
Un vaccin vivant atténué contient une bactérie ou un virus dont le pouvoir pathogène a été réduit pour ne pas rendre l´animal malade. Grâce à sa forte capacité de multiplication dans l´organisme, les doses nécessaires pour stimuler l´immunité spécifique sont plus faibles. Les vaccins vivants sont généralement administrés par l´eau de boisson ou par voie aérienne. La grande majorité des vaccins réalisés en élevage sont des vaccins vivants atténués.
Les vaccins à agents inactivés sont composés de souches à fort pouvoir immunogène et souvent très virulentes. Ils sont donc tués (inactivés) et ne se multiplient pas dans l´organisme. Les vaccins inactivés sont généralement administrés par injection avec un adjuvant qui stimule l´immunité.

Par l´eau de boisson ou par voie aérienne : quelle différence ?
Le choix de la vaccination par eau de boisson ou par nébulisation répond à une règle bien connue. Les vaccins contre les maladies digestives sont administrés par voie orale (eau de boisson). C´est le cas de l´entérite hémorragique chez la dinde ou de la maladie de Gumboro chez le poulet.
Les vaccins contre les maladies respiratoires sont administrés par voie aérienne (nébulisation). Ils stimulent l´immunité locale des voies respiratoires supérieures, lieu de multiplication de certains virus, en plus de l´immunité générale.
C´est le cas de la rhinotrachéite infectieuse, de la PMV1 (maladie de Newcastle) et de la bronchite infectieuse.

Pourquoi rajoute-t-on parfois du thiosulfate et de la poudre de lait dans l´eau de boisson ?
Lorsque l´on utilise l´eau du réseau, l´ajout de thiosulfate (à raison de 16 mg par litre d´eau) permet de neutraliser le chlore résiduel. L´ajout de lait écrémé en poudre améliore la stabilité du vaccin et donc sa survie. Il permet également de visualiser la solution vaccinale (couleur blanchâtre) et de contrôler son arrivée aux points d´abreuvement.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cet article est extrait du dossier de Réussir Aviculture de Juillet-Août 2004 intitulé : « Bien vacciner pour bien protéger », réalisé avec la collaboration des laboratoires Intervet et Fort Dodge. En abordant les différentes techniques possibles, la revue explique que « pour avoir un effet protecteur, l´administration d´un vaccin par l´eau de boisson ou par voie aérienne doit être réalisée avec méthode, sans tomber dans la routine. » (RA nº98, 8 pages.)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Aviculture se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Pourrait-on ouvrir le capital des élevages pour permettre d’investir ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui